Soyez combatifs! (Jude 3-4) – Florent Varak

Découvre cette prédication de Florent Varak sur Jude versets 3 et 4. Elle est la deuxième d’une série de 7 prédications que tu pourras retrouver -ici-.

La plupart des blogueurs ToutPourSaGloire.com sont également pasteurs. Aujourd’hui, tu peux toi aussi bénéficier de leurs enseignements grâce à notre podcast Prédications TPSG. Ces prédications, qui se veulent résolument textuelles et christocentriques, te feront redécouvrir le sens profond des Écritures et nourriront ta foi en Christ.


Notes écrites de la prédication

2 côtés d’une même pièce

Le christianisme biblique est connu pour conduire à une certaine paix. Les béatitudes sont pétries de douceur vécue au milieu d’un monde de brutes. L’apôtre Paul demande que l’on vive en paix les uns avec les autres, tout en rajoutant, « autant que cela dépend de vous ».

Il y a une vraie maturité qui est demandée aux gens des Églises pour distinguer les choses essentielles de celles qui sont secondaires.

1 Nous qui sommes forts, nous devons supporter les faiblesses de ceux qui ne le sont pas, et ne pas chercher ce qui nous plaît. 2 Que chacun de nous plaise au prochain pour ce qui est bon, en vue de l’édification.

– Rm 15.1-2

L’épître de Paul aux Corinthiens nous invite à ne pas chercher la bagarre sur des sujets secondaires. Paul nous encourage ainsi:

Ne soyez une pierre d’achoppement ni pour les Grecs, ni pour les Juifs, ni pour l’Église de Dieu.

– 1Co 10.32

L’attitude du disciple de Jésus se caractérise par un véritable fairplay dans ses relations envers les autres. L’Église n’est pas une organisation de clones. Chacun avec sa personnalité, chacun avec sa maturité (ou ses progrès vers la maturité!) apporte sa contribution.

Toutefois, il est des domaines où le disciple est invité à se battre jusqu’au bout. Lorsque les fondements de la foi chrétienne sont menacés, un enfant de Dieu doit se positionner pour défendre ces fondements.

Jude est une courte lettre qui propose une « pitbull-attitude ». Le demi-frère de Jésus, devenu chrétien après la résurrection de ce grand frère très particulier, était respecté en tant que prédicateur itinérant, et il s’inquiète de certaines dérives qui se manifestent dans l’Église, à cause d’un nombre croissant de faux enseignants…

Dieu nous demande de nous opposer lorsque les trois fondements essentiels du Christianisme sont menacés.

Et jamais:

  • Pour défendre un style de musique
  • Pour attaquer son Église ou la manière dont elle ne répond pas à vos attentes
  • Pour douter de la motivation des responsables
  • Pour critiquer l’orientation de l’Église.

La Bible nous demande d’avoir confiance en Dieu, et de nous soumettre avec sérénité au leadership des anciens, sauf s’ils enseignaient une erreur doctrinale, ou s’ils te demandaient de pécher.

Lecture: Jude 3-4

3 Bien-aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire, afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. 4 Car il s’est glissé parmi vous certains hommes, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, impies qui changent en dérèglement la grâce de notre Dieu et qui renient notre seul Maître et Seigneur Jésus-Christ.

– Jd 3-4

Jude voulait écrire une belle lettre. Son désir était vif, intense. Une lettre sur un beau sujet, celui du Salut. Il voulait sans doute évoquer:

  • La grandeur de l’œuvre du Christ sur la croix
  • Le Salut qui est nôtre grâce à Jésus
  • La vie avec le Seigneur, faite à la fois de rigueur et de bonheur
  • La merveilleuse assurance du pardon, jusqu’à la mort
  • Peut-être l’aspect collectif de notre Salut: l’ensemble des rachetés, formant une seule famille.
  • Des thèmes très Petite maison dans la prairie ou la vie de la famille Sims…

Mais il s’est senti obligé de changer de direction. Une obligation s’est imposée à lui. Plutôt que d’écrire pour parler gentiment, il a lancé une déclaration de guerre pour « combattre pour la foi transmise aux saints une fois pour toutes ».

C’est l’unique fois où ce mot « combattre » est utilisé dans le Nouveau Testament. C’est un composé de deux mots: une préposition intensificatrice, et un verbe qui dénote le combat intense et qui nous a donné le terme « agonie ».

Ce verbe était utilisé pour des athlètes engagés pour gagner une course. Ils acceptaient les souffrances les plus dures, et entreprenaient les efforts les plus vigoureux pour s’entraîner. La conjugaison du verbe exige une obéissance continue. On ne se bat pas une fois, mais de façon répétée. Dieu nous demande de nous battre avec constance.

Jude identifie 3 domaines, 3 doctrines, où il est impératif de ne pas démordre d’un centimètre de nos convictions:

Quand la Foi est attaquée (Jude 1.3)

3 Bien-aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire, afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes.

– Jd 1.3

Comme le définit si bien le dictionnaire Emmaüs, « la foi transmise aux saints » c’est « le corps de doctrine, révélé par Dieu ». (« Foi », Dictionnaire Biblique Emmaüs)

Lorsque la Bible dit qu’une « grande foule de sacrificateurs obéissait à la foi » (Ac 6.7), le mot « foi » est synonyme de l’Évangile de vérité (Col 1.5). Paul explique qu’il a pour travail d’amener « à l’obéissance de la foi toutes les nations » (Rm 1.5).

C’est donc la Parole de Dieu, l’Écriture qui nous a été transmise « une fois pour toutes, » c’est-à-dire de façon définitive, absolue, complète. Ce que vous avez dans les mains, qu’on appelle Bible, est-ce que Dieu nous a définitivement communiqué pour que l’on sache qui il est, ce qu’il aime, ce qu’il n’aime pas, ce qu’il attend de nous.

La Bible est un trésor qui possède plusieurs caractéristiques:

  • Elle est mot pour mot inspirée de Dieu (2Tm 3.16)
  • Elle est suffisante pour tout ce qui est nécessaire à la vie en Christ (2Tm 3.17)
  • Elle est le fruit de l’influence parfaite de Dieu sur les auteurs humains (2P 1.20-21)
  • Elle ne ment pas, elle ne trompe pas, parce que Dieu en est l’auteur (Tt 1.2)
  • Dans le Psaume 19, David décrit les qualités de la Parole de Dieu:
    • Elle est parfaite, véridique et digne de confiance
    • Elle est droite et réjouissante, elle est claire, pure, limpide
    • À chaque fois, ces qualités sont associées à un effet dans la vie: La Bible redonne vie, donne de la sagesse; elle fait la joie du cœur, donne du discernement.

Jude exhorte à ce qu’on se batte pour la Bible. Qu’on ne permette pas qu’elle soit diminuée, minimisée, qu’on n’ôte rien à ce qu’elle dit, qu’on n’ajoute rien à ce qu’elle dit. La Bible est la seule référence fiable que nous ayons. Et nous devons la défendre. Combattre pour elle. On ne peut la maltraiter.

Pourquoi est-ce important? Parce que la Bible seule nous dit ce qui est vrai, ce qui est fiable.

  • Dieu nous fait naître de nouveau par la parole (Jc 1.18)
  • Dieu nous sanctifie par la parole, qui est la vérité (Jn 17.17)
  • Dieu nous apprend tout ce qui est nécessaire à la vie (2Tm 3.17)

Quelques exemples d’attaques

À la limite, on comprend qu’il y ait de tels propos parmi les gens extérieurs au christianisme. Plus récemment, j’ai été très surpris par des propos tenus par la Société Biblique Française. Une publicité a été envoyée qui disait ceci: « Sous l’Écriture, la Parole! »

Au départ, c’est une image mignonne. Mais est-ce que vous voyez un problème? En fait, il y a plusieurs problèmes assez sérieux:

  • Le premier, c’est de distinguer l’Écrit de la Parole de Dieu.
  • Comme si ce qui était écrit pouvait ne pas être, parfois, la Parole de Dieu.
  • Comme si l’écrit devenait Parole par je ne sais quelle initiation, expérience, présentation.

Je pinaille! en fait, je suis allé voir sur leur site, et voilà ce que je trouve:

À la question: « La Bible dit-elle toujours la vérité? » le secrétaire de la SBF répond:

Les écrits bibliques sont donc à lire et à recevoir plus comme des témoignages de foi que comme des traités historiques ou scientifiques. La notion de « vérité », que nous comprenons aujourd’hui comme une exactitude s’appuyant sur des preuves, n’était pas celle qui habitait les auteurs de la Bible. […] La Bible dit-elle la vérité? Oui dans le sens où elle nous montre comment être réconciliés avec Dieu. Mais cette vérité passe quelquefois par l’utilisation de poèmes, de fables, de contes, d’histoires « arrangées ». Inutile de perdre du temps à essayer de vérifier l’exactitude des faits, des dates, des noms ou des lieux.

– Christian Bonnet, secrétaire général de l’Alliance biblique française. © Société Biblique Française; www.la-bible.net/

Il y a des contes dans la Bible? Des histoires arrangées dans la Bible? Des fables? De quoi veut-il parler? De la création? Du déluge? De Jonas? Qu’une vierge ait enfanté? Qu’un homme soit ressuscité? Et que dire du salut, de l’espérance qui est nôtre?

Plus grave, ce même responsable affirme:

Décidément non, la Bible n’a pas été dictée mot à mot à des prophètes qui ne seraient que des magnétophones de la révélation divine. […] Il paraît clair pour eux que l’essentiel du message de la Bible n’est pas dans l’exactitude ou non des détails du texte, mais dans ce qu’il nous révèle du projet bienveillant de Dieu à l’égard de l’humanité. Pour ce qui me concerne, ces incohérences ne me gênent pas: un livre qui se prétendrait parfait, écrit dans le ciel de toute éternité, ne provoquerait chez moi, comme chez beaucoup de mes contemporains, qu’un haussement d’épaules.

– Christian Bonnet, secrétaire général de l’Alliance biblique française. © Société Biblique Française; www.la-bible.net/

Ce n’est pas un procès d’intention que je fais. Je ne connais ni la volonté, ni la motivation, ni la sincérité des gens qui ont écrit ces articles. Ce que je dis, c’est qu’au minimum de telles déclarations sont ambigües et dangereuses, et qu’au pire, elles sapent l’autorité de la Parole de Dieu.

Il est curieux que la Bible soit attaquée par ceux qui sont censés la défendre, la transmettre fidèlement! Certains vont même œuvrer durement pour discréditer ce que la Bible dit.

→ 2Tm 3.16: « Toute Écriture [est] inspirée de Dieu… » devient: « Toute Écriture inspirée de Dieu [est]… » en affirmant que le grec le permet.

C’est faux! Le grec le permet comme il est théoriquement possible de mettre des lumières vertes dans les phares des voitures. Mais l’ensemble des arguments grammaticaux militent nettement en faveur de la lecture habituelle.

Chrysostome, un responsable d’Église du 3ème siècle a écrit de ce verset:

Ce qui doit s’entendre de toute l’Écriture sainte, dans laquelle Timothée avait été instruit dès son enfance. Cette Écriture, étant inspirée de Dieu, est utile. Qui peut en douter?

Kenton Sparks se présente comme un évangélique bon teint qui veut relever le niveau intellectuel de son camp. Et comme les évangéliques sont mal vus dans les cercles académiques à cause de leur attachement à la Bible, il émet des réserves:

Si Jésus, en tant qu’être humain fini, a erré de temps en temps, il n’y a aucune raison de penser que Moïse, Paul, Jean aient écrit l’Écriture sans erreurs. Au contraire, nous serions sages de présumer que les auteurs bibliques se sont exprimés en tant qu’êtres humains, écrivant depuis leur propre perspective de leurs horizons limités et brisés. […] L’Écriture présente tous les signes révélateurs d’avoir été écrit par des hommes fini et déchus, qui ont errés de la manière dont les êtres humains se trompent habituellement.1

On raconte l’histoire d’un pasteur libéral qui ne croyait pas en l’historicité de l’Ancien Testament. Un jour, il prêchait sur l’Exode, la sortie d’Égypte du peuple d’Israël. Il allait parler de Moïse devant la mer quand un homme se leva pour s’exclamer: « Gloire à Dieu, il a sauvé le peuple en ouvrant la mer! » Le pasteur l’a regardé avec une certaine tendresse mêlée de pitié et lui a répondu: « Vous savez, il ne faut pas croire que c’était une mer, c’était plutôt des flaques qu’ils ont donc pu traverser sans difficulté. » Notre homme s’est levé de nouveau et s’est exclamé: « Gloire à Dieu, il a noyé les Égyptiens dans une flaque! »

Lorsque la Bible est attaquée, la Pittbull attitude s’impose. Aucune considération relationnelle et humaine ne peut être supérieure au devoir de préserver ce fondement. Vous le devez à la génération suivante.

Quand la Grâce est dégradée (Jude 1.4)

4 Car il s’est glissé parmi vous certains hommes, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, impies qui changent en dérèglement la grâce de notre Dieu.

– Jd 1.4a

Remarquez bien d’où vient le problème. Le problème ne vient pas de sectes satanistes qui mettent en doute la Bible ou la grâce. Le problème ne vient pas d’un gouvernement qui chercherait à mâter l’Église. Jude s’inquiète parce qu’il vient des hommes qui sont rentrés à l’intérieur de l’Église. C’est quelque chose qui me sidère. Autant je comprends que les non- chrétiens soient méprisants ou rigolards devant la foi, autant je suis surpris quand l’opposition vient de l’intérieur du Corps du Christ.

Tout au long du Nouveau Testament, on voit que le plus grand danger qui a menacé l’Église est venu de l’intérieur:

Paul évoque les faux frères qui étaient même un danger pour lui ou pour les Églises en Galatie (2Co 11.26; Ga 2.4).

Lorsqu’il rassemble les anciens de l’Église d’Éphèse et qu’il leur parle pour la dernière fois, il les met en garde et leur dit:

29 Je sais que parmi vous, après mon départ, s’introduiront des loups redoutables qui n’épargneront pas le troupeau, 30 et que du milieu de vous se lèveront des hommes qui prononceront des paroles perverses, pour entraîner les disciples après eux.

– Ac 20.29-30

Réalisez-vous la crainte de Paul? Du milieu des anciens, des hommes se lèveront pour tenir des propos qui briseront le troupeau. Du milieu des anciens…

Ce sont des gens qui entreront discrètement dans l’Église. Ils ne se feront pas voir en entrant. Ils auront la couleur évangélique, le goût évangélique, la parole évangélique – mais ce ne seront pas des évangéliques!

Paul les décrit ainsi:

13 Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de Christ. 14 Et ce n’est pas étonnant, car Satan lui-même se déguise en ange de lumière.

– 2Co 11.13

Leur sort est réglé depuis longtemps. Leur condamnation en enfer est scellée dans la pensée du Seigneur, et ils rejoindront « l’étang de feu » (Ap 20.15). Pierre parle de personnes de ce genre:

3 Par cupidité, ils vous exploiteront au moyen de paroles trompeuses, mais depuis longtemps leur condamnation est en marche et leur perdition n’est pas en sommeil.

– 2P 2.3

De l’intérieur, ces gens vont « changer » la grâce. Le verbe veut dire modifier, transférer, déplacer. C’est-à-dire qu’ils arrangent le concept de la grâce de Dieu à leur sauce…

À quoi cela ressemble-t-il de changer la grâce? Pour bien comprendre ce à quoi ressemble l’attaque de la grâce, il faut bien comprendre ce qu’est la grâce:

23 Car il n’y a pas de distinction: tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; 24 et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est dans le Christ-Jésus.

– Rm 3.23-24

Je sais que vous connaissez bien ces choses. Néanmoins… Vous savez que vous êtes séparés de Dieu, à cause de vos fautes. Mais vous êtes gratuitement déclarés justes, par une faveur imméritée, à cause du rachat de Christ.

Celui qui n’a pas connu le péché, il l’a fait (devenir) péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.

– 2Co 5.21

Nous confions notre crasse, notre péché à Jésus, et lui est puni à votre place. Il y a échange entre notre crasse et sa justice. C’est à cause de cela que nous pouvons être sauvés, pardonnés de vos fautes.

L’un des mots qui est utilisé pour décrire le Salut, c’est le mot « rédemption », qui veut dire « rachat, libération par le paiement d’une rançon, délivrance de celui qui est en esclavage ou en prison pour une dette » [Emmaüs].

→ Dieu nous a achetés. Il nous a sauvés de nos fautes pour que nous lui appartenions. Nous sommes à lui.

Vous voyez ces 2 aspects? D’un côté nous bénéficions gratuitement de la grâce, d’un autre, nous bénéficions d’un autre maître. Mais du temps de Jude, et du temps du Nouveau Testament, certains avaient changé la grâce. Comment?

Il y a plusieurs manières de changer la grâce: En ajoutant à la grâce, en changeant l’objectif de la grâce, ou en retranchant à la grâce…

En ajoutant:

Certains ont ajouté au sacrifice du Christ des exigences, plutôt que de croire que tout a été accompli avec le sacrifice de Christ:

  • C’était notamment le cas des Judaïsant. Il fallait avoir confiance dans le sacrifice du Christ et se faire circoncire, pour être sauvé.
  • La doctrine de l’Eglise Catholique enseigne que l’on est sauvé par le sacrifice du Christ et par les sacrements, et les œuvres bonnes.
  • L’Église du Christ enseigne que l’on est sauvé par la foi et par le baptême.

À partir du moment où quelqu’un ne met pas en avant la grâce parfaite, suffisante et complète du Christ, vous devez vous battre pour la préserver.

En retranchant:

D’autres ont fait l’inverse. Puisque le sacrifice du Christ est complet, alors peu importe la façon de vivre. Ils ont enlevé la partie « racheté ». Ils ont conclu qu’on pouvait faire n’importe quoi avec la grâce.

C’est ce que dénonce Jude. Il y avait des gens qui enseignaient que la grâce permettait de vivre de façon incohérente. De vivre dans le « dérèglement », c’est-à-dire dans la sensualité, la convoitise, les passions sexuelles…

Mais la grâce de Dieu nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux désirs de ce monde et à vivre dans le siècle présent de manière sensée, juste et pieuse (Tt 2.12). Écoutez ce que Paul dit aux Corinthiens:

9 Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront pas le royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni les débauchés, ni les idolâtres, ni les adultères, 10 ni les dépravés, ni les homosexuels, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les insulteurs, ni les accapareurs n’hériteront le royaume de Dieu. 11 Et c’est là ce que vous étiez, quelques-uns d’entre vous. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus-Christ et par l’Esprit de notre Dieu.

– 1Co 6.9-11

Il y avait à cette époque un mouvement qui avait séparé le monde matériel et le monde spirituel. C’était le mouvement gnostique. Pour eux, d’un côté le monde matériel était sale, de l’autre, le monde spirituel était pur. Selon ce système, très grec, la seule réalité importante, c’était le spirituel. Et ce qui se passait dans notre chair, n’était pas important… Ils considéraient donc que le péché n’était pas grave, il avait lieu dans le corps, et n’atteignait pas l’esprit, le spirituel! Ils retranchaient à la grâce le pouvoir de transformation!

Certes, le péché reste encore bien attaché à notre peau. Mais il faut bien réaliser, que le péché ne peut pas être ignoré. Nous devons le confesser. Nous devons nous fortifier dans la puissance de Dieu pour y faire face.

En changeant la grâce

Il faut garder le trésor de la grâce de Dieu intact.

Nous avons passé une journée en formation avec un auteur à la mode dans les milieux protestants évangéliques. La formation était intéressante mais elle laissait, ici et là, un petit goût de « ce n’est pas clair ». J’ai depuis regardé d’un peu plus près cet auteur un peu avant-gardiste, et voici deux déclarations:

  • « L’Église s’est accrochée à cette vieille doctrine du péché originel comme un chien garde son bâton de bois, et sans le réaliser, tout l’Évangile a été déformé. Plutôt que d’être le grand message de Dieu pour un amour salvateur du monde entier, l’Évangile est devenu un petit peu d’une information secrète sur la manière de résoudre le petit problème légal du péché originel » [Brian McLaren, The Last Word and the Word after That, (San Francisco: Jossey-Bass, 2005), p.134.]
  • McLaren écrit qu’il croyait que « le sacrifice pénal & substitutif est une théorie valide de l’expiation ». Une théorie? Toute autre théorie est simplement un autre évangile, une autre grâce.

Ce mouvement de l’église émergente s’attaque clairement à la notion de sacrifice expiatoire de Christ. Voici ce qu’écrit Steve Chalke:

L’Évangile selon Jean est célèbre pour avoir relevé « Dieu a aimé les hommes de ce monde au point d’avoir donné son propre Fils (Jn 3.16). Comment donc avons-nous pu croire qu’à la croix, ce Dieu d’amour ait soudainement décidé de ventiler sa colère et sa fureur sur son propre fils?

Le fait est que la croix n’est pas une forme d’abus d’enfant à l’échelle cosmique – un Père vengeur qui punit son Fils pour une offense qu’il n’a même pas commise.

– Steve Chalke & Alan Mann, The Lost Message of Jesus, 182.

Si Jésus ne s’est pas substitué à nous à la croix, nous avons ôté la puissance de la croix. Si nous minimisons la croix ou si nous la limitons à une sorte de modèle de martyr, nous n’avons aucun Salut…

La grâce est ce cadeau précieux qui rachète pleinement les individus.

Ainsi, le disciple est à la fois pleinement racheté, et pleinement réorienté selon un axe où ni la colère, qui est un meurtre, ni la convoitise, qui est une immoralité, ni l’astrologie, qui est une défiance envers Dieu, ne trouve sa place. Est-il possible de vivre une telle vie? Le latin exprime à merveille cette réalité. Justus et peccator. Le disciple de Christ est à la fois juste et pécheur. Il est à la fois pleinement sanctifié par le Christ, et à la fois attaché à la chair et au monde pour en adopter, parfois, certains comportements. Alors comment faire?

  • La maturité se mesure au temps que la repentance prend chez un chrétien.
  • La maturité se mesure à la franchise de sa relation avec Dieu et avec les autres.
  • La maturité se mesure à la persévérance, sans cesse renouvelée, à se relever et grandir.
  • Parfois il faut l’accompagnement de frères, parfois il faut jeûner et prier, parfois il faut regarder de très près l’environnement, les amis que nous avons.

Lorsque la grâce est changée en grâce bon marché: pitbull! Lorsque la grâce est ôtée de la croix: pitbull!

Quand le Christ est renié (Jude 1.4)

…et qui renient notre seul Maître et Seigneur Jésus-Christ.

– Jd 1.4b

C’est le 3ème domaine central du Christianisme, la personne de Christ. Jude constate que ces faux frères, ces faux enseignants, ont renié la seigneurie du Christ.

Le mot « maître » traduit le mot qui a donné « despote ».

Christ est Seigneur. Il est le Créateur du monde (Col 1.16), le Juste Roi dont le règne est à la fois actuel et futur. Il est Roi des rois (1Tm 6.15), Seigneur des seigneurs (Ap 19.16).

20 Il l’a mise en action dans le Christ, en le ressuscitant d’entre les morts et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, 21 au-dessus de toute principauté, autorité, puissance, souveraineté, au-dessus de tout nom qui peut se nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. 22 Il a tout mis sous ses pieds et l’a donné pour chef suprême à l’Église, 23 qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous.

– Ép 1.20-23

55 Mais Étienne, rempli d’Esprit Saint, fixa les regards vers le ciel et vit la gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu. 56 Il dit: Voici: je vois les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. »

– Ac 7.55-56

Certains, du temps de Jude, niaient que Jésus soit leur maître et refusaient de le considérer comme leur Seigneur. Jusque-là, je crois que vous seriez d’accord pour dire que Christ est Seigneur. Il est celui qui « opère tout selon la décision de sa volonté » (Ép 1.11). Êtes-vous d’accord?

Bien entendu, nombreux sont ceux qui s’opposent à cette conception de Christ:

Les Témoins de Jéhovah par exemple. Mais également quantité de personnalités contemporaines.

La vie de Jésus est un vêtement d’Arlequin fabriqué de morceaux pris de droite et de gauche dans la mythologie de peuples divers, empruntés à la vie de nombreux réformateurs religieux, à divers dieux.

– Gustave Brocher / Jésus est-il un personnage historique? Mythe ou réalité?

Et dans ces derniers temps, les Chrétiens ont trouvé parmi les juifs un nouveau Moïse qui les a séduits mieux encore. Il passe auprès d’eux pour le fils de Dieu et est l’auteur de leur nouvelle doctrine. Il a rassemblé autour de lui, sans choix, un ramas de gens simples, perdus de mœurs et grossiers, qui constituent la clientèle ordinaire des charlatans et des imposteurs, de sorte que la gent qui s’est donnée à cette doctrine permet déjà d’apprécier quel crédit il convient de lui accorder.

– Celtus, dit Celse / IIe siècle ap. JC / Discours véritable

Des journalistes ont soi-disant enquêté sur la personne du Christ. Ils concluent:

Même si Paul n’a pas proclamé Christ comme Dieu, l’association dans ses épîtres du terme de « Seigneur » au nom de Jésus, sa répétition, l’équivoque qu’il entretient sur l’usage de ce mot (volontairement ou non) vont mettre en marche le processus de divinisation. Processus qui aboutira en une cinquantaine d’années.

– G.Mordillat et J.Prieur Jésus après Jésus, Editions du Seuil, 2004, p 31

En 1983, trois hommes signèrent un livre intitulé L’énigme Sacrée, dans lequel ils affirment, au terme d’une longue enquête, que Jésus s’est marié avec Marie Madeleine, avec qui il aurait eu une fille Sara. [Baigent, Leigh, Lincoln, L’énigme sacrée, Pygmalion / Gérard Watelet, Paris, 1983.]

Il y a eu et il y aura toujours des gens qui se saisiront du personnage de Jésus… Ce n’est pas grave qu’Hollywood parle ainsi de Jésus – après tout c’est l’occasion de témoigner. Mais c’est grave lorsque des personnes de l’Église renient sa divinité, ou bien sa médiation (Jn 14.6…)

Conclusion

J’ai besoin de ces propos pour rester dans l’axe. Tout autour de moi m’invite au laxisme. Laxisme doctrinal, laxisme moral, autonomie et indépendance. Mais le christianisme me rappelle inlassablement:

  • Que la Parole n’est pas une option, mais une nourriture, une épée, une lampe…
  • Que la grâce est un privilège solide qui me réoriente totalement… je ne peux pas ignorer la réorientation qu’elle exige de moi.
  • Que Christ est devenu mon frère, c’est vrai. Qu’il est le premier des conseils juridiques, c’est vrai. Mais il est aussi le Seigneur majestueux qui attend de moi une soumission confiante.

J’espère que vous recevez les nouvelles de Portes Ouvertes, cette mission qui travaille dans les pays où la foi est interdite et les chrétiens persécutés. Ce qui ressort de nombreux témoignages de frères et sœurs persécutés, est bouleversant:

J’ai dû apprendre que si j’ai Jésus j’ai tout…

J’aimerais en être là. Et c’est cela que nous défendons. La Parole de Dieu qui nous parle de Dieu qui vient sur terre sauver pleinement ceux et celles qui viennent à lui…


1 Kenton Sparks, After Inerrancy: Evangelicals and the Bible in a Postmodern Age, http://biologos.org/uploads/static-content/sparks_scholarly_essay.pdfp. p.7

Prédications TPSG

La plupart des blogueurs ToutPourSaGloire.com sont également pasteurs. Aujourd’hui, tu peux toi aussi bénéficier de leurs enseignements grâce à notre nouveau podcast "Prédications TPSG". Ces prédications, qui se veulent résolument textuelles et christocentriques, te feront redécouvrir le sens profond des Écritures et nourriront ta foi en Christ.

Articles pouvant vous intéresser