On a redécouvert la pertinence des groupes de croissance pour le suivi des jeunes

Prendre soin d’une quarantaine de jeunes pendant le confinement a été un grand défi pour faire leur discipulat. Certains de nos jeunes étaient seuls et isolés, notamment les étudiants étrangers et les jeunes actifs célibataires. Pour d’autres, la vie de famille confinée a révélé de façon plus marquante leurs péchés, leur impatience, leur égoïsme, mais aussi ceux des autres membres de leur famille. Voilà le contexte dans lequel Dieu nous a appelés à veiller sur la croissance spirituelle des jeunes.

J’écris cet article suite aux 2 confinements pour partager comment, malgré tout, les jeunes de notre Église ont continué à vivre l’Évangile au travers des groupes de croissance et quels bénéfices en découlent. Je vous propose également une fiche pour créer une dynamique dans votre groupe de jeunes.

Si vous n’êtes pas familier avec le concept de groupe de croissance, c’est un outil pour travailler son attachement à Dieu, grandir en tant que disciple et se multiplier. Neil Cole en parle dans son livre  Une Bible, Du Café, Des Disciples. Voici une courte vidéo dans laquelle je présente l’outil et un article de Zoé, une jeune de mon église. Elle y partage Pourquoi commencer un Groupe de Croissance ? Qu’est ce que j’ai à y gagner ?

Le suivi pastoral est radicalement différent dans le contexte du confinement. Sans les groupes de croissance, l’isolement et la souffrance qui en découle sont plus forts. Nous n’aurions pas pu prendre soin de tous ces jeunes sans nous épuiser nous-mêmes. Voilà pourquoi je rends grâce à Dieu parce que non seulement la croissance spirituelle des jeunes a continué, mais le nombre de personnes ayant un groupe de croissance a augmenté. En effet, suite à une rencontre Zoom, au moins 8 jeunes ont demandé notre aide pour trouver et commencer un nouveau groupe de croissance. Par la suite, 2 nouveaux groupes ont commencé soit 4 jeunes. Et 2 anciens groupes ont accueilli chacun un nouveau partenaire de redevabilité.

Grâce aux groupes de croissance, les jeunes sont moins isolés parce qu’ils sont à l’écoute les uns des autres

Edward Welch explique: « Il y aura sans cesse des problèmes… La réponse à tout cela c’est l’écoute. Cela signifie que nous écoutons sans nous laisser distraire, engagés dans la conversation et touchés par ce que nous apprenons. » 

Le défi de l’accompagnement pastoral est grand et j’ai mes limites. En effet mon travail séculier, la taille de notre groupe, la qualité que je voulais donner à mes échanges  téléphoniques ou zoom m’ont restreint. Je pouvais difficilement être intentionnel avec plus de 5 jeunes. Un bénéfice concret c’est qu’un jeune qui vit un groupe de croissance (GDC) est moins seul. Les jeunes en souffrance ont été écoutés et ils ont eux aussi appris à se mettre à l’écoute des autres. De même que Jésus s’est approché de nous, dans un GDC les jeunes s’approchent et veillent les uns sur les autres. Cependant l’écoute et le lien social ne sont pas les seuls bénéfices d’un groupe de croissance. Plus important encore c’est l’Évangile qui est à l’œuvre dans les vies.

Grâce aux groupes de croissance, les jeunes vivent l’Évangile et peuvent continuer à se multiplier

Savoir que l’Évangile progresse dans les vies par la redevabilité et l’intimité avec la parole de Dieu est un autre sujet de reconnaissance. Quoi de plus encourageant pendant une période de confinement que de réaliser qu’en groupes de deux ou de trois, plusieurs jeunes continuent à s’appeler régulièrement. Sur zoom ou autre, ils se voient pour confesser leurs égoïsmes, leur luttes, se rendent redevables afin d’honorer Christ. Ils échangent assidûment sur les Écritures. Ils s’émerveillent de Dieu et travaillent à obéir à sa Parole. Et en plus, ils se multiplient. Je ne connais pas d’autre outil aussi simple et pratique qui nous aide à vivre l’Évangile et le mandat missionnaire comme les GDC. Dans notre groupe de jeunes, l’outil de Neil Cole me rappelle et surtout me montre que la croissance du disciple implique aussi la multiplication des disciples. 

N’est-ce pas là un sujet de louange ? En plein confinement, les jeunes veulent continuer à s’attacher à Dieu et ils s’attachent à Dieu. L’Évangile n’est pas enchaîné car les vies continuent à être transformées. 

J’aimerai préciser que ça n’a pas toujours été comme ça. Cela fait trois ans qu’on dédie une rencontre sur cette thématique chaque année. Avec le temps et la multiplication, les groupes de croissance deviennent l’ADN du groupe de jeunes. Ceux qui ont testé l’outil influencent les nouveaux arrivants. Ceci dit, malgré tout, il y a des personnes en souffrance sur lesquelles on doit veiller. Vous m’avez compris, je ne présente pas une solution miracle.

Grâce aux groupes de croissance, nous avons plus de temps pour d’autres choses importantes

Le confinement nous a placés dans l’urgence. Sur les plans organisationnel et pastoral, de nouvelles tâches sont apparues. Le temps en moins que nous avons passé dans les soins pastoraux, nous l’avons réinvesti dans la préparation et la planification des rencontres, dans des parcours découvertes, dans la formation de leaders et dans notre formation personnelle. L’enjeu pour nous responsables reste le même : instaurer une culture de formation de disciples. Mark Dever affirme: « Dans la vie d’une église, la croissance et la santé spirituelle devraient être la norme… Les églises n’ont pas tant besoin de programmes que d’une culture de formation de disciples où chaque membre accorde la priorité à la santé spirituelle des autres. »

C’est biblique donc c’est la norme. Cela reste valable tout le temps même en dehors du confinement. 

Les leaders doivent montrer l’exemple

L’élève ressemble à son maître. Un groupe de jeunes ressemble à ses leaders. Si nous ne vivons pas un groupe de croissance à notre niveau, nos jeunes ne le vivrons pas non plus. Demander à nos jeunes de vivre un groupe de croissance implique que nous-mêmes nous l’expérimentions. C’est le meilleur modèle que nous pouvons donner. Lors d’une promenade, j’ai demandé à mon beau père comment il avait éduqué ses 4 enfants il m’a répondu: « Ça ne sert à rien d’éduquer les enfants. De toute façon, ils ne font que ce qu’ils voient ”. C’est valable pour nous responsables vis-à-vis de nos jeunes. Ça ne suffit pas dire les choses, nos jeunes ne reproduiront que ce qu’ils nous auront vu vivre nous mêmes. C’est le modèle de Dieu pour nous. Nous croyons en l’évangile, nous imitons Christ, la Parole de Dieu incarnée en homme.

Place à la pratique, comme promis voici la fiche pratique pour aider à lancer une dynamique de groupe de croissance dans votre groupe de jeunes.

Citations 
Prendre soin les uns des autres – Edward Welch p.20
Faire des disciples – Mark Dever p.93 et p.95

Pour aller plus loin:

Rolly Ngouala

Marié à Veronika, Rolly œuvre dans le ministère jeunesse depuis 10 ans. Dans son Église, il s'implique à l'enseignement, l'accompagnement pastoral. Il est également responsable d’un groupe de maison qui se réunit régulièrement pour interroger la Bible. Il aime cuisiner, il propose quelques recettes sur son blog culinaire. Il travaille en tant que Consultant en systèmes d'information.

Articles pouvant vous intéresser

>