Pasteurs, envoyez vos ouailles en camp!

J’avais 18 ans, c’étaient les vacances scolaires, et je m’ennuyais terriblement. Ce matin-là, je me souviens avoir prié longuement et avoir dit au Seigneur: "Si ce temps de disponible peut être utilisé au profit de l’Évangile, envoie-moi où tu voudras". Quelques heures plus tard, je répondais à un appel téléphonique, bouclais ma valise, pour… éplucher des kilos de pomme de terre! Ce fut ma première expérience bouleversante dans un camp chrétien. Depuis, cet engagement ne m’a plus quitté. Pourtant, personne dans mon Église, ni dans mon entourage, ne m’avait réellement incité à vivre un camp chrétien.

Proposez des camps à tous les membres de votre Église

Des petits enfants jusqu’aux ainés, en passant par les couples, les familles, les personnes seules, les mères et les pères célibataires et même les migrants, tous les profils de ceux qui fréquentent votre rassemblement ont tout à gagner à faire un camp.
Si vous envoyez vos ouailles en camp, ce n’est pas juste un simple bon plan pour des vacances éthiquement correctes, mais c’est un encouragement à vivre une expérience humaine et spirituelle enrichissante. Parmi les nombreux effets positifs, un camp chrétien permet de:

  • Prendre du temps en dehors de la routine quotidienne, des soucis du travail. C’est un temps à part.
  • Rencontrer d’autres chrétiens qui vivent des combats similaires aux nôtres et qui sont amenés à relever les mêmes défis. C’est l’occasion de rencontrer de nouveaux frères et sœurs.
  • Vivre un temps en collectivité avec des personnes qui sont différentes. C’est l’un des meilleurs moyens pour développer de bonnes compétences relationnelles.
  • Entendre autrement l’Évangile et pouvoir questionner des chrétiens matures et affermis sur des sujets personnels et profonds. C’est souvent un bon moyen pour passer un cap dans son cheminement spirituel.
  • Apprendre les bases du service et découvrir ses dons. C’est une période d’apprentissage des bases du service communautaire. Cela aide à devenir des adultes affermis dans la foi.

Pensez aux témoignages innombrables de personnes qui ont acté des décisions de baptême, été interpellées par un témoignage de conversion, ou encore, choisi de vivre pour Dieu pendant un camp chrétien.
En tant que pasteur, ancien, responsable, si vous n’encouragez pas les membres de vos Églises à investir dans un camp chrétien, ils passeront à côté d’une belle aventure, qui pourrait enrichir leur foi et donc, enrichir votre Église.

Facilitez le départ en camp

Pour les campeurs, la première barrière à franchir lorsqu’on veut s’inscrire à un camp, c’est la question financière. Beaucoup de familles ne vivent pas de camp chrétien et beaucoup d’enfants ne sont jamais partis en colonie, parce que les moyens financiers manquent et que personne n’osera solliciter l’aide de l’Église locale.
Certes, les Églises affrontent souvent de grands défis financiers, mais il me semble qu’une ligne budgétaire pour la « mission intérieure » serait vraiment pertinente à mettre en place. En finançant, même partiellement, un départ dans un camp chrétien de qualité qui est conforme à votre confession de foi, vous montrez:

  • Que ce qui est primordial, c’est que vos membres progressent en foi et en espérance.
  • Qu’un membre d’une Église est, avant tout, un membre de l’Église de Christ.
  • Que vos membres ont du prix à vos yeux et que vous voulez le meilleur pour eux.

En tant que pasteur, ancien, responsable d’Église, si vous investissez dans le départ en camp, soyez certains que cela portera du fruit en son temps.
Pour les serviteurs, un camp, c’est souvent l’occasion de découvrir ses dons, ou bien de les confirmer. Peut-être avez-vous dans votre Église des personnes qui sont douées avec les jeunes enfants, d’autres sont de fins cuisiniers, d’autres encore sont des fées du logis. Certains enseignent les jeunes avec pertinence ou sont peut-être les prédicateurs de demain. Parmi vous se logent peut-être des âmes d’aventuriers, des créatifs, des artistes, des coachs sportifs?
Voyez-vous, il y a 1000 manières de servir et parfois, la peur de l’inconnu peut freiner l’engagement. La moisson est grande et les ouvriers peu nombreux sur le terrain de l’évangélisation. Pourtant, servir dans un camp chrétien décuple la motivation pour le service dans l’Église. C’est comme un stage intensif au service de sa Majesté. Il n’est pas rare que des talents insoupçonnés y soient révélés.
En tant que pasteur, ancien, responsable d’Église, si vous envoyez des serviteurs dans les camps chrétiens, ils seront en bénédiction pour beaucoup d’autres, mais surtout pour votre Église. 

Comment bien orienter vos membres vers un camp chrétien?

Voici quelques étapes que je vous propose pour choisir un bon camp chrétien avec sagesse:

  1. Allez voir la personne pour qui le départ en camp serait opportun.
  2. Définissez son profil et son besoin: est-ce qu’elle doit partir faire un camp ou servir dans le cadre d’un camp? Est-ce qu’elle est plutôt sportive ou plutôt créative?
  3. Allez visiter le site web Centres Chrétiens Vacances
  4. Regardez les offres de camp qui sont cohérentes avec le profil et les besoins de la personne. Un enfant avec un bon potentiel artistique ne profitera pas d’un séjour ultra-sportif. Le camp doit servir à éveiller l’image de Dieu qu’elle porte en elle.
  5. Vérifiez que la confession de foi du séjour est en adéquation avec celle de votre Église, sur le fond et sur la forme. La personne doit aussi être à l’aise dans le contexte du camp.
  6. Présentez le séjour à la personne et éventuellement, voyez s’il n’y a pas une autre personne avec qui elle pourrait partir (autre membre de l’Église, membre de la famille, ami non croyant).
  7. Priez pour la personne avant et pendant le camp.
  8. Débriefez avec elle à son retour de camp pour savoir si cette expérience a été positive ou non et ce qu’elle en retire au final.

Que ces camps chrétiens, lieux où la Bonne Nouvelle est annoncée (Ac 14.7), soient utilisés pour la croissance des membres de votre Église et pour l’enrichissement de votre Église locale.


Ressources pour aller plus loin


Aurélie Bricaud

Depuis plusieurs années, Aurélie est engagée dans un ministère auprès de la jeunesse. Après s’être formée à l’accompagnement spirituel, elle souhaite encourager les chrétiens à persévérer dans une vie de piété qui contient des trésors insoupçonnés. Elle est mariée à Sylvain, ils ont deux enfants, et ensemble ils dirigent Teen Ranch, un centre de vacances chrétien.
Depuis mai 2021, elle coanime le podcast Chrétienne, avec Angie Velasquez Thornton.

Articles pouvant vous intéresser

>