Pourquoi John Piper a pris 34 ans pour comprendre « peuples »

Quand avez-vous entendu pour la dernière fois une prédication missionnaire?  J’ai traduit ici cet article de John Piper parce que j’espère que chaque responsable d’église aura les peuples non-atteints sur son radar et sur son cœur. Piper explique pourquoi la notion des « peuples non-atteints » est une découverte relativement récente pour lui.

John Piper:

Dieu créa le monde afin de recevoir l’adoration brulante et joyeuse de tous les peuples qu’il amena à l’existence pour ce but.

C’est pourquoi, pour la gloire de Dieu et pour la joie des peuples, nous devrions prendre part de tout cœur à ce projet missionnaire d’atteindre tous les peuples du monde.

Appeler les peuples

Et c’est le but de ce décembre (Cross Conférence). Plus de 3000 étudiants sont déjà inscrits. Je prie pour encore le double. Ce n’est qu’une petite partie du mouvement mondiale de Dieu pour atteindre les nations. Mais c’est une partie importante. Je suis incroyablement content d’en faire partie. J’espère que les étudiants de votre église viendront.

Si c’est vrai que Dieu créa le monde afin de recevoir l’adoration brûlante et joyeuse de tous les peuples du monde, alors la mission, c’est appeler tous les peuples à être heureux en Dieu. C’est un projet joyeux. Oui, on éprouvera de la souffrance et des découragements profonds quand beaucoup rejettent l’invitation. Mais quel privilège d’annoncer aux nations la meilleure nouvelle du monde. Quelle honneur de les appeler à la joie: « [Que] les peuples te célèbrent, ô Dieu! Tous les peuples te célèbrent. Les foules se réjouissent et triomphent; » (Ps 67.4-5). Quelle invitation de dire:

O vous tous qui avez soif, venez vers les eaux, même celui qui n’a point d’argent! Venez achetez et mangez, venez, achetez du vin et du lait, sans argent, sans rien payer! […] Écoutez-moi donc et mangez ce qui est bon, et vous vous délecterez de mets succulents. Tendez l’oreille et venez à moi, écoutez, et votre âme vivra; (És 55.1-3)

Même si certains rejetteront cette joyeuse invitation, nous avons d’étonnantes promesses de succès mondiale parmi tous les peuples. « Les princes des peuples se réunissent au peuple du Dieu d’Abraham; car à Dieu sont les boucliers de la terre. Il est souverainement élevé. » (Ps 47.10). « Toutes les extrémités de la terre se souviendront de l’Éternel et se tourneront vers lui; toutes les familles des nations se prosterneront devant sa face. » (Ps 22.28).

« Peuples » pas « champs »

Parler de « peuples » vous semble-t-il naturel ou étrange? Ça me semblait étrange pendant 34 ans. Puis Ralph Winter m’a introduit à la catégorie biblique des « peuples. » Durant mes trois premières décennies, je n’avais connue que le concept des « champs missionnaires ». Les gens parlant des « peuples » étaient rares. Maintenant, chez ceux qui ont à cœur le travail missionnaire, on entend la notion partout: « peuples atteints et non-atteints. »

Une raison pour ces années d’ignorance étaient la traduction « King James ». J’ai grandi en lisant la Bible King James. Mais la King James n’utilise que deux fois le pluriel « peuples, » et toutes les deux sont dans le livre de l’Apocalypse (Ap 10.11, « Puis on me dit: il faut que tu prophétises de nouveau sur beaucoup de peuples, de nations, de langues et de rois. » et Ap 17.15 « Les eaux […] sont des peuples, des foules, des nations et des langues. ») On sait par ces deux utilisations que les traducteurs étaient au courant de la possibilité d’utiliser le pluriel.

Mais « peuples » n’apparait pas une seule fois dans la traduction King James de l’Ancien Testament(1). Par contraste, la traduction ESV a 235 utilisations du pluriel « peuples ». Dans pratiquement tous ces cas, la King James traduit soit par peuple (singulier) ou par païens (lit. « Gentiles »).

Dieu est à l’œuvre

Il serait donc possible de grandir avec la Bible King James et ne jamais réaliser que les termes hébreux et le grecs pour « peuples » sont singuliers et pluriels (Hébreu: am et amim; Grec: laos et laoi), et ne jamais voir le terme peuples dans la Bible, a moins d’avoir lu l’Apocalypse très attentivement.

J’aimerais donc vous épargner des décennies d’ignorance. La Bible est pleine de références aux peuples de la terre. Dieu veut et les aura pour lui-même. Christ est mort pour les avoir: « tu as été immolé et tu as racheté pour Dieu, par ton sang, des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple et de toute nation » (Ap 5.9).

Dieu est puissamment à l’œuvre parmi les peuples. Il est à leur trousses. Les américains ne sont pas les seuls, ni même le peuple centrale dans la mission de Dieu Mais tant qu’on a la vie, on y prendra part. Priez pour la conférence Cross.

¹ Note du traducteur: les évangéliques français sont très influencés par la traduction Segond 1910 (base de la plupart des traductions contemporaines). Cette traduction, comme la ESV utilise les formes singulières et plurielles de « peuples ».

John Piper

John Piper est le fondateur du ministère desiringGod.org et président du Bethleem College and Seminary. Pendant plus de 30 ans, il fut le pasteur de l'église baptiste de Bethleem à Minneapolis. Il est l'auteur de plus de 50 ouvrages dont Au risque d'être heureux.

Articles pouvant vous intéresser

>