Mary Slessor: la femme qui a bravé l’intérieur de l’Afrique de l’Ouest

Mary Slessor, l’une des sept enfants, est née dans une famille écossaise pauvre en 1848. Son père était un gros buveur et, à 11 ans, elle part travailler dans une usine de coton pour aider sa famille. Le travail des enfants est courant à cette époque, mais heureusement, son employeur permet aux enfants de suivre deux heures de cours l’après-midi, après leurs heures de travail. Mary profite de cette opportunité avec enthousiasme pendant deux ans, jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus y prétendre. 

Les missions: un rêve inaccessible

Sa mère est une fervente chrétienne, et son Église à Dundee prie et contribue pour atteindre les perdus dans de nombreux pays étrangers, y compris à Calabar (dans l’actuel Nigeria). Les frères de Mary, Robert et John ont eux mêmes une vision pour les nations et aspirent bientôt à servir le Seigneur dans le champ missionnaire. Enfant, Mary rêve de les accompagner en tant qu’assistante, ce qui est l’un des rares moyens pour une jeune fille célibataire de son époque de s’intégrer au champ missionnaire.  

Dieu ouvre des portes

Ses deux frères meurent et à 27 ans, elle pose sa candidature au Foreign Mission Board de l’Église presbytérienne unie d’Écosse. Elle rêve de se rendre à Calabar, une région pour laquelle elle a prié pendant des années, et à sa grande joie, c’est précisément là que le Conseil l’affecte! Après quelques mois de formation et de préparation, le 5 août 1876, Mary embarque à bord du navire à vapeur le SS Ethiopia à destination de l’Afrique de l’Ouest. 

Les premières années de Mary à Calabar

Pendant ses premières années à Calabar, Mary vit dans le complexe de la mission à Duke Town, où elle participe à la vie locale, enseigne dans une école, visite les gens à domicile et apprend la langue Efik. Elle découvre rapidement que si les missionnaires et les commerçants ont établi des avant-postes dans les régions côtières du continent africain, peu d’entre eux se sont aventurés à l’intérieur.

Elle rêve d’atteindre ceux qui n’ont encore jamais entendu la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Les dangers sont nombreux, aussi bien en raison de la violence entre les groupes ethniques de l’intérieur que des maladies. En fait, plusieurs de ses collègues meurent au cours de ses premières années à Calabar, et Mary elle-même est contrainte de rentrer en Écosse en raison d’une grave maladie.  

Vivre comme une locale

Une fois sa santé rétablie, Mary reprend son travail à Calabar, s’installant seule dans Old Town. Bien que ce village ne se trouve qu’à cinq kilomètres du complexe missionnaire de Duke Town, il lui permet de vivre simplement dans une case de boue et de chaume, et de manger la nourriture locale. C’est un changement bienvenu pour elle, car auparavant, elle dépensait une grande partie de ses revenus pour acheter des aliments européens que ses collègues préféraient pour eux-mêmes et pour soutenir les marchands britanniques qui visitent fréquemment le complexe. 

La maman blanche

Sa réputation de « maman blanche » se répand dans toute la région. Cela est dû en partie au fait qu’elle accueille dans sa maison de nombreux bébés qui seraient autrement morts. En 1883, par exemple, Mary adopte Janie. C’est une jumelle, et les gens croient que les jumeaux sont maudits et qu’ils doivent mourir, ainsi que la mère qui les a portés. Cependant, Mary, au péril de sa vie, kidnappe littéralement Janie et son frère jumeau alors qu’ils sont sur le point d’être tués. Le frère de Janie ne survit pas, mais Janie s’épanouit au sein de la petite famille animée de Mary.

King Eyo: un partenaire dans le ministère

Le roi Eyo Honesty VII, converti de bonne heure au christianisme et pasteur d’une Église à Creek Town, une ville située en amont de Duke Town, est un leader local qui aide Mary à réaliser son rêve de s’installer à l’intérieur du pays. En 1883, Mary reçoit une invitation du chef Okon d’Ibaka (un village situé à 30 km à l’intérieur) à venir parler à son peuple du Dieu de l’homme blanc. C’est la porte ouverte pour laquelle Mary avait prié!

L’ami de Mary, le roi Eyo, lui offre son meilleur canoë et une équipe de pagayeurs pour l’emmener avec ses enfants en amont de la rivière. Pendant son séjour de deux semaines, elle soigne les malades, panse les plaies et enseigne les Écritures matin et soir. C’est son premier avant-goût de la vie à l’intérieur du continent, mais il lui faudra encore cinq ans de persévérance avant de recevoir la permission du Foreign Mission Board de s’y installer définitivement.

Atteindre enfin l’intérieur

En 1888, l’énorme canoë du roi Eyo et ses meilleurs pagayeurs remontent une fois de plus la rivière, jusqu’à Ekenge, dans la région d’Okoyong. Le groupe comprend Mary, ses cinq enfants et M.Bishop, un missionnaire de Duke Town qui accepte de les accompagner dans leur voyage. Cette fois, cependant, Mary ne s’y rend pas pour deux semaines, mais pour une durée indéterminée. Et elle n’est pas reçue comme une invitée d’honneur, mais comme une femme étrange qui vénère et enseigne un Dieu étrange. Mais le chef Edem d’Ekenge accepte à contrecœur qu’elle s’installe dans son village, et cela lui suffit. 

Soigner les malades et partager la bonne nouvelle

Malgré l’accueil mitigé qu’elle reçoit, Marie se met au travail pour apprendre une nouvelle langue, soigner les malades et partager la Bonne Nouvelle. Une fois de plus, sa réputation commence à se répandre, car de nombreuses personnes guérissent de maladies qui auraient été fatales sans son intervention. Un jour, un coureur d’un village rival arrive à Ekenge et demande à la « mère blanche » de venir rapidement, car leur chef est gravement malade. Bien que le chef Edem dise à Mary de ne pas y aller, elle croit que c’est exactement ce que le Seigneur lui demande de faire.

Après une randonnée de huit heures dans la jungle, elle arrive au village, où plusieurs femmes pleurent devant la hutte du chef. Il est très faible. S’il succombe à sa maladie, ses femmes et ses esclaves seront tous tués avec eux, comme le veut la coutume lorsqu’un chef de village meurt. Mary lui administre rapidement les médicaments nécessaires et le soigne jusqu’à ce qu’il retrouve la santé. Après trois jours de soins constants, Marie annonce que le chef va se rétablir. Cette nouvelle apporte un soulagement et une joie immédiate à ceux dont elle a sauvé la vie. Son voyage de retour vers Ekenge est accompagné d’un groupe de quarante personnes qui l’escortent et racontent l’histoire dans chaque village qu’ils traversent.  

Lutter contre l’injustice

La réputation de Mary à Ekenge s’accroît encore lorsqu’elle ose s’opposer à une tradition profondément enracinée: une jeune femme a été accusée d’un « crime » et la punition consiste à verser de l’huile bouillante sur elle. Mary court vers la scène où une telle « justice » est rendue et se place entre la femme et le guerrier qui brandit la louche d’huile bouillante. Il s’approche de Mary de manière menaçante, mais finalement, d’un geste de dégoût, il jette la louche et s’en va. Le choc de la foule conduit bientôt à des interrogations. Et si Abassi, le Dieu suprême auquel ils croient, n’était pas cruel et capricieux, comme ils l’ont toujours cru? Et s’il était comme le Dieu dont Marie leur parle, à la fois puissant et bon? 

Avec le temps, le courage et la sagesse de Mary lui valent le respect du chef Edem et de son peuple. Avec l’aide de Charles Ovens, un maçon écossais, ils lui construisent une maison et un dispensaire médical. Afin de développer un dialogue pacifique entre les groupes ethniques en guerre dans la région, elle parvient à persuader le chef Edem d’envoyer des émissaires à Creek Town pour commercer avec son vieil ami le roi Eyo. Sa diplomatie permet de négocier un traité de paix entre les groupes ethniques de l’intérieur et ceux de la côte.

Vice-consul d’Okoyong

Sa notoriété lui vaut finalement une offre du consul britannique, Sir Claude MacDonald, pour devenir vice-consul et aider à introduire la loi britannique dans les régions intérieures. Au départ, elle résiste, insistant sur le fait qu’elle est une missionnaire, et non une politicienne. Mais Mary se rend compte que si elle refuse, les Britanniques enverront un homme tout droit sorti d’une académie, sans aucune connaissance des langues ou des coutumes de la population, ce qui entraînera un bain de sang massif.

En 1892, Mary accepte donc de devenir vice-consul britannique, ce qui fait d’elle le juge et le jury de toutes les questions de droit dans la région d’Okoyong. La familiarité de Mary avec les coutumes locales lui permet de naviguer dans les eaux troubles de la justice villageoise avec clarté et équité. Lorsque les traditions ne violent pas la loi britannique, elle n’insiste pas pour les supprimer. Ce qu’elle supprime au fil du temps, ce sont les sacrifices humains lors des funérailles des chefs et les meurtres de jumeaux. 

La mère de nous tous

Mary prie depuis longtemps pour avoir l’occasion de s’installer parmi les Aro, le groupe ethnique le plus fort et le plus redouté de l’intérieur. En 1903, son espoir se concrétise enfin lorsqu’elle aide à négocier un traité de paix entre les Britanniques et les Aro. Elle passe les dix dernières années de sa vie au fin fond de l’intérieur, menant des études bibliques, soignant les malades, négociant des traités entre les villages en conflit et défendant les droits des jumeaux, des femmes et des esclaves. Le 15 janvier 1915, à l’âge de soixante-sept ans, Mary Slessor part rejoindre le Seigneur. Elle est connue à Calabar sous le nom de « Eka Kpukpru Owo » – la mère de nous tous. 

Inspirer la prochaine génération

La semaine dernière, j’ai fini de lire l‘histoire de la vie de Mary Slessor à mes deux filles. Je leur ai lu de nombreuses biographies de missionnaires émouvantes au cours des dernières années, mais celle-ci a été notre préférée. Je prie pour que la même grâce de Dieu, à l’œuvre à travers cette chère sœur, agisse dans le cœur de nos enfants pour répondre à l’appel de Dieu sur leur vie. Que ce soit à Pierrefonds, Québec, ou dans les régions les plus reculées du monde, que nos fils et nos filles soient prêts à suivre Christ là où il les conduit et à porter son message à ceux qui ont le plus besoin de l’entendre.

Pour aller plus loin:

Angie Velasquez Thornton

En équipe avec son mari Daniel, Angie a servi le Seigneur au Sénégal pendant 10 ans, dans la formation des leaders. Installés à Montréal avec leurs 2 filles depuis août 2017, ils servent à l'Église Baptiste Évangélique Emmanuel et dans l'AEBEQ. Angie est titulaire d'un MDiv de Moody Theological Seminary. Depuis mai 2021, elle coanime le podcast Chrétienne, avec Aurélie Bricaud. Elle est également Responsable du ministère féminin de SOLA (TGC Québec).
Découvre également sa chaîne YouTube par ici.

Articles pouvant vous intéresser