Une contradiction dans les témoignages de Paul?

Les hommes qui l’accompagnaient demeurèrent stupéfaits; ils entendaient bien la voix, mais ils ne voyaient personne.
 (Actes 9:7 NEG 1979)

Ceux qui étaient avec moi virent bien la lumière, mais ils n’entendirent pas la voix de celui qui parlait. (
Actes 22:9 NEG 1979)

Dans ces deux récits de la rencontre du futur apôtre Paul avec Christ sur le chemin de Damas, la contradiction paraît évidente: une fois l’auteur des Actes affirme que les compagnons de Paul entendaient la voix qui lui parlait, et quelques chapitres plus loin, dans son propre récit de l’événement, l’apôtre déclare expressément le contraire. Nous trouvons-nous en face d’une erreur du texte biblique?

Un regard sur l’original permet de constater que ce sont bien le même verbe grec (akouein) et le même mot pour «voix» (phônê) qui sont utilisés dans les deux textes. En revanche, la construction grammaticale est différente. En Actes 9, le mot «voix» est au génitif (cas normalement utilisé pour les compléments du nom), en Actes 22 il est à l’accusatif. Cette différence révèle deux nuances du verbe grec, qui peut signifier «entendre» ou «comprendre».
D’où les traductions proposées dans la Segond 21:

Les hommes qui l’accompagnaient s’arrêtèrent, muets de stupeur; ils entendaient bien la voix, mais ils ne voyaient personne.
 (Ac 9:7 Segond 21)

Ceux qui étaient avec moi ont bien vu la lumère [et ont été effrayés 1], mais ils n’ont pas compris celui qui me parlait.
 (Ac 22:9 Segond 21)


  1. Les mots entre crochets apparaissent dans les manuscrits majoritaires mais sont absents du codex Sinaïticus et du codex Vaticanus. 

Viviane André

Née au Nigéria de parents missionnaires avant d'être élevée en partie en France et en partie en Suisse, Viviane André a grandi « entre deux pages de Bible », selon l'expression usuelle. Assez tôt, elle a voulu pouvoir vérifier par elle-même ce qu'on lui enseignait, et elle a donc fait le choix d'étudier les langues anciennes dès le secondaire et jusqu'au niveau universitaire. Elle a ensuite entamé à Vaux-sur-Seine une formation théologique qu'elle a interrompue pour travailler à la Société Biblique de Genève, puis reprise il y a quelques années. A côté de cela, elle aime transposer les textes bibliques et le message de l'évangile sous forme théâtrale avec la troupe étincelle.

Articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image