L’écoulement du temps, ça frustre grave! (Ecclésiaste 3.1-15) – Florent Varak

Découvre cette prédication de Florent Varak sur Ecclésiaste 3.1-15. Elle est la troisième d’une série de 11 prédications que tu pourras retrouver ici.

La plupart des blogueurs ToutPourSaGloire.com sont également pasteurs. Aujourd’hui, tu peux toi aussi bénéficier de leurs enseignements grâce à notre nouveau podcast Prédications TPSG. Ces prédications, qui se veulent résolument textuelles et christocentriques, te feront redécouvrir le sens profond des Écritures et nourriront ta foi en Christ.

Tu peux écouter ce podcast sur Spotify, Deezer, Apple Podcasts et Google Podcasts.


Notes écrites de la prédication

Le temps

C’est curieux le temps. On dirait que c’est quelque chose de simple. On sait le mesurer avec un chronomètre, on sait se donner un rendez-vous, on sait comment arriver à l’heure à l’église! On expérimente, et pourtant…

En physique, le temps est quelque chose de complexe. Difficile en vérité de définir la nature du temps. Une mesure absolue? Une mesure relative?

En philosophie, j’ai trouvé la définition très compliquée! En fait, le philosophe considère que nous ne vivons jamais « un présent pur, réduit à une durée nulle ».

En littérature et dans la culture populaire, c’est une source intarissable d’inspiration et d’humour.

Jacques Sternberg:

Il y a un temps pour vivre, un temps pour mourir. Après, cela s’aggrave parce qu’il n’y a plus de temps du tout.

Montesquieu:

C’est un malheur qu’il y a trop peu d’intervalles entre le temps où l’on est trop jeune, et le temps où l’on est trop vieux.

– Extrait de Mes Pensées

C’est souvent la muse des poètes qui réfléchissent à son impact dans la vie:

Jacques Brel:

Il y a deux sortes de temps: y a le temps qui attend et le temps qui espère.

Jules Romains:

Le temps passe. Et chaque fois qu’il y a du temps qui passe, il y a quelque chose qui s’efface.

François Rabelais:

Le temps mûrit toutes choses; par le temps toutes choses viennent en évidence; le temps est père de la vérité.

Rastignac:

La vie humaine se compose de deux parties: on tue le temps, le temps vous tue.

Simone de Beauvoir:

Ils se contentent de tuer le temps en attendant que le temps les tue.

Charles Aznavour et Léo Ferré l’ont décliné, ce temps, dans leurs chansons.

Paul McCartney, à 16 ans, a écrit un chant pour l’anniversaire de son père. Très ironique, la chanson se moque du vieillissement. Son titre? « When I am 64« . Il ne la chante plus. Il a 68 ans! Pour que la chanson ait son impact, il faudrait qu’il chante « quand j’aurai 104 ans »!!!

Pour le manager, le temps… c’est de l’argent! L’adage est célèbre, et j’ai repris un livre assez ancien, vendu à plusieurs millions d’exemplaires, au titre évocateur: Comment contrôler votre temps et votre vie. Nous y trouvons la clé de tout:

Je vous présente maintenant un nouvel outil à utiliser promptement et spontanément, aussi souvent qu’il le faut, quotidiennement: la question de Lakein. Cette question se lit comme suit: « Quel est, en ce moment, le meilleur usage possible de mon temps? N’oubliez pas, pour commencer, de vous poser la question de Lakein chaque fois que vous n’êtes pas sûr de faire le meilleur usage de votre temps. Cela devrait devenir, au bout d’environ une semaine, comme une seconde nature.

Éditions Un monde différent Itée, Québec, 1985, p. 135

Comme pour toute nouvelle habitude, se poser la question de Lakein demande un peu de pratique. En vous rodant, vous verrez que votre assurance augmentera et que vous obtiendrez régulièrement des bonnes réponses au premier essai. Ne cessez pas de vous poser la question de Lakein.

– p.136

Posez-vous également la question de Lakein lorsque vous vous surprenez à rêver au cours d’un travail. Êtes-vous en train de prêter l’oreille à une conversation qui a lieu dans le bureau voisin, de vous demander qui vient de passer dans le vouloir, de penser à vos prochaines vacances? Vite, la question!

Posez-la aussi lorsque vous avez le sentiment que vous n’êtes peut-être pas en train de faire le meilleur usage de votre temps, lorsque vous avez tendance à remettre quelque chose à plus tard, lorsque vous faites une pause, alors que vous êtes occupé à une tâche A1, ou encore lorsque vous brassez de la paperasse au lieu de l’expédier.

Posez-la lorsque vous ne savez lequel de deux projets adopter, lorsque vous êtes à plat, ou encore aux moments de transition entre plusieurs tâches.

– p.137

Je ne sais pas si vous aimeriez vivre avec au-dessus de votre tête « la question de Lakein ». Ce ne devait pas être un drôle, notre homme! Gérard Mermet observe:

Cette course toujours renouvelée contre le temps est en fait une course contre la mort; il s’agit de « tuer le temps » avant qu’il ne tue.

Francoscopie 2005, Pour comprendre les Français, p.116

Je n’aime pas cette manière de concevoir le temps, parce qu’elle ne conçoit seulement qu’à l’occuper…

Un vieil homme, manager dans la gestion du temps et sollicité pour intervenir sur ce sujet dans une université, a donné cette image du bocal. Devant ses étudiants, il remplit un bocal de pierres, et une fois le récipient plein à ras bord, il leur demande s’il est possible d’en mettre plus. Ceux-ci répondent que non.

À ce moment, le vieil homme sort du gravier qu’il verse dans le bocal jusqu’à ce qu’il soit plein, et pose à nouveau la même question. Un peu hésitant, les élèves répondent à nouveau qu’il n’est pas possible d’en mettre plus. Le vieil homme sort alors du sable qui trouve place dans les interstices entre les gravillons. Et à nouveau il demande s’il est possible d’y ajouter encore quelque chose. Prudents, les élèves se taisent.

Avec raison, car l’orateur sort alors une cruche d’eau qu’il verse dans le bocal. Il leur demande alors quelle est la leçon qu’il cherche à leur enseigner. Un étudiant, futur cadre ou dirigeant d’entreprise, propose:

« Quand notre agenda semble bien rempli, et qu’on ne pense pas pouvoir y placer un rendez-vous supplémentaire, c’est pourtant possible: on peut remplir son temps bien plus qu’on ne le croit. On peut toujours faire plus avec notre temps! »

« Certainement pas! » répond le professeur. « Il faut toujours s’assurer de mettre les choses les plus grandes et les plus importantes, celles qui sont prioritaires, en premier. »

C’est une leçon de sagesse humaine préférable à celle de Lakein.

Quand on parle du temps, du temps qui passe, on ne peut qu’être impressionné par la juste utilisation du temps qu’a eue Jésus.

Durant ses trois années de ministère public, Jésus-Christ n’a jamais été en avance ou en retard sur l’horaire divin. C’est un des grands messages de l’Évangile selon Jean. « Sa montre » était toujours réglée sur celle de son Père. Il était toujours là où son Père voulait qu’il soit, à l’heure décidée par Dieu et pour accomplir le programme précis prévu par lui.

– Maurice Decker, Si les minutes m’étaient comptées: Gestion du temps et service de Dieu, p.75

Jésus a servi 3 années. Et le monde entier a été renversé. Jésus a été occupé sans jamais rompre sa communion avec Dieu. Ainsi, comment vivre ce temps, le remplir utilement, en faire son allié?

Cette section est l’une des plus concrètes et des plus utiles de l’ensemble de l’Ecclésiaste. Il y a là un principe fondamental de vie qui j’espère vous portera durablement. Salomon vient d’établir:

Le verdict global de la vie – c’est vain, c’est bref, c’est court, c’est passager. Bref, un peu léger. L’impossible satisfaction, ni dans la connaissance, ni dans les excès que peuvent être le consumérisme, la chasse au rire, au sexe, à l’alcool – ou toute manière artificielle de taire l’angoisse de la vie, des déceptions, et de l’absence de sens. Cette quête là ressemble à la chasse au dahu.

Alors dans ce monde vicié par l’imperfection, la déception et la temporalité, la première grande leçon de l’Ecclésiaste c’est… de cueillir les bons moments, de façon consciente. Un bon repas, un bon vin. L’étreinte d’un conjoint. Les liens amicaux dans une Église – la vie des potes. Cueille le jour, carpe diem, c’est dit des siècles après Salomon. J’espère que vous avez apprécié cette semaine les justes plaisirs que Dieu a mis devant vous. Honte à celui qui ne prend pas plaisir à ce que Dieu lui donne. Honte à celui qui rejette les moyens humains que Dieu a donné aux hommes pour que la vie se vive avec un peu de joie au milieu de la boue…

J’espère que dans la tristesse, vous faites un bon repas et vous invitez un ou une amie. Et vous prenez le temps d’acheter une bonne bouteille. Pas du vin en sac, pas du vin à 1 sou. Une bonne bouteille. Pas pour se saouler – il y a rien de plaisant à vomir dans un seau. Et que vous dites merci, et que vous refaites le monde, en priant Dieu de savoir quoi faire pour donner à quelqu’un quelque chose de bon.

J’espère que dans les couples et dans les familles il y a une juste culture du juste plaisir, dans toutes les dimensions que Dieu a données au couple et à la famille, pour que l’autre se sente accueilli, aimé.

Voici un autre principe maintenant. Il vient d’une observation toute évidente, et qui se transforme en épée à double tranchant. Ce principe va changer votre vie. Vous êtes prêt?!!!

Lecture: Écclésiaste 3

La routine destructrice dans les cycles de la vie (Ec 3.1-9)

1Il y a un moment pour tout, un temps pour toute chose sous le ciel.

Ce premier verset est absolument extraordinaire. On va en tirer plusieurs principes que j’espère nourrissants pour notre vie. Mais il faut observer, avant d’en tirer les aspects plus positifs, que Salomon le voit comme une sorte de cycle maladif, qui ne permet à rien de rester.

Quelqu’un a observé qu’il y a là 14 actions constructrices et 14 actions destructrices. Le bilan? Aucun profit. Le bilan est à 0. Il y a une frustration terrible de réaliser qu’aucune action humaine n’est réellement décisive.

Tous les traités de paix ont été invalidés par les guerres.

C’est comme les Lego. Dès qu’on les a éparpillés par terre pour jouer avec, il y a toujours un parent qui vous demande de les ranger.

Dès qu’on chante de joie d’avoir un enfant, on pleure parce qu’il ne nous laisse pas dormir…

Je ferai quelques brèves remarques sur chacun de ces contrastes, qui sont essentiellement des observations. Ce ne sont pas des lois – il ne faut pas qu’il en soit ainsi! C’est seulement des choses qui se passent, parfois comme une nécessité inéluctable, parfois probable, et les choses s’annulent les unes les autres…

2Un temps pour enfanter et un temps pour mourir

Les saisons de la vie se succèdent. Nous avions prévu deux ans de mariage avant d’avoir un enfant, mais voilà que 11 mois après notre mariage nous étions trois à la maison. Un temps pour enfanter…

C’est merveilleux le temps de donner vie. Un petit bonhomme ou une chipie plein(e) de sourires. Une vie est créée! Dès la conception, un être humain porte l’image de Dieu. Et c’est un cadeau de Dieu que de donner vie.

Certains sont dans la phase où c’est plutôt le chaos à la maison avec tant de fatigue, de bruit… C’est un temps. Un temps pour donner vie, pour accompagner.

Et puis ce temps passe vite, si vite. Bientôt ils rentrent à l’école, puis au collège, puis au lycée…

Et puis… ils partent.

Mais si l’homme et la femme peuvent engendrer la vie, ils ne peuvent la garder pour eux-mêmes. C’est un paradoxe: donner vie, sans savoir la garder. Il y un temps pour mourir.

Chacun d’entre nous- sauf retour du Christ avant, mourra. C’est un choc?!

Ce n’est pas une saison facile. Il paraît qu’on se replie souvent sur soi-même, on a de la peine à être joyeux et satisfaits. Les puritains avaient pris l’habitude de prier: « Seigneur, permets-moi de bien mourir… » Mourir en paix, confiant, serein. Après avoir appris aux autres comment vivre, on apprend aux autres à mourir. Alors puisqu’on naît et qu’on meurt, il faut apprendre à vivre entre les deux!

Un temps pour planter et un temps pour arracher le plant 3. Un temps pour tuer et un temps pour guérir.

Le fermier le sait, il faut encore, de saison en saison, replanter et enlever, replanter et enlever. Et même l’éleveur qui prend soin de ses brebis ou de ses chevaux, qui les soigne avec attention et avec amour, sait qu’un jour il faudra les tuer. Les abattre, et en extraire la viande pour manger.

Et bien sûr l’image a des parallèles spirituels. Lorsque Dieu mandate le prophète Jérémie, il lui dit:

Regarde, je t’établis aujourd’hui sur les nations et contre les royaumes, pour que tu arraches et que tu abattes, pour que tu fasses périr et que tu détruises, pour que tu bâtisses et que tu plantes.

– Jé 1.10

« Un temps pour démolir et un temps pour bâtir » c’est l’expérience de toutes les villes, et de tous les villages.

4Un temps pour pleurer et un temps pour rire, un temps pour se lamenter et un temps pour danser.

Je voudrais juste m’attarder un peu sur ce verset. Nos sociétés occidentales sont devenues assez stériles en émotions. On doit rester « zen » – mais ce n’est pas très catholique, ni évangélique d’ailleurs! J’ai même entendu un conseiller chrétien dire qu’une juste vision de la souveraineté de Dieu devrait nous laisser totalement serein devant le décès d’un proche.

Je suis en désaccord complet. Il y a un temps pour pleurer, et ce temps est nécessaire.

Que ce soit à cause de la détresse:

Je m’épuise à force de gémir; chaque nuit je baigne ma couche (de mes pleurs), j’arrose mon lit de mes larmes. Mes yeux sont usés par le chagrin; Ils vieillissent à cause de tous mes adversaires.

– Ps 6.7-8

Que ce soit à cause du péché qu’on confesse:

Pendant qu’Esdras, pleurant et effondré devant la maison de Dieu, faisait cette prière et cette confession, une assemblée très nombreuse de gens d’Israël, hommes, femmes et enfants s’était réunie auprès de lui, et le peuple répandait d’abondantes larmes.

– Es 10.1

Que ce soit par un désert spirituel:

Mes larmes sont ma nourriture jour et nuit, pendant qu’on me dit tout le temps: Où est ton Dieu?

– Ps 42.4

Que ce soit par le décès d’un proche. Jésus a pleuré à la mort de Lazare, voyant la dévastation de la mort parmi les hommes…

Laisser les larmes. Il y a des saisons de la vie qui sont tristes, tristes à mourir. Le décès d’un enfant, d’un conjoint, d’un ami. Les difficultés relationnelles avec un membre de la famille, la persécution peut-être. Pleurer un bon coup, c’est salutaire.

Ce que la Bible suggère, c’est d’exprimer la douleur, ou de la reconnaître, de l’accueillir comme ce qu’elle est. La Bible nous met en garde sur deux choses:

  • La laisser nous contrôler, et nous faire pécher contre le Créateur. Job. Caïn.
  • La faire durer, comme une soupe dont on se servira toute la vie. En 2 Sam 10, David dit à des serviteurs traumatisés de prendre le temps de récupérer à part.

Et honte aux pseudos spirituels qui disent l’inverse. La Bible ne dit pas de corriger ceux qui pleurent. Voici ce qu’elle nous dit:

Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent; pleurez avec ceux qui pleurent.

– Ro 12.15

J’espère que personne ici ne minimise brutalement la douleur d’autrui…

Par contre, il faut aussi reconnaître que les pleurs peuvent laisser naître un esprit d’apitoiement sur soi… À un moment donné, il faut passer à cet autre temps. Celui du rire. Celui de la danse. Il faut aussi savoir se relever. Accueillir le temps de deuil, accueillir le temps de la fête.

5Un temps pour jeter des pierres et un temps pour ramasser des pierres.

Peut-être l’expression de colère – genre intifada – peut-être l’observation que parfois on crée des murs et parfois il faut les casser. Et finalement, on aura rien fait d’autre que déplacer des pierres!

Un temps pour étreindre et un temps pour s’éloigner de l’étreinte.

Même la douceur des relations humaines nous conduit à des moments opposés. Vous embrassez un enfant, et cet enfant s’éloigne. Vous embrassez votre conjoint et la vie n’est pas constante pour maintenir cette étreinte.

6Un temps pour chercher et un temps pour perdre; un temps pour garder et un temps pour jeter. 7Un temps pour déchirer et un temps pour recoudre.

Toutes les activités qui s’opposent les unes aux autres, et qui forment notre journée. Et qui finalement n’offrent pas vraiment de différence notoire.

Un temps pour se taire et un temps pour parler

Sage leçon de vie. Certains ne connaissent qu’un seul de ces 2 temps.

Certains parlent et parlent et parlent et n’arrêtent pas de parler. Ils parlent même quand il faudrait juste écouter l’autre. Ils parlent toujours et encore. Ils ont un avis sur tout, une réplique à tout, un conseil pour tous. Et ils font le vide autour d’eux parce que personne n’aime être aux côtés d’un moulin à paroles.

D’autres sont des murailles de silence et de renfermement. Ils ne communiquent que par « Mmmh » « Bof »

« OK »… Et ils font le vide autour d’eux parce que personne n’apprécie la compagnie de carpes, sauf si elles sont cuites au citron et dans une assiette entourée d’un peu de riz et de haricots verts…

La Bible a plein de conseils sur la manière de parler:

Que tout homme soit prompt à écouter, lent à parler.

– Ja 1.19

Je vous le dis au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu’ils auront proférée.

– Mt 12.36

Souvenez-vous du contexte. Il y a un temps pour tout. Parfois le temps est juste de ne rien dire. Parfois, c’est de prendre le temps d’un café, et de parler. Un temps pour tout.

J’ai vraiment beaucoup de difficulté avec ça. Quand avec Lori nous avons des choses à régler, le temps le plus naturel pour moi, c’est le soir avant de s’endormir. Et moi je peux dire mes trucs, et je suis déchargé, et je m’endors tranquillement… Mais pour Lori, c’est garantir une nuit blanche si je fais ça. Parce qu’elle va penser à tout ceci jusqu’à en perdre le sommeil. Un temps pour tout – et le soir, chez nous, c’est un temps pour se taire!

8Un temps pour aimer et un temps pour haïr; Un temps de guerre et un temps de paix.

Bien sûr qu’il y a un temps de haine: la haine du mal, la haine du malin. Et les circonstances qui nous permettent d’être en paix aujourd’hui sont nées du combat et du sang des autres. Ainsi va la vie. Ce n’est qu’une observation ici. Rien ne dure. Rien n’est stable.

9Que reste-t-il à celui qui travaille de la peine qu’il prend?

C’est finalement le constat ultime. Que reste-t-il d’une journée? D’un mois d’action? D’une vie? On a sorti les Lego, on les a utilisés, et il faut encore les ranger…

Pourquoi cette frustration destructrice de la vie? Plusieurs ont trouvé les messages précédents assez pessimistes et plutôt noirs. Et c’est vrai. Tout n’est pas encore dit.

Alors pourquoi cette frustration? Vous êtes prêts? C’est en fait un cadeau de Dieu!

L’opportunité divine dans les cycles de la vie (Ec 3.10-15)

10J’ai vu le souci que Dieu donne aux humains comme moyen d’humiliation.

D’où vient ce sentiment de routine, le cycle métro-boulot-dodo, l’éternel recommencement de faire des courses, les manger, jeter les paquets de courses, faire des courses…? D’où ça vient? C’est Dieu qui l’a donné!

Dieu donne aux humains ce moyen d’humiliation!

C’est Dieu qui est à l’origine de cette frustration.

Dieu ne veut surtout pas que nous vivions une vie satisfaite, avec des œuvres qui demeurent éternellement, avec un sens d’accomplissement complet. Surtout pas! Pourquoi? Dieu serait-il méchant?

Parce que la frustration nous évite d’apprécier de jouer dans une flaque, quand Dieu veut nous donner l’océan. Pour éviter qu’on s’érige des temples balayés un jour par la mort quand la Nouvelle Jérusalem est à nous. Pour éviter qu’on aime boire sans découvrir que Jésus dit:

Celui qui vient à moi n’aura jamais faim et celui qui croit en moi n’aura jamais soif.

– Jn 6.35

Il faut garder en tête que Dieu a créé un monde parfait, devenu maudit parce que l’homme a préféré ses propres voies. Ce monde hurle son insatisfaction pour qu’on cherche Dieu.

Pourquoi avons-nous faim et soif? Parce qu’il existe des aliments et des boissons. Pourquoi avons-nous ce sentiment d’injustice? Parce qu’il existe une justice absolue. Pourquoi avons-nous des appétits sexuels? Parce que la sexualité existe. Pourquoi avons-nous ces désirs d’éternité, de perfection? Parce que cette éternité et cette perfection existent – mais elles sont au-delà de nous.

Salomon, pour l’instant, ne donne pas toutes les solutions de la vie. Mais dans son observation réaliste de la difficulté, il nous donne faim de quelque chose de plus grand, qui est extra-terrestre. Qui ressort d’une vie avec Dieu.

Et pour tous ceux qui connaissent Dieu, il y a cette assurance, cette immense confiance, laissée par le verset 11 aux pièces du puzzle que nous sommes:

11Tout ce qu’il a fait est beau en son temps, et même il a mis dans leur cœur (la pensée de) l’éternité, bien que l’homme ne puisse pas saisir l’œuvre que Dieu a faite, du commencement jusqu’à la fin

Les hommes savent intuitivement, qu’ils ne sont pas faits pour mourir. Ils se rebellent devant la souffrance, et devant la mort, parce que c’est contre la nature que Dieu a mis dans nos cœurs.

Il y a cette intuition formidable que même si les pièces individuelles de chaque vie, et de chaque journée, et de chaque heure n’ont parfois aucun sens, l’ensemble, lui, a du sens, parce que vu d’en haut, le puzzle est magnifique.

La vie a du sens parce que Dieu ne laisse rien au hasard. Même les souffrances.

3Bien plus, nous nous glorifions même dans les tribulations, sachant que la tribulation produit la persévérance, 4la persévérance une fidélité éprouvée, et la fidélité éprouvée l’espérance. 5Or, l’espérance ne trompe pas, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint–Esprit qui nous a été donné.

– Ro 5.3-5

On pense à Joseph. Toute sa vie il a souffert, été rejeté, accusé faussement, alors qu’il était intègre.

J’estime qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire à venir qui sera révélée pour nous.

– Ro 8.18

C’est exactement ce que Salomon souligne. « En son temps ». J’ai eu un moment d’émotion cette semaine. Parfois je suis plus mélancolique ou découragé qu’à d’autres moments, et j’étais devant Jean 13, et Jésus dit ceci:

Avant la fête de Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde au Père, Jésus, qui avait aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout.

– Jn 13.1

Souvent, je me suis arrêté sur Jésus qui aima les siens jusqu’au bout. Trop fort!

Mais là c’était seulement: « L’heure était venue pour lui de passer de ce monde au Père. »

Pour moi aussi, il y aura un jour où je passerai de ce monde, avec ces joies éphémères et frustrantes, vers la maison du Père. D’un coup, je laisserai Lori, Jordan, Mélissa, Emilie – mes trésors – et tout le reste que j’aime. L’Église, les amis. Vers le Père.

Et tout ira bien à jamais…

Enfin, l’affirmation que Dieu fait toutes choses belles constitue sans doute un élément de réponse à la question du verset 9. L’activité humaine telle qu’elle a été décrite dans le poème des versets 3.1-8 paraît bien dérisoire. Mais Dieu contrôle les circonstances qui contraignent l’homme à ces activités souvent peu rentables, à ces actes qui s’opposent les uns aux autres, et il sait ce qu’il fait. Par conséquent, l’histoire a un sens, et nos activités aussi. Quoi qu’il arrive, quoi qu’il nous arrive, Dieu accomplit son œuvre. Et il utilise nos activités, aussi dérisoires et limitées qu’elles soient, pour réaliser finalement tout ce qu’il veut de bon et de beau.

– Sylvain Romerowski, Pour apprendre à vivre la vie telle qu’elle est, p. 191-192

C.S. Lewis est remarquable de lucidité ici:

La doctrine chrétienne de la souffrance éclaire, je crois, un fait très curieux du monde dans lequel nous vivons. Le bonheur et la sécurité établis auxquels nous aspirons tous, Dieu nous en prive en ayant rendu le monde tel qu’il est en sa nature même: mais il y a semé de la joie, du plaisir, de la gaieté à la volée. Nous ne sommes jamais à l’abri, mais nous avons beaucoup d’amusement et parfois même de l’extase. Il n’est pas difficile de voir pourquoi. La sécurité à laquelle nous aspirons conduirait notre cœur à se reposer sur les choses de ce monde et constituerait un obstacle à notre retour à Dieu: quelques moments d’amour heureux, un beau paysage, une symphonie, une rencontre plaisante avec nos amis, un bon bain ou un match de football n’ont pas cette tendance. Notre Père nous offre, au cours de notre voyage, de quoi nous rafraîchir dans des auberges plaisantes, mais il ne nous encourage pas à prendre ces auberges pour la maison.

– C.S. Lewis, The Problem of Pain, p.115 in Sylvain Romerowski, Pour apprendre à vivre la vie telle qu’elle est: À l’écoute du Qohéleth (l’Ecclésiaste), p. 197

Alors quelles sont ces auberges plaisantes qui contrent la vanité effroyable de notre activité? Les opportunités divines sont encore là citées:

12J’ai reconnu qu’il n’y a rien de bon pour lui sinon de se réjouir et de faire ce qui est bon pendant sa vie; 13et aussi que pour tout homme, manger, boire et voir ce qui est bon au milieu de tout son travail, est un don de Dieu. 14J’ai reconnu que tout ce que Dieu fait dure à toujours, il n’y a rien à y ajouter et rien à en retrancher. Dieu agit (ainsi) afin qu’on ait de la crainte en sa présence. 15Ce qui est a déjà existé et ce qui existera est déjà là, Dieu ramène ce qui a disparu.

Et l’on retrouve ce que Salomon a déjà souligné. Le bonheur temporaire de la vie n’est pas dans les grands moments éclatants. Il est dans les petits bonheurs que l’on cueille chaque jour. Bien-aimés, les enfants de Dieu devraient être des experts en petits bonheurs:

  • L’art de se réjouir des petits trucs quotidiens
  • L’art de se réjouir des actions entreprises, de les entreprendre avec sourire. Ranger une chambre, vendre un café, serrer la main à un patient, regarder un enfant en classe.
  • L’art de savourer ce qu’on mange, en rendant grâce à Dieu, l’art de boire un bon vin -pas descendre une bouteille, mais seulement un verre- juste en remerciant Dieu pour la diversité des goûts, ou une bonne bière, fraîche. Pas la moins chère, juste celle qu’on prend une fois par mois, parce qu’elle est rafraîchissante. De toute façon, si on la prend tous les jours, on aura moins de plaisir à la boire.

Tout ceci, toute l’activité, c’est un don de Dieu.

Vous changez une couche d’enfant, et vous en avez marre, parce que c’est toutes les 4 heures… il y a un temps pour tout. Le jour vient où vous aimeriez voir un enfant rire et bouger dans tous les sens sur une table à langer.

L’image qui me vient est celle d’un long marathon. Dans ce long marathon, obligatoire pour tous, il y a des gens qui ne font que râler. Ils crient et pleurent leur douleur. Ils comptent les cailloux qui les gênent, insultent les flaques qui les salissent, maudissent le soleil qui les éclaire, et invectivent la lune du soir. Ils ignorent le staff, tout au long, qui leur donne de quoi boire, et manger. Les clins d’œil aimants de ceux qui les encouragent. Ils s’en fichent.

Et puis il y a les autres. Ils regardent dans les yeux celui qui lui tend un verre et le remercie chaleureusement. Il y a bien les flaques. Il y a bien les cailloux. Il y a bien la lune. Mais ils boivent l’eau et croquent le sandwich en bénissant Dieu et en jouissant de chaque gorgée, de chaque bouchée. Ils se rapprochent de ceux qui peinent, et les soutiennent de leurs bras. Ils racontent une ou deux blagues de bon goût à ceux qui les entourent.

Voilà ce qui fait que la routine fade et destructrice de la vie devient l’opportunité de l’action même de Dieu au travers de nous.

On ne changera pas beaucoup de notre quotidien. Mais on peut énormément changer l’attitude qui le véhicule.

Conclusion?

Je voulais continuer, mais le temps ne nous le permet pas. Alors je vais conclure sur quelques éléments bien concrets.

Comment vivre cette réalité qu’il n’y a rien qui demeure?

1. Restreindre sa soif de stabilité

La vie n’est pas constante. Il y aura toujours construction et destruction à l’œuvre en même temps.

Si nous nous enfermons dans la déception parce que quelque chose a changé, nous n’avons pas compris cette leçon essentielle de la vie. La vie a des rythmes, et rien ne dure.

Nos meilleures constructions s’effondreront. Rien ne dure. Rien n’est stable.

Deux copains se préparent au travail missionnaire en France. Maîtrise de théologie, cours de français, doctorat en philosophie et apologétique. Des experts de l’existentialisme. Enfin ils terminent leurs études. Ils font une fête dans un restaurant avant de partir. Au retour, un chauffard ivre mort les percute. Ils meurent instantanément tous les deux… Tragédie.

Nos plus grandes peines aussi! Nos chemins les plus douloureux cesseront un jour. Louis Pelzer a passé près de 20 ans à l’hôpital, grabataire. Avant que Dieu ne le guérisse, miraculeusement, instantanément. Un temps pour tout.

2. Différencier le temps et le bon moment

Ce n’est pas à 50 ans qu’il faut se balader avec un bandana sur la tête, la chemise ouverte et les poils sur le torse, jean troué et piercing au nombril au sommet d’un bide passablement grossi par le temps. Il y a un temps pour tout – et d’ailleurs, je ne crois pas non plus qu’il y a un temps pour ça à 20 ans!

Est-ce que vous avez raison de faire la tête? Il y a un temps pour tout. Peut-être c’est le moment d’arrêter de bouder et de regarder la vie différemment.

Est-ce que vous avez quelque chose à dire à votre enfant? Est-ce le bon moment, la bonne occasion? Est-ce que le contexte fait que c’est approprié?

La vie a des saisons qu’il convient d’observer. Des temps pour se reposer. D’autres pour s’engager.

Demander conseils pour chaque temps de vie…

3. Saisir à pleine main le juste moment

Certains excusent toute leur vie en raison du passé. D’autres vivent toute leur vie dans l’espoir d’un futur. Et Dieu dit ni l’un ni l’autre ne demeure. Alors quelles sont les opportunités aujourd’hui pour être heureux et donner du bonheur?

C’est vraiment une supplique: gérer les nœuds passés, les pardons à accorder – y compris en réalisant le pardon que Dieu accorde – et ne ratez pas le bon moment maintenant.

Le bon moment d’aimer, c’est maintenant! Le bon moment de donner, c’est maintenant! C’est le moment de jouir des plaisirs légitimes de la vie!

4. Distinguer les pièces du puzzle du Puzzle.

Il y a une part de foi importante qui nous est demandée. L’œuvre de Dieu, avant son retour, ressemble à une fresque gigantesque aux milliards de pièces. C’est frustrant de réaliser que nous sommes l’une de ces milliards de pièces.

Je dois avoir confiance que Dieu sait ce qu’il fait, lorsque ma pièce semble un peu terne, ni même être bien complète.

Dieu fait toute chose belle en son temps.

5. Assurez un temps de service

Gérard Mermet nous dit que la télé est allumée 5h31 par jour dans les foyers – avec une écoute moyenne de 3h22. (Francoscopie 2005, 421).

Si l’on fait la somme de tous les médias (radio, et site internet) on passe à 7 heures par jour!

Le temps que nous passons dans notre vie, rapporté aux 24h de la journée, est le suivant:

  • Temps physiologique (sommeil, toilette, repas…): 12h04
  • Temps professionnel et de formation: 3h23
  • Temps domestique: 3h26
  • Temps de loisirs: 3h35
  • Temps de sociabilité (hors repas): 0h56
  • Temps libre (loisirs et sociabilité): 4h31
  • Transport (hors trajets domicile-travail) 0h35

Total: 24h

Nous sommes 200 adultes dans cette Église.

Si nous passions 15 à 30 minutes par jour à lire la Bible et prier, cela fait entre 1h45 et 3h30 dans la semaine. C’est un temps investi pour soi, pour sa marche avec Jésus, pour un ressourcement.
Si nous donnions 1 ou 2 heures par semaine au service de Dieu et de l’Église, cela fait 200 à 400 heures par semaine. À 35h la semaine, cela fait entre 5 et 11 « plein-temps »!!!

Chaque jour, je prie pour que Dieu envoie dans sa moisson, de ou dans notre Église, 50 évangélistes, 50 bergers, et 50 enseignants, pour qu’on puisse commencer 50 Églises…

Serez-vous prêt à vous impliquer?

  • Ministères de service
  • Ministères d’enseignement
  • Ministères d’évangélisation

Il me reste 12 années de ministère dans cette Église avant de passer la main. Je pense qu’il sera sage de laisser une autre équipe prendre le relais. Maintenant, et de plus en plus, je veux m’engager dans un service de coaching de personnes qui manifesteront avec puissance la présence de Jésus sur Lyon et les alentours.

Mais il y a des tas et des tas d’idées..

Savez-vous que l’une de nos faiblesses, c’est la difficulté des familles à inviter le dimanche? Il y a des tas d’étudiants, ou des célibataires, qui aimeraient tellement passer une après-midi familiale. Il y a des tas de ponts avec la culture où un Chrétien peut être « sel » et « lumière ».

Savez-vous que vous pouvez apprendre à enseigner des enfants. Ou ouvrir vos foyers pour un club biblique? Passer une heure au téléphone avec des gens seuls…

6. Comprendre l’œuvre du Père pour moi

Il y a une dernière remarque qui me semble drôlement importante quand on cherche à satisfaire sa vie. Je vais l’appuyer sur deux événements de la vie de notre Seigneur:

En Samarie, Jésus est seul et il parle à cette femme, qui devient l’instrument de la conversion de toute la population du coin. Et puis les disciples reviennent avec de quoi manger.

31Pendant ce temps, les disciples le priaient en disant: Rabbi, mange. 32Mais il leur dit: J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas. 33Les disciples se disaient donc les uns aux autres: Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger? 34Jésus leur dit: Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre.

– Jn 4.31-34

Devant les manques, les creux que la vie apporte, nous est-il possible de concevoir que ce qui va nous satisfaire, véritablement, c’est de faire la volonté de Dieu?

Le second a lieu après la multiplication des pains. Jésus dit:

32Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, ce n’est pas Moïse qui vous a donné le pain venu du ciel, mais mon Père vous donne le vrai pain venu du ciel; 33car le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. 34Ils lui dirent: Seigneur, donne-nous toujours ce pain- là. 35Jésus leur dit: Moi, je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif. 36Mais je vous l’ai dit: Vous m’avez vu, et vous ne croyez pas. 37Tout ce que le Père me donne viendra à moi, et je ne jetterai point dehors celui qui vient à moi; 38car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. 39Or, voici la volonté de celui qui m’a envoyé: que je ne perde rien de tout ce qu’il m’a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour. 40Voici, en effet, la volonté de mon Père: que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour.

– Jn 6.32-40

Ephésiens 2.10 dit que nous sommes son ouvrage, créés pour des œuvres que Dieu a préparées d’avance. Pouvons-nous trouver cette satisfaction à faire la volonté du Père? Adopter la perspective de Jésus: venu pour faire la volonté de son Père…

Dans la recherche de satisfaction, quelle est ma nourriture?

« La volonté de mon Père c’est que vous croyiez » dit Jésus.

Quelle est la volonté du Père pour moi, là où je trouverai ma nourriture et ma satisfaction?

Dans les jours qui viennent, je veux être trouvé étant rassasié à faire ce que Dieu me demande. « Seigneur, que veux-tu que je fasse aujourd’hui? …avec mes voisins, mes collègues, mes patients, mes élèves, mes enfants… » Je prie qu’en tant qu’Église, on se saisisse de la notion qu’il y a un temps pour tout, et que finalement, il y a le temps du Père. Dieu nous a créés pour des œuvres bonnes qu’il a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions. Peut-on entrer dans ces œuvres? Ça donnerait tellement de sens à l’occupation de notre temps!

Prédications TPSG

La plupart des blogueurs ToutPourSaGloire.com sont également pasteurs. Aujourd’hui, tu peux toi aussi bénéficier de leurs enseignements grâce à notre nouveau podcast "Prédications TPSG". Ces prédications, qui se veulent résolument textuelles et christocentriques, te feront redécouvrir le sens profond des Écritures et nourriront ta foi en Christ.

Articles pouvant vous intéresser