Prédications TPSG

Soyez différents! (Jude 14-19)

Vie chrétienneCroissance spirituelleVision chrétienne du mondePrédication

Nous n’avons pas d’autorisation de votre part pour l’utilisation de services tiers (YouTube, Spotify, SoundCloud, ConvertKit, …) depuis toutpoursagloire.com. Cette autorisation est nécessaire pour une expérience complète sur notre site. Vous pouvez les accepter en appuyant sur le bouton ci-dessous

Accepter

Publié le

08 févr. 2023

Découvre cette prédication basée sur Jude versets 14 à 19. Elle est la cinquième d'une série de 7 prédications sur l’épître de Jude. Clique ici pour accéder au sommaire de cette série.

La plupart des blogueurs ToutPourSaGloire.com sont également pasteurs. Aujourd’hui, tu peux toi aussi bénéficier de leurs enseignements grâce à notre podcast Prédications TPSG. Ces prédications, qui se veulent résolument textuelles et christocentriques, te feront redécouvrir le sens profond des Écritures et nourriront ta foi en Christ.


Dur parfois

Je discutais avec un cher ami qui me racontait qu’on l’avait pris en grippe à son boulot depuis qu’il s’était affiché en chrétien. Comme c’est quelqu’un que je respecte beaucoup pour sa douceur et ses dons de service, j’étais vraiment blessé dans mon cœur pour l’ambiance qu’il subissait et je prie que Dieu renverse sa situation comme il l’a fait pour Daniel.

Plusieurs histoires émergent ainsi des difficultés que rencontrent des chrétiens… Heureusement on est loin du temps des Huguenots, et loin des pays où la persécution est hélas, bien actuelle.

Mais on baigne parfois au milieu des moqueurs. Et c’est pénible. Le Psaume 1 décrit le bonheur de l’homme qui marche avec Dieu. Et cela commence avec ce contraste:

Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, qui ne s’arrêtent pas sur le chemin des pécheurs et qui ne s’assoie pas sur le banc des moqueurs, mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Éternel et qui la médite jour et nuit…

Les méchants, les pécheurs, les moqueurs… L’homme qui trouve son plaisir dans la Bible… Quelque part c’est la même perspective que celle de Jude. On navigue dans une mer d’opposants à Dieu… Et leur moquerie est parfois décourageante. Mais Jude nous rappelle que ce contraste prégnant est de tout temps, et qu’un jour on verra la différence.

La lettre de Jude est constellée de citations de l’Ancien Testament, et puise dans l’histoire du peuple juif un grand nombre d’illustrations pertinentes.

14 C’est aussi pour eux qu’Hénoch, le septième (patriarche) depuis Adam, a prophétisé en ces termes: Voici que le Seigneur est venu avec ses saintes myriades, 15 pour exercer le jugement contre tous et pour faire rendre compte à tous les impies de tous les actes d’impiété qu’ils ont commis, et de toutes les paroles dures qu’ont proférées contre lui les pécheurs impies. 16 Ce sont des gens qui murmurent, des mécontents qui marchent selon leurs convoitises, dont la bouche parle avec grandiloquence et qui flattent les gens par intérêt. 17 Mais vous, bien-aimés, souvenez-vous des prédictions faites par les apôtres de notre Seigneur Jésus-Christ. 18 Ils vous disaient: À la fin des temps, il y aura des moqueurs qui marchent dans l’impiété selon leurs convoitises. 19 Les voilà, les fauteurs de divisions, les êtres charnels dépourvus de l’Esprit.

Jude 14-19

Différents par l’amour de Dieu

14 C’est aussi pour eux qu’Hénoch, le septième (patriarche) depuis Adam, a prophétisé en ces termes: Voici que le Seigneur est venu avec ses saintes myriades, 15 pour exercer le jugement contre tous et pour faire rendre compte à tous les impies de tous les actes d’impiété qu’ils ont commis, et de toutes les paroles dures qu’ont proférées contre lui les pécheurs impies.

Jude 14-15

En bon prédicateur, Jude utilise la littérature populaire de son époque, le Livre d’Hénoch, dont il a déjà repris pas mal de thèmes.

C’est un livre qui ne fait pas partie de la Bible, mais qui était apprécié dans la piété populaire. On ne sait pas quand il a été rédigé. Peut-être pas avant le 4ème s. av. J.-C., mais peut-être bien avant.

Incidemment, Williams, un théologien protestant est devenu libéral en étudiant ce passage (disons plutôt que, confronté au texte biblique, il n’a pu que révéler ses idées libérales). C’est-à-dire qu’il a rejeté l’un des 3 fondements proposés aux versets 2 & 3. Comment?

Le livre d’Hénoch a été écrit des milliers d’années après Hénoch, donc, dit-il, ce n’est pas Hénoch qui a parlé. La Bible attribuerait donc à tort à Hénoch un livre qu’il n’a pas écrit. Williams dit avoir franchi la barrière psychologique d’accepter la présence d’erreurs dans le texte biblique avec ce texte: Hénoch n’aurait pas prophétisé puisque le livre d’Hénoch est un pseudépigraphe1.

D’autre part, la citation du livre d’Hénoch se rapproche pas mal de Deutéronome 33.2, ce qui constitue à ses yeux un plagiat puisqu’attribué à Hénoch et non à Moïse.

Williams conclut:

Quelle que soit la direction que prend l’inerrantiste, la référence de Jude à Hénoch est une impasse pour l’inerrance, ou pour le canon protestant, ou pour les deux2.

Plusieurs hypothèses invérifiables sont nécessaires pour que Williams ait raison. Mais la plus importante d’entre elles, c’est qu’il faut pouvoir garantir qu’Hénoch n’a jamais dit ces choses; qu’aucune tradition orale (authentique) n’ait rapporté ces propos avant la rédaction du livre. Or répondre à ces questions est objectivement impossible – personne ne peut l’attester, dans un sens ou dans l’autre. En sorte que l’objection de Williams n’est que la révélation de ses présuppositions initiales, à savoir qu’il rejette l’inerrance de l’Écriture.

Jude ne croyait pas en l’inspiration de la prophétie du livre d’Hénoch. Cependant, être prophète, c’est avant tout être porte-parole, sans que l’ensemble des propos tenus puisse être considéré comme inspiré. C’est certainement le cas de Caïphe qui « prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation » (Jn 11.51) ou d’Epiménide « prophète » des Crétois menteurs (Tt 1.12), tout comme la prophétie de l’Église (1Co 14.29). Le sens et la fonction du « prophète » ne sont pas homogènes dans l’ensemble du texte biblique. S’appuyer sur un aspect du livre d’Hénoch ne lui confère pas le statut d’inerrance, et ne réduit aucunement les autres citations de l’Ancien Testament au même statut que celui de ce livre!

Je sais que ce sont des batailles qui semblent très tirées par les cheveux, et indignes de la préoccupation des chrétiens un dimanche matin! Mais c’est par de telles batailles que soudainement de jeunes étudiants bibliques sont tentés de rejeter l’un des fondements les plus importants du christianisme, c’est-à-dire l’inerrance biblique.

Et si un grand ponte d’une université qui se prétend chrétienne publie un article affirmant que la Bible contient des erreurs, tout un tas de groupies le croient et propagent l’hérésie. Mais ils le font de la pire des manières, en disant: mais je crois pourtant que la Bible fait autorité, et elle plus forte parce que plus humaine, plus proche des hommes! C’est une hérésie vieille comme le Nouveau Testament: Augustin déjà renversait les raisonnements de ceux qui affirmaient la présence d’erreurs dans la Bible.

Alors reprenons. Ce n’est pas que ce livre dans son intégralité soit inspiré – la Bible seule fait autorité (2Tm 3.16; 2P 1.20-21). C’est simplement que le Livre d’Hénoch possède une information juste, et que la Bible la reprend. Cette phrase là est inspirée de Dieu.

On ne dit pas grand-chose d’Hénoch dans la Bible.

Il est bien le 7ème patriarche (Adam, 5 descendants, et lui-même. cf 1Chr 1.1-3). L’info principale est donnée ici: « Hénoch marcha avec Dieu; puis il ne fut plus, parce que Dieu l’enleva » (Gn 5.24). Puisqu’il est enlevé, certains pensent qu’il est avec Élie, le seul homme qui ne soit pas mort, et qu’il est l’un des deux témoins de l’Apocalypse 11. Mais à mon avis, les 2 témoins de l’Apocalypse ressemblent plus à Moïse et Élie (par leur ministère, et par la représentation symbolique de la Loi et des Prophètes).

Que peut-on dire de plus d’Hénoch? Une tradition née du Livre des jubilés parle d’Hénoch comme celui qui, « parmi les hommes qui sont nés sur terre, apprit l’écriture et la connaissance et la sagesse et qui écrit dans un livre les signes du ciel, selon l’ordre de leurs mois, afin que les hommes connaissent les saisons des années, selon l’ordre de séparation de leurs mois ». Le problème c’est que ce livre contenant bien des considérations bizarres, il est difficile d’en avoir une idée certaine.

Mais vous savez quoi? On lui demandera! Quand nous nous baladerons sur la nouvelle terre, et que nous le rencontrerons, nous lui demanderons: « En fait, t’étais qui toi?!! » Nous réaliserons que c’est un homme qui a compris le Salut, comme chacun – ou comme la plupart d’entre nous. Et comme il a compris le Salut, il a aussi compris le jugement Jude utilise un verbe au passé: le Seigneur « est venu » comme pour souligner l’absolue certitude de son retour pour juger.

Il vient avec des milliards d’anges – c’est-à-dire un nombre incalculable. C’est difficile de louper la répétition: Pour juger tous les impies… tous les actes d’impiété… toutes les paroles dures…

Jude en est toujours à cette mise en garde des faux prophètes. Il souligne qu’une ligne radicale les sépare de ceux qui aiment Dieu. Il les a caractérisés précédemment, et il annonce le jugement final. La traduction ne rend pas compte de leur problème principal: ils parlent contre Dieu. Eux qui pourtant se disent spirituels, s’opposent à Dieu…

La traduction parle du jugement sur tous les hommes, parce que tous les hommes sont marqués par les « actes d’impiété » c’est-à-dire des actes qui reflètent le manque total de respect de Dieu.

Jésus revient exercer un jugement et convaincre de manière définitive les hommes qui seront confrontés à leur propres paroles, des paroles dures prononcées contre Dieu…

J’ai visionné un débat entre un philosophe des sciences chrétien et un professeur de chimie athée. Le débat était de grande qualité, mais c’était tellement surprenant d’entendre des inepties sérieusement énoncées… du style: « Je ne sais même pas si j’existe, peut-être que j’existe pas » – tout ceci pour tenter de justifier que le monde aurait pu ne pas exister tel qu’il est. Par contre, il y avait une grande hargne contre Dieu.

Parfois, certaines personnes qui se prétendent chrétiennes ont un discours tenant de l’attaque. Dimanche soir dernier nous recevions un ami qui est maintenant pasteur au Canada. Celui qui l’a précédé, et qui a perdu son poste bien avant qu’il n’arrive, avait une attitude de revendication vis-à-vis de Dieu: « Dieu me doit ça… après tout, j’ai payé de longues études, j’ai beaucoup sacrifié, j’ai gagné peu d’argent – et à la place, rien ne va dans ma vie ». Acariâtre, et revanchard, il n’y avait pas de trace d’amour pour Dieu.

Jude veut qu’on sache que le jugement arrive. Toute la Bible est claire sur ce jugement:

[Il] a fixé un jour où il jugera le monde selon la justice, par l’homme qu’il a désigné, ce dont il a donné à tous une preuve certaine en le ressuscitant des morts…

Actes 17.31

Lorsque le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s’assiéra sur le trône de sa gloire. Toutes les nations seront assemblées devant lui. Il séparera les uns d’avec les autres, comme le berger sépare les brebis d’avec les boucs; et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche.

Matthieu 25.31-33)

Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme; craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne.

Matthieu 10.28

Or, comme on arrache l’ivraie et qu’on la jette au feu, il en sera de même à la fin du monde. Le Fils de l’homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité, et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.

Matthieu 13.40-42

Bien-aimés, si vous êtes en Christ, vous savez que ce jugement n’est pas pour vous, n’est-ce pas? Il a été porté par Jésus, une fois pour toutes. Il n’y a plus aucune condamnation pour ceux qui sont en Christ Jésus (Rm 8.1).

Toutefois, la réalité du jugement et de la grâce doit imprégner le disciple du Christ avec une forme de solennité, de sobriété. Nous serons aussi jugés, pas en vue de la condamnation, mais en vue de récompenses éternelles, en vue d’une intimité particulière avec le Christ.

Ne nous permettons pas d’ignorer cette réalité du jugement.

Nous devons prier: Seigneur, permet que mon amour fasse que je dise du bien de toi. Que mes lèvres chantent tes louanges. Que mon cœur se réjouisse de la grâce et s’inquiète de ceux qui m’entourent. Un disciple est marqué par l’amour pour Christ… contrairement aux faux prophètes

Différents par la reconnaissance

16 Ce sont des gens qui murmurent, des mécontents qui marchent selon leurs convoitises, dont la bouche parle avec grandiloquence et qui flattent les gens par intérêt.

Jude 16

L’attitude de ces imposteurs est à noter: ils grognent!

Plutôt que d’avoir de la reconnaissance, ils murmurent. C’est-à-dire qu’ils ne sont jamais satisfaits et se plaignent de tous et de tout.

C’est une onomatopée dans le grec, c’est-à-dire que le mot même exprime par le son ce qu’il est censé décrire… gongystai… quelqu’un qui râle… gongystai… Ce mot est utilisé dans la Septante pour parler de ceux qui râlaient dans le désert, mécontent de ce que la providence divine leur accordait.

C’est amusant, mais dans notre liste de péchés, nous placerions le meurtre, l’adultère, le vol parmi les plus graves. Et non sans raison, parce qu’ils altèrent violemment la vie même. Mais nous avons du mal à concevoir le sérieux des attitudes suivantes:

L’amour de l’argent. Pourtant, la racine de tous les maux. La médisance, la calomnie. Pourtant, ça tue les Églises constamment. Et tout en bas de la liste, on aurait le fait de se plaindre. Peut-être parce que c’est un sport national?! Pourtant, les langueurs du cœur sont les meilleurs reflets de ses trésors. Et les murmures en disent long sur les idoles qui nous hantent.

L’Ancien Testament contient de nombreux exemples où le peuple se plaint du manque de soin de Dieu à son égard:

4 Ils partirent de la montagne de Hor par le chemin de la mer des Joncs, pour contourner le pays d’Édom. 5 Le peuple s’impatienta en route, parla contre Dieu et contre Moïse: « Pourquoi nous avez-vous fait monter hors d’Égypte, pour que nous mourions dans le désert? Car il n’y a point de pain et il n’y a point d’eau, et nous sommes dégoûtés de ce pain méprisable. » 6 Alors l’Éternel envoya contre le peuple les serpents brûlants; ils mordirent le peuple, et il mourut beaucoup de gens en Israël.

Nombre 21.4-6

Le prophète Jérémie propose quant à lui qu’on se plaigne d’une chose… vous savez quoi?

Pourquoi l’homme vivant se plaindrait-il? Que chacun (se plaigne) de ses propres péchés.

Lamentations 3.39

Dans leur attitude, ils sont dominés par leurs désirs. Puisqu’ils n’ont pas l’Esprit, ils n’ont aucune protection contre leur passion. À l’inverse du chrétien qui est en lutte avec ses passions (et parfois la colère ou la convoitise prend le dessus, mais il s’en repent et reprend le dessus).

D’ailleurs je prends cela comme un encouragement quand une personne me fait part de ses luttes. Le non-chrétien ne lutte pas vraiment! Si vous lisez les Confessions d’Augustin vous verrez combien il a été en proie à la difficulté de vivre selon Dieu. Par Christ, il a triomphé!

Enfin, leurs paroles sont riches, abondantes – parfois délirantes! Mais une chose qu’ils savent faire, c’est flatter les gens pour qu’ils leur donnent… de l’argent, ou leur estime.

Dans son commentaire, Mac Arthur dit:

Les apostats sont dominés par eux-mêmes à tel point qu’ils ont à la bouche des paroles hautaines. Ils bombent le torse en employant avec arrogance un vocabulaire religieux élaboré et pompeux qui semble spirituel, mais qui est vide de toute vérité et substance divines. En faisant usage de telles paroles, ils admirent aussi les personnes par motif d’intérêt. L’apostat excelle dans l’art de dire aux gens ce qu’ils veulent entendre (voir 2Tm 4.3, 4), en s’employant à les manipuler avec ruse à son propre avantage. Il ne se préoccupe certainement pas de proclamer la vérité de Dieu dans le but d’édifier ceux qui l’entendent (voir Ps 5.9; 12.2, 3; Pr 26.28; 29.5; Rm 3.13; 16.18).

J’aimerais que nous, petit peuple de notre Église locale de Villeurbanne, nous soyons saisis d’un renouveau de reconnaissance comme témoignage de la grâce de Dieu dans nos vies… Que nous sachions abonder en actions de grâce, pour ceux qui nous entourent, pour ce que la providence de Dieu nous donne…

Différents par la patience

17 Mais vous, bien-aimés, souvenez-vous des prédictions faites par les apôtres de notre Seigneur Jésus-Christ. 18 Ils vous disaient: À la fin des temps, il y aura des moqueurs qui marchent dans l’impiété selon leurs convoitises. 19 Les voilà, les fauteurs de divisions, les êtres charnels dépourvus de l’Esprit.

Jude 17-19

Vous vous souvenez peut-être que Jude était le petit frère de Jésus. On devrait dire le ½ frère d’ailleurs – puisque le Père de Jésus n’était pas Joseph.

Pour souligner davantage son propos, il ne cite plus l’Ancien Testament, ni même les convictions populaires. Il cite les propos des apôtres. À la manière dont il en parle, c’est comme s’il disait, « j’ai entendu les apôtres en parler ». Et que disent-ils?

Pierre avait déjà écrit à ce sujet.

3 Sachez avant tout, que, dans les derniers jours, il viendra des moqueurs pleins de raillerie, qui marcheront selon leurs propres convoitises 4 et diront: Où est la promesse de son avènement? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme depuis le commencement de la création.

2 Pierre 3.3-4

Et il est vrai que les apôtres ont cru ce que Jésus annonçait sur l’avènement prochain de son royaume. Ils ont dû en entendre!

Les gens qui ont entendu les apôtres annoncer le retour prochain de Jésus se sont probablement moqués. « Jésus revient bientôt, mais ça fait 40 ans qu’il est mort et ressuscité! »

Beaucoup de mouvements ont prophétisé le retour du Christ (les Témoins de Jéhovah en 1914 par exemple), et beaucoup de fausses doctrines ont annoncé le retour du Christ à des moments bizarres pour mieux manipuler l’anxiété des foules.

Pierre continue, ayant observé les moqueurs…

5 En effet, ils oublient volontairement qu’il y eut, autrefois, des cieux et une terre qui, du milieu de l’eau et formée par l’eau, surgit à la parole de Dieu, 6 et que, par les mêmes causes, le monde d’alors périt submergé par l’eau; 7 mais, par la même parole, les cieux et la terre actuels sont gardés en réserve pour le feu, en vue du jour du jugement et de la perdition des impies. 8 Mais il est un point que vous ne devez pas oublier, bien-aimés: c’est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans et mille ans sont comme un jour; 9 le Seigneur ne retarde pas (l’accomplissement de) sa promesse, comme quelques-uns le pensent. Il use de patience envers vous, il ne veut pas qu’aucun périsse, mais (il veut) que tous arrivent à la repentance.

10 Le jour du Seigneur viendra comme un voleur. En ce jour-là, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre, avec les œuvres qu’elle renferme, sera consumée. 11 Puisque tout cela est en voie de dissolution, combien votre conduite et votre piété doivent être saintes! 12 Attendez et hâtez l’avènement du jour de Dieu, où les cieux enflammés se dissoudront et où les éléments embrasés se fondront. 13 Mais nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre où la justice habitera. 14 C’est pourquoi, bien-aimés, dans cette attente, efforcez-vous d’être trouvés par lui sans tache et sans défaut dans la paix.

2 Pierre 2.5-14

Pierre dévoile ici plusieurs éléments qui m’encouragent dans ma vie avec Christ.

  1. Tout d’abord, il y a eu, dans le passé, des moments qui ont duré des siècles, où Dieu ne semble pas avoir agi de façon très spectaculaire. Et puis un jour, Dieu dit: « Stop, le temps de grâce est terminé. Le temps du choix est terminé. Voici le temps du jugement. » Et cette même parole qui dit « stop » est la même qui dit: « On continue. » Dieu est maître du temps. Lorsque nous sommes confrontés aux craintes face à l’avenir et aux difficultés, Dieu a la main sur le bouton. Les choses changeront un jour.
  2. Le fait que Jésus ne soit pas encore revenu établir son règne est une manifestation de patience. Il appelle tous les hommes à trouver refuge dans le pardon qu’il propose.
  3. Le retour imprévisible de Jésus doit nous conduire à une certaine sobriété vis-à-vis de l’existence. Notre vie sera rapidement altérée. Ce jour nous surprendra sans qu’il soit plus jamais possible de revenir en arrière. Les regrets qui ne se seront pas transformés en repentance ne seront plus possibles.

En attendant, plusieurs viendront, en se moquant d’une doctrine orthodoxe, et ils prôneront le libertinage de tout ordre….

Conclusion

Le message était suffisamment long. Je termine avec juste cette lecture de Galates:

7 Ne vous y trompez pas: on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. 8 Celui qui sème pour sa chair, moissonnera de la chair la corruption; mais celui qui sème pour l’Esprit, moissonnera de l’Esprit la vie éternelle. 9 Ne nous lassons pas de faire le bien; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas. 10 Ainsi donc, pendant que nous en avons l’occasion, pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères en la foi.

Galates 6.7-10

1 WILLIAMS, The Error of Inerrancy, Encounter 1996, 57, no. 1:58.
2 WILLIAMS, The Error of Inerrancy, Encounter 1996, 57, no. 1:60.


Dans la même série: