La souffrance et la mort de Jésus-Christ (Symbole des Apôtres 5/13)

À la quatrième ligne du Symbole des Apôtres, nous arrivons à l'événement central de la rédemption: la souffrance et la mort de notre Seigneur. Cette ligne est peut-être courte, mais elle est chargée de sens. Considérons chaque partie de la phrase:

Il a souffert sous Ponce Pilate

Dans le Credo, trois êtres humains sont cités par leur nom. Le plus important, bien sûr, est Jésus-Christ. Les deux autres sont Marie et Pilate. Et quel contraste en effet entre ces deux-là! Marie est associée à la naissance de Christ, Pilate à sa mort. Marie est associée à son accueil, Pilate à son rejet. Marie est associée à son épanouissement, Pilate à sa souffrance. Alors que nous venons de contempler le rôle de Marie dans l’incarnation à la ligne précédente du Credo, son chant de louange, le Magnificat (Lc 1.46-55), résonne toujours dans nos cœurs. Puis, Pilate entre en scène « comme un chien sale qui entre dans une belle pièce » (selon l’expression de Karl Barth). 

Pourquoi mentionner Pilate?

La présence de Ponce Pilate dans cette confession de foi sert plusieurs objectifs:

  1. Elle souligne l’historicité de l’incarnation, de la mort et de la résurrection de Jésus-Christ. Sa vie et sa mort ont eu lieu dans l’espace et le temps. Ce n’est pas un mythe.
  2. Elle établit l’innocence de Christ. La prédication apostolique affirme de manière systématique le rôle joué par Pilate dans la condamnation de Christ malgré son innocence:
    « Le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères, a glorifié son serviteur Jésus, que vous avez livré et renié devant Pilate, qui était d’avis qu’on le relâche. »  (Ac 3.13)
  3. Il est devenu une expression confessionnelle. Nous le voyons dans l’épître à Timothée, où Paul déclare:
    « Je te recommande, devant Dieu qui donne la vie à toutes choses, et devant Jésus-Christ qui fit une belle confession devant Ponce Pilate… » (1 Ti 6.13)
    Cette expression qui apparaît tout au long du Nouveau Testament est devenue une phrase courante concernant Christ après son ascension.
  4. Elle souligne l’humanité de Christ. Dans l’épître aux Tralliens, Ignace écrit: 
    « Le Fils de Marie, qui est vraiment né, qui a mangé et qui a bu, qui a vraiment été persécuté sous Ponce Pilate, qui a vraiment été crucifié et qui est mort… »
    En l’énonçant ainsi, l’auteur montre que la souffrance de Jésus était dans la chair, en tant que partie de sa nature humaine, et non une simple illusion.

Il a été crucifié

Dans cette phrase, nous arrivons à une idée très éloignée de notre réalité du XXIe siècle. Dans son commentaire sur l’Évangile selon Marc, Robert H. Gundry l’a formulé ainsi:

Le problème est que nous, les modernes, n’apprécions pas la honte et la disgrâce de la croix dans l’Antiquité. Pour nous, elle est devenue un symbole religieux, elle a pris une signification positive et sacrée. Dans l’Empire romain, la croix était réservée aux esclaves et aux criminels des classes inférieures. La crucifixion était une mort cruelle, douloureuse et généralement de longue haleine. Le paradoxe auquel étaient confrontés les premiers chrétiens était de proclamer qu’un juif crucifié était le Fils de Dieu, le roi oint d’Israël et le sauveur du monde. Pour le monde gréco-romain, un tel concept était ridicule. Les conquérants, les empereurs et les hommes puissants étaient les sauveurs du monde méditerranéen du premier siècle, et non des rois en puissance vaincus et exécutés. 

Cet état d’esprit est également répandu dans le monde islamique, où il est impensable qu’Allah permette à son prophète de mourir d’une manière aussi honteuse. C’est pour cette raison que nos amis musulmans croient que Jésus n’est pas mort sur la croix, mais qu’une substitution a eu lieu à la dernière minute. Selon eux, Jésus est monté au ciel sans mourir. C’est également pour cette raison que dénigrer Mahomet de quelque manière que ce soit provoque une grande indignation. Car dans une culture de l’honneur et de la honte, la dignité de leur prophète doit être protégée à tout prix. Nous, chrétiens, avons en revanche un Sauveur qui a enduré la honte de la croix volontairement pour nous. Dieu soit loué!

Pourquoi la mort à la croix?

La croix est le point d’ancrage de notre foi, puisque c’est à la croix que la colère de Dieu a été satisfaite par la mort de son Fils. Mais la question peut se poser, à savoir pourquoi Jésus a dû mourir spécifiquement sur une croix. Quelques raisons existent:

  1. Parce qu’il a accompli la prophétie, comme on le voit dans Esaie 53.5, Psaume 22.14-18, et Deutéronome 21.22-23.
  2. Parce que Jésus lui-même a prédit sa mort par crucifixion à de multiples reprises, notamment dans Jean 3.14-15, où il l’a comparée à Moïse soulevant le serpent dans le désert.
  3. Parce qu’aucune autre méthode d’exécution courante à son époque ne pouvait aussi bien illustrer la gravité de la condition pécheresse humaine. Sur la croix, il a pris notre place en tant qu’unique sacrifice pour les péchés.
  4. Parce que les horreurs de la croix ont démontré la solidarité de Christ envers nous dans notre douleur et notre honte les plus profondes (Hé 12.2).

Il est mort

Cette phrase nous rappelle que Jésus était un homme à 100%. Tout comme les deux brigands qui étaient crucifiés à ses côtés à Golgotha, lui aussi a succombé à cet horrible moyen d’exécution. Et dans le cas où l’un d’entre eux n’était pas encore mort, les soldats, qui avaient descendu les corps des trois hommes, devaient s’assurer qu’ils le soient bien. Ils ont brisé les jambes des voleurs, mais quant à Jésus, ils lui ont percé le côté avec une lance, et du sang et de l’eau ont coulé.

Il a été enseveli

Ce détail peut sembler superflu, mais la sépulture de Christ prouve qu’il est vraiment mort. Car dans l’histoire récente, des sceptiques laïques, musulmans et hindous ont proposé la « théorie de l’évanouissement », suggérant que Jésus n’est pas mort sur la croix, mais qu’il a simplement été blessé. C’est ainsi qu’ils expliquent ses apparitions après la résurrection. Les quatre récits de l’Évangile, ainsi que des sources fiables de l’époque, attestent que Jésus est bel et bien mort. Une poignée de femmes disciples (ainsi que Marie, la mère de Jésus, et Jean) ont été témoins de sa mort. Jean nous dit que Joseph d’Arimathée a obtenu de Pilate la permission de descendre le corps de Jésus de la croix. Il l’a ensuite embaumé avec 30 kilos d’épices et l’a enveloppé dans du lin. Il a fait cela parce qu’il était certain que Jésus était mort. À une époque où les gens mouraient jeunes et si facilement, la plupart des gens étaient beaucoup plus familiers avec la mort que la plupart d’entre nous aujourd’hui, où les hôpitaux et les morgues nous distancient d’elle. Si Jésus avait été encore en vie, Pilate aurait été le premier à demander des comptes à Joseph. 

Il est descendu aux enfers

Quiconque a mémorisé le Symbole des Apôtres dans son enfance se souvient peut-être que la phrase suivant la quatrième ligne du Credo parle de la descente de Christ aux enfers. Il s’agit d’une question complexe qui dépasse le cadre de cet article. Ce qu’il est important de mentionner, ce sont les racines du terme traduit par « enfer ». Dans les langues originales, les Écritures parlent de Shéol en hébreu et de Hadès en grec. Si ces deux termes sont parfois traduits par enfer, ils font souvent référence à la tombe ou à la demeure des morts, qu’ils soient justes ou méchants.
Le passage clé (mais pas le seul) qui soutient la croyance en la descente de Christ aux enfers se trouve dans l’épître de Pierre:

Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu; il a été mis à mort quant à la chair, et rendu vivant quant à l’Esprit, dans lequel aussi il est allé prêcher aux esprits en prison, qui autrefois avaient été incrédules, lorsque la patience de Dieu se prolongeait, aux jours de Noé, pendant la construction de l’arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, c’est-à-dire huit, furent sauvées à travers l’eau.

1 Pierre 3.18-20

Ce passage particulier a fait l’objet de nombreux débats. En bref, l’interprétation la plus convaincante est que Pierre fait référence à la prédication de Noé à ses contemporains par l’Esprit de Christ. Surtout si l’on tient compte du contexte du livre. Car dans 1 Pierre 1.11, il est écrit que tous les prophètes de l’AT ont prophétisé par l’Esprit de Christ. Pour une étude plus approfondie de la question, je recommande vivement les articles postés par nos amis du Bon Combat et d’Evangile21.

Implications pratiques

  1. À la croix, nous sommes témoins à la fois de la justice et de la miséricorde de Dieu. La justice en ce que la punition du péché a été infligée au Fils, mais la miséricorde en ce qu’elle a abouti à notre salut. Et pourtant, lorsque nous sommes trompés, ne sommes-nous pas enclins à demander justice plutôt que d’agir avec miséricorde? Dans un climat de « cancel culture », nous condamnons facilement toute personne qui n’est pas d’accord avec nous ou qui nous offense, au lieu de faire preuve de grâce. Malheureusement, nos batailles entre croyants de différentes traditions sur des questions secondaires (notamment sur les réseaux sociaux) sont parfois si vitrioleuses et manquent d’amour fraternel. Puissions-nous résister à cette tentation et être plutôt des artisans de paix.
  2. La souffrance de Christ nous enseigne que nous aussi nous souffrirons. 2 Corinthiens 1.5 nous dit que les souffrances de Christ abondent pour nous. 1 Pierre 4.13 dit que nous participons aux souffrances de Christ. Et Philippiens 3.10 parle de la communion de ses souffrances. La souffrance est la norme pour nous, les êtres humains. Et lorsque l’Écriture mentionne la souffrance, il y a toujours la consolation qui l’accompagne. La souffrance n’est pas une fin en soi; elle est plutôt le contexte de notre séjour ici-bas. Notre destinée est celle que nous partageons avec Christ – le confort éternel avec Dieu et la gloire éternelle en sa présence.
  3. Jésus a dit: « Si quelqu’un veut être mon disciple, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive » (Mt 16.24). Nous avons ici un exemple concret de la manière dont nous pouvons marcher sur les traces de notre Seigneur. Sur la croix, Jésus aurait pu claquer des doigts et mettre fin à sa souffrance. Mais il s’est humilié lui-même afin de servir, même si cela signifiait souffrir. En tant que « petits Christs », nous sommes appelés à ce même renoncement. Si nous voulons être des disciples de Jésus, nous devons le suivre jusqu’à la tombe. Notre vie entière doit lui être consacrée. « Ce n’est plus moi qui vis, mais Christ qui vit en moi » (Ga 2.20). La promesse de l’Évangile, c’est que la tombe n’est pas la fin. La résurrection est notre espérance, et le meilleur est à venir!

3 ressources pour aller plus loin


Angie Thornton

En équipe avec son mari Daniel, Angie a servi le Seigneur au Sénégal pendant 10 ans, dans la formation des leaders. Installés à Montréal avec leurs 2 filles depuis août 2017, ils servent à l'Église Baptiste Évangélique Emmanuel et dans l'AEBEQ. Angie est titulaire d'un MDiv de Moody Theological Seminary.
Depuis mai 2021, elle coanime le podcast Chrétienne, avec Aurélie Bricaud.
Découvre également sa chaîne YouTube par ici.

Articles pouvant vous intéresser

>