Le vrai but des 95 thèses de Luther – Paul Ranc

Aujourd’hui est l’anniversaire de la Réforme. On commémore la publication des 95 thèses de Martin Luther. Paul Ranc, professeur de l’Histoire de la Réforme à l’Institut biblique de Genève, nous raconte pourquoi Luther publia ces thèses, qui finirent par faire trembler Rome.

Martin Luther réalise de suite que le système des indulgences est faux. Luther est d’autant plus outré que la vente des indulgences progresse et que les propagateurs de cette pratique scandaleuse sont toujours plus zélés. L’un deux nommé Tetzel (1465-1519) arrive à Wittenberg¹. C’est à la criée qu’il vend les lettres d’indulgences! Les gens accourent en masse pour les acheter.

Or, Luther est à Wittenberg et il découvre la justification gratuite en Dieu. Mais à deux pas de chez lui, on vend des indulgences censées délivrer les âmes du Purgatoire. Luther se met en colère… Une sainte colère contre l’escroquerie spirituelle. Il regagne sa cellule et rédige les 95 thèses.

Le 31 octobre 1517, vers midi, il affiche sur la porte principale de l’Église de Wittenberg les désormais célèbres 95 thèses. Ces thèses, écrites en latin, dénoncent les erreurs catholiques, notamment le salut par les œuvres et les indulgences. Le placardage des thèses de Luther marque le début de la Réforme.

Luther, prieur du couvent de Wittenberg, maître ès arts, prédicateur et docteur en théologie n’a que 34 ans. Il connaît aussi l’hébreu, le grec et le latin. Il est cependant connu dans le milieu catholique, mais pour le peuple, c’est un inconnu.

L’affichage des thèses n’est pas une provocation. C’est même une pratique courante à l’époque. Chacun peut exprimer ses idées sous cette forme et, bien entendu, chacun peut également en discuter. Les professeurs d’universités aimaient organiser des «disputes» en public. Luther offre donc à ses collègues la possibilité de s’expliquer en public. Ses thèses sont en rapport avec les indulgences.

En publiant ses thèses, Luther n’a pas l’intention de quitter l’Église catholique. En aucun cas, il n’a la pensée de quitter définitivement Rome. Contrairement à ce que Luther peut penser, il n’y a pas de débat contradictoire. Personne n’ose porter sur la place son avis sur les indulgences.

Ce qu’il faut savoir, c’est que le lendemain du 31 octobre, c’est la Toussaint! La coutume veut que l’on expose les reliques censées procurer des grâces. En allant à l’Église, les fidèles prennent connaissance des thèses de Luther. Dès lors, de bouche à oreille, le contenu des thèses se propage dans la ville, dans la Saxe, et même au-delà. Ces thèses sont traduites en allemand ainsi qu’en d’autres langues, et sont imprimées. Ainsi tous les pays d’Europe savent qu’un moine allemand a écrit un texte contre les indulgences. En deux semaines, toute l’Allemagne est au courant et, en un mois, c’est au tour de l’Europe. L’effet de ces thèses provoque un électrochoc spirituel et, plus tard, politique.

¹ Selon certains historiens, Tetzel ne serait jamais allé à Wittenberg.

D’autres ressources sur la Réforme:

Auteur invité

Nous publions régulièrement des nouveaux auteurs sur ToutPourSaGloire.com.

Articles pouvant vous intéresser

  • Merci pour ces informations précieuses.Je recherche depuis un petit temps les réels dires de Luther, car sur le net, je n’ai pour l’instant trouvé qu’une sorte de ‘mixe œcuménique’ de ses écrits, par exemple : Ecclesia semper reformanda (« l’Église doit se réformer sans cesse ») Les institutions ecclésiastiques sont des réalités humaines. Elles sont secondes. « Elles peuvent se tromper », disait Luther.

    J’ai ‘virtuellement discuté’ tout récemment, avec un catholique (très instruit) qui se fait passer pour un ‘pentecôtiste’ ou en tout cas un évangélique, sans dire qui il est véritablement. Il est venu sur un site avec un unique but :
    – prouver par la bible que la dîme était due aux ‘lévites actuels’.

    Pour ce faire, il n’hésite par à mélanger les promesses de l’ancienne et de la nouvelle alliance, promettant ‘mont et merveille’ à celui qui donne 10% ‘à l’Eglise’. S’il n’avais pas annoncé le contraire du sacerdoce universel, je douterais encore de sa réelle ‘identité chrétienne’. Par contre, je n’ai jamais douté de ses intentions :
    – revenir aux indulgences, d’une façon ou d’une autre. Pour ce faire, il est prêt à écrire tout et son contraire, pour se fondre ‘dans la masse’ et annoncer ce que nous avons envie d’entendre … comme la promesse de bénédictions si nous payons la dîme entière aux ‘lévites actuels’. Comme je lui ai ‘démonter’ son ‘exposé’ en lui démontrant par la bible que même dans l’AT, les lévites n’ont jamais reçu 10% mais uniquement 1%, il a sans cesse essayé de ‘m’embrouiller’.

    Cet exemple n’est pas unique (de catholique qui imite les évangéliques et les théologiens protestants) Par contre, c’était la première fois que j’en voyais un revendiquer la dîme avec tant de véhémence … sans se préoccuper le moins du monde ‘du salut du plus grand nombre’ …

  • iJayp

    Seulement, beaucoup d’historiens ont également montrés que les 95 thèses n’ont jamais été affichées. La première mention que nous avons de l’affichage des thèses vient de la petite biographie de Luther par Melanchthon, écrite 3 mois après la mort du réformateur (sans compter le fait que Melanchthon était à Tübingen, et pas à Wittenberg, à la Toussaint 1517). La seule certitude que nous ayons par rapport au 31 octobre 1517, c’est que les thèses étaient rédigées, car elles ont été envoyées à l’Archevêque Albert de Mayence.

    • iJayp, est-ce que tu ne confonds pas le fait qu’on ne soit pas sûr qu’il ait affiché les thèses sur la porte de l’Église? Il a certainement affiché ces thèses, sinon ses idées n’auraient pas été diffusées et on ne serait pas là en train d’en discuter! 🙂

  • Pingback: Le vrai but des 95 thèses de Luther par Paul Ranc | Chrétiens pour Christ()