Pourquoi vous devriez lire « 7 mensonges sur le célibat » de Sam Allberry

Pourquoi devrais-je, en tant que femme mariée, lire un livre sur le célibat? Tim Keller répond à cette question sur la quatrième de couverture du livre:

Ce serait une grave erreur de penser que ce livre ne s’adresse qu’aux célibataires.

​​Le célibat nous concerne tous. D’abord, parce que même ceux qui sont mariés feront tôt ou tard l’expérience du célibat, que ce soit en raison du décès d’un conjoint ou d’un divorce non désiré. Au moment où j’écris ces mots, j’accompagne ma tante qui s’occupe de mon oncle dans ses derniers jours ou semaines. Je ne peux m’empêcher d’imaginer qu’un jour, je parcourrai moi aussi ce chemin solitaire de la perte de mon cher mari. Statistiquement, rares sont les conjoints qui décèdent ensemble. Mais plus important encore, ce sujet devrait concerner chaque croyant, parce que nous nous appartenons les uns aux autres en Christ. Nous voulons vraiment aimer les célibataires de nos Églises, et ces vérités nous aideront à mieux les comprendre et à exercer le ministère à leurs côtés.

Définir le célibat

Dans son livre 7 mensonges sur le célibat, Sam Allberry commence par définir ce qu’il entend par célibat. Dans un contexte chrétien, les célibataires sont ceux qui sont à la fois non mariés et sexuellement abstinents. Ceci est en contraste avec le monde, qui définit le célibat comme « sécurité financière, sexualité géniale et absence de culpabilité ». Ce n’est qu’avec une bonne compréhension de l’éthique sexuelle chrétienne que nous pouvons donner un sens au célibat et à tout ce qu’il implique.

Mensonge n° 1: le célibat est trop difficile

Allberry lance sa discussion sur le célibat avec ce qui est peut-être le mensonge le plus courant, à savoir que le célibat est trop difficile. Son analyse de l’enseignement de la Bible sur le mariage raconte une autre histoire. La Bible enseigne que le mariage, en fait, est difficile! En Matthieu 19, dans le cadre d’une discussion avec les pharisiens sur le mariage et le divorce, Jésus souligne l’engagement de toute une vie requis par l’alliance du mariage. Dès le début, c’était le dessein de Dieu (Ge 2.24). Les disciples lui répondent: « Si tel est le cas d’un homme avec sa femme, mieux vaut ne pas se marier. » (Mt 19.10).

À l’opposé de cette représentation du mariage, l’Écriture souligne la beauté du célibat. Nous en voyons l’exemple dans la vie de Jésus, qui, tout en étant un être pleinement humain et donc sexuel, « s’est fait eunuque dans l’intérêt du royaume ». La vision de Paul du célibat, tirée de 1 Corinthiens 7.32-35, établit en outre que ceux qui ne sont pas mariés bénéficient de certains avantages. Allberry ne cherche donc pas à déprécier le mariage, mais plutôt à équilibrer la balance sur un sujet souvent mal compris.

Mensonge n° 2: le célibat exige un appel spécial

Le célibat requiert une vocation, admet Allberry. Mais le mariage aussi! Considérez 1 Corinthiens 7.7:

Je voudrais que tous les hommes soient comme moi; mais chacun tient de Dieu un don particulier, l’un d’une manière, l’autre d’une autre.

Citant Tim Keller, Allberry explique que Paul utilise le terme « don » pour décrire une capacité donnée par Dieu pour édifier les autres, et non un vague sentiment d’accomplissement personnel. L’Écriture nous appelle donc à reconnaître le célibat et le mariage comme de bonnes choses.

Mensonge n° 3: le célibat prive de toute intimité

Le chapitre s’ouvre en reconnaissant que certains célibataires connaissent une solitude décourageante. Allberry propose toutefois que le remède ne soit pas nécessairement le mariage, mais plutôt d’authentiques amitiés. Après tout, le mariage à lui seul ne résout pas le besoin humain d’intimité, étant donné le nombre de personnes mariées qui luttent contre la solitude comme le font leurs homologues célibataires. La solution réside davantage dans des relations d’amitié profondes et durables, du type de celles auxquelles Jésus invite ses disciples lorsqu’il les appelle ses amis (Jn 15.15).

Mensonge n° 4: le célibat prive d’une famille

Lorsque Jésus nous appelle à lui, il indique clairement que beaucoup perdront leur mère, leur père, leur frère, leur sœur, leur conjoint et leurs enfants pour l’amour de son nom (Mc 10.28-30). Mais en retour, il promet non pas de remplacer chacun d’eux, mais de les multiplier au centuple! Avec cette vision de la famille spirituelle qu’héritent les croyants, Paul exhorte son protégé dans 1 Timothée 5.1-2 à traiter les hommes plus âgés comme des pères, les femmes plus âgées comme des mères, et les jeunes hommes et femmes comme des frères et sœurs. Les chrétiens ne sont pas des oncles éloignés ou des cousins au second degré, mais des membres de la famille la plus proche.

Tout au long du livre, et dans ce chapitre en particulier, Allberry raconte les liens familiaux étroits qu’il a tissés avec des croyants, depuis les couples qui lui ont donné une clé de leur maison pour qu’il puisse aller et venir à sa guise jusqu’à la quinzaine d’hommes, de femmes et d’enfants, célibataires et mariés, avec lesquels il part en vacances chaque année. Bâtir ce genre de relations demande du travail, mais offre une expérience chrétienne bien plus complète pour toutes les personnes concernées que lorsque les couples se limitent à des amitiés avec d’autres couples et que les célibataires restent entre eux.

Mensonge n° 5: Le célibat empêche d’exercer le ministère pastoral

Ce chapitre commence en citant les qualifications des anciens de l’Église et en décrivant certains avantages dont bénéficient les personnes mariées dans le ministère. De nombreuses Églises considèrent même que les couples dans le ministère sont une bonne affaire: deux pour le prix d’un! Si les épîtres pastorales décrivent ce à quoi doivent ressembler le mariage et la famille d’un leader pieux, elles n’exigent en aucun cas qu’un pasteur soit marié (contrairement à ce que croient de nombreux chrétiens). En fait, Allberry présente certains avantages que possèdent les pasteurs célibataires par rapport à leurs homologues mariés. Après tout, Paul lui-même était un célibataire dans le ministère! Quelle ironie, donc, que de nombreuses Églises seraient heureuses d’avoir Paul comme apôtre mais ne l’engageraient jamais comme pasteur!

Mensonge n°6: Le célibat gâche la sexualité

À quoi sert notre sexualité? Allberry affirme que si nous nous trompons dans la réponse à cette question, nous utiliserons le sexe simplement pour nous amuser. Mais la Bible nous enseigne précisément pourquoi nous avons été créés comme des êtres sexuels. S’appuyant sur le récit de la création dans Genèse 1, il soutient que l’union entre un homme et une femme nous oriente vers l’union complémentaire ultime entre le ciel et la terre en Christ. Nous appartenons l’un à l’autre de manière inséparable, tout comme le ciel et la terre s’appartiennent l’un à l’autre.

L’union conjugale est temporelle et momentanée, et non le but ultime de notre existence. Elle prendra fin dans le siècle à venir et n’est pas vitale dans le présent. Elle est plutôt une image du mariage ultime, celui de Christ avec son Épouse, l’Église. Nos désirs sexuels mêmes, que nous soyons célibataires ou mariés, nous poussent vers leur accomplissement lorsque nous trouvons notre repos en Christ. C’est pourquoi, selon Allberry, nous avons besoin de célibataires dans l’Église:

La présence de célibataires qui trouvent leur importance et leur satisfaction en Christ est un témoignage visible et physique que toutes nos aspirations sont comblées en Jésus.

Mensonge n° 7: le célibat, c’est facile

Sortez votre boîte de Kleenex, mes amis. Car si le chapitre d’ouverture nous convainc que le célibat n’est pas trop difficile, ce chapitre nous rappelle qu’il est néanmoins difficile. Allberry raconte non seulement sa propre souffrance à titre de célibataire, mais aussi celle d’autres personnes: les moments où son ami Ed Shaw pleurait sur le sol de la cuisine à cause de son combat continu contre l’attirance pour le même sexe; le profond sentiment de rejet de son amie Carrie English lorsque deux amis se marient, déclarant publiquement qu’ils s’aiment plus qu’ils l’aiment; et la nature asymétrique et parfois déprimante de ses amitiés avec des personnes mariées. C’est lui qui doit prendre l’initiative le plus souvent. Et ce, parce qu’il a besoin de leur amitié plus qu’ils n’ont besoin de la sienne; ils sont sa famille. Tandis qu’eux sont toujours ensemble, lui en rentrant retrouve un appartement vide. Parfois, la douleur est écrasante. C’est plus qu’il ne peut en supporter. Non, le célibat n’est pas facile, mais Dieu soit loué, cette circonstance et toutes les autres ne sont jamais au-delà de la capacité que Dieu donne à les supporter.

Conclusion

Le sujet du célibat ne m’est pas étranger. J’ai même écrit sur le sujet, m’étant moi-même mariée à la trentaine et ayant été confrontée à bon nombre des mêmes idées fausses qu’Allberry sur le célibat. Mais après plus de seize ans de mariage, j’avais besoin qu’on me le rappelle. J’ai profité de ce coup de pouce pour prendre des nouvelles de certaines de mes amies célibataires et de les encourager. Je me suis aussi efforcée de créer des amitiés plus diverses dans mon Église locale. La partie la plus précieuse du livre pour moi était les nombreuses histoires d’Allberry sur ses amitiés profondes avec d’autres dans l’Église de Christ. Elles m’ont fait souhaiter qu’il déménage au bout de la rue et qu’il devienne un confident avisé pour mon mari et moi et un père spirituel de confiance pour mes enfants. Que le Seigneur nous donne à tous de telles relations durables les uns avec les autres dans le corps de Christ, quel que soit notre statut marital.

​​Pour entendre davantage Sam, envisagez d’assister à sa prochaine conférence sur le célibat, qui se tiendra à Montréal samedi le 7 mai, mais sera également disponible par webdiffusion.

Pour aller plus loin:

Angie Velasquez Thornton

En équipe avec son mari Daniel, Angie a servi le Seigneur au Sénégal pendant 10 ans, dans la formation des leaders. Installés à Montréal avec leurs 2 filles depuis août 2017, ils servent à l'Église Baptiste Évangélique Emmanuel et dans l'AEBEQ. Angie est titulaire d'un MDiv de Moody Theological Seminary. Depuis mai 2021, elle coanime le podcast Chrétienne, avec Aurélie Bricaud. Elle est également Responsable du ministère féminin de SOLA (TGC Québec).
Découvre également sa chaîne YouTube par ici.

Articles pouvant vous intéresser