Cher pasteur, voici 7 choses que j’aurais aimé que tu saches sur mon homosexualité

Cela fait plus de 30 ans maintenant, qu'une attirance pour les personnes de même sexe a fait irruption dans ma vie. J'avais 12 ans. Je ne m'attendais pas du tout à cela. Je ne le cherchais pas non plus. Mais c'était quelque chose de très puissant.

En tant que chrétienne, j’ai vécu une très grande tension entre ma sexualité et ma foi, la plus importante dans ma vie. Aujourd’hui, à plus de 40 ans, je suis passée d’une relation lesbienne gardée secrète à un mariage hétérosexuel, en passant par le célibat. Le fait de devoir préciser que je suis dans un mariage hétérosexuel montre combien les repères ont changé dans notre culture d’aujourd’hui. Ils ont changé autant que mes propres repères, mais pas dans la même direction.

Dans l’enseignement que j’ai reçu, j’ai entendu quelques prédications très enflammées au sujet de l’homosexualité. Aujourd’hui, ces prédications sont bien souvent remplacées par des déclarations d’amour, et cela me remplit de joie. Amen! On aurait dû faire cela depuis toujours.
Pourtant, en même temps, beaucoup de pasteurs ont accompagné ces paroles d’amour d’un rejet de la morale sexuelle biblique: trop étouffante, trop excessive, trop cruelle. C’est ainsi que l’amour pour les personnes homosexuelles a conduit à encourager leur relation avec des personnes de même sexe.

Même si j’apprécie cette démarche d’amour, ce n’est pas le genre d’amour dont les personnes comme moi ont besoin. Aimez-moi mieux que cela! Le théologien thomiste Josef Pieper l’a exprimé ainsi:

L’amour n’est pas synonyme de tolérance à tout-va. Aimer quelqu’un, ce n’est pas approuver tout ce qu’il pense et tout ce qu’il fait. Ce n’est pas non plus désirer qu’il se sente bien dans toutes les situations, en cherchant à éviter la souffrance ou la peine à tout prix. Cette “bonté” qui tolère tout chez la personne aimée excepté sa souffrance, n’a rien à voir avec le véritable amour. Personne ne peut se satisfaire de voir celui qu’il aime préférer son confort personnel à ce qui est juste et bon.

M’aimer d’un amour véritable, cela ne vient pas tout seul. Face à la tendance actuelle à rejeter toute morale, mieux connaitre la vérité nous sera d’un grand recours afin de tenir ferme. Voici 7 choses que j’aurais aimé que tu saches à propos de l’homosexualité.

1. J’aurais aimé que tu saches que ce n’est pas parce que je n’ai pas choisi cette orientation que je suis « née comme ça », ou que « Dieu m’a créée homosexuelle. »
Certes, la génétique peut influencer cette donnée, mais il n’y a aucune prédétermination fixe; ce n’est pas « codé », contrairement à la couleur des yeux ou de la peau[1]. Je peux me rappeler et comprendre d’où cette orientation est apparue dans ma propre vie. Bien sûr, certains peuvent avoir d’autres expériences. Mais au final, l’analyse des causes n’est pas vraiment importante: l’attirance pour le même sexe se situe en dehors du plan de Dieu. Dire le contraire reviendrait à ignorer les Écritures, l’interprétation chrétienne au cours de l’histoire, et les lois naturelles. J’ai donc besoin d’aide pour vivre chastement, peu importe d’où vient mon attirance pour le même sexe.

[1] Mentionnons ici les études sur les jumeaux. Si la génétique déterminait tout (sans autre facteur post-natal), les vrais jumeaux devraient être accordés à 100 % sur l’orientation sexuelle. Or, ce n’est souvent pas le cas. Voir, par exemple: Bailey, J. M., Dunne, M. P., & Martin, N. G. (2000). “Genetic and environmental influences on sexual orientation and its correlates in an Australian twin sample.Journal of Personality and Social Psychology, 78, pp. 524-36.

2. J’aurais aimé que tu saches comment mieux m’aider à honorer mon corps tout en restant en accord avec l’œuvre de mon Créateur. Je suis née femme. Dieu m’a créée femme. Ne tombe pas dans un dualisme gnostique qui chercherait à séparer ma vie spirituelle de ma vie corporelle. Christ est devenu un être humain; mon propre corps fait partie de son corps, il est le temple du Saint-Esprit. Agir contre ce corps en pratiquant l’homosexualité porte atteinte à la dignité de mon corps. Pour mes frères attirés par l’homosexualité, les rapports sexuels entre personnes du même sexe portent encore plus atteinte à leur corps à cause de leur conception physiologique. Ils portent atteinte à leur corps même physiquement en ne l’utilisant pas de la manière dont Dieu l’a créé [Ndtr: Ce lien redirige vers un site en anglais qui penche en faveur des relations homosexuelles. L’intention de l’auteure est bien sûr de nous faire prendre conscience des problèmes de santé que cela engendre. cf: Romains 1.27]. Nos corps ressusciteront. Ils sont importants.

3. J’aurais aimé que tu saches qu’il y a deux choses qui ne m’aident pas du tout à suivre Jésus: demander que mon attirance change, d’une part, et supposer que celle-ci ne changera pas, d’autre part. Personne ne peut me promettre que mon attirance va changer; même Jésus ne me l’a pas promis. Mais ne me refuse pas non plus cette possibilité (surtout si je suis un adolescent)! La science tout comme l’expérience humaine témoignent d’une “fluidité sexuelle” et d’un changement possible.

4. J’aurais aimé que tu saches mieux définir ce qu’est le « changement ». Au cours de toutes ces années, mon expérience d’être attirée par le même sexe est passée d’un feu continu à quelques flammes occasionnelles. Un homme qui ressent toujours une attirance pour les hommes, mais qui est heureux en ménage avec sa femme, alors qu’il ne voyait aucune possibilité de relation hétérosexuelle auparavant, a bel et bien vécu un changement.

5. J’aurais aimé que tu saches que je dois être enseignée comme n’importe qui d’autre sur l’éthique sexuelle. Les personnes hétérosexuelles non mariées sont appelées au célibat et sont censées en être capable avec l’aide de Christ; c’est pareil pour moi. Quand on me traite différemment, on rabaisse ma dignité devant Dieu. Moi aussi, je suis appelée à la sanctification.

6. J’aimerais que vous sachiez que Dieu enseigne davantage sur la conduite homosexuelle que « Ne fais pas ». Il l’enseigne effectivement, mais la vérité sur le corps, le sexe, le dessein et le telos de la création révèle tellement plus.

7. J’aurais aimé que tu saches que ça n’honore ni Dieu ni moi quand on cherche à trouver des excuses pour justifier que la Parole de Dieu semble trop sévère. J’apprécie la compassion pour ma souffrance (causée par mes désirs mal placés), mais je sais que Dieu n’est pas en train de me priver arbitrairement de quelque chose de bon pour moi. Au contraire, il me montre ce qui conduit à une vie épanouie et il veut me tenir éloignée de ce qui pourrait me faire du mal. « Que l’amour soit sans dissimulation. » Aime-moi et dis-moi la vérité.

J’ose te faire encore deux demandes. Continue à m’aimer, mais souviens-toi que tu ne peux pas être plus miséricordieux que Dieu! Ce n’est pas de la miséricorde que de déclarer bonne l’attirance pour les personnes de même sexe. Pratique la « compassion » conformément à la racine du mot: souffre avec moi. Ne transige pas avec la vérité; aide-moi à vivre en harmonie avec elle.

Ce que je te demande, c’est de m’aider à prendre ma croix et à suivre Jésus.


Merci à Cédric Jung pour la traduction de cet article.


3 ressources pour aller plus loin

Jean C. Lloyd

Jean C. Lloyd est une enseignante, écrivaine, et une femme mariée et heureuse, mère de 2 enfants.

Articles pouvant vous intéresser

>