Passer la bague au doigt quand la virginité n’est plus là

Un jeune homme avait envoyé par mail au podcast de John Piper "Ask Pastor John" ("Demande au pasteur John") la question suivante:

« Pasteur John, je veux demander ma petite amie en mariage, et alors que je me prépare au mariage, des pensées de mes erreurs commises dans le passé me viennent à l’esprit. Je repense aux femmes avec qui j’ai couché avant d’être sauvé, et aux erreurs que j’ai faites avec la petite amie avec qui je suis maintenant et que, Dieu voulant, j’épouserai. Les gens parlent souvent de la pureté à préserver jusqu’au mariage et de à quel point c’est terrible de la gâcher. Quelles vérités auriez-vous à offrir à un homme ou une femme comme moi qui éprouve des difficultés à cause des regrets liés à ses erreurs sexuelles passées et les conséquences actuelles de ces erreurs dans le contexte des fiançailles et du mariage? »

Voici la chose principale que je veux te dire: la virginité est un cadeau précieux que tu ne peux pas offrir à ta fiancée, et qu’elle non plus ne peut pas te donner. Et ça, c’est une grande tristesse et une perte énorme. Mais il y a des cadeaux que tu peux lui donner et Dieu va multiplier ces cadeaux de manière si merveilleuse que cette perte ne sera pas destructrice.

Tu dis que tu as entendu des gens dire « Préservez-vous sexuellement jusqu’au mariage » et « c’est une chose terrible de gâcher ça ». Eh bien je dis: oui, oui, oui, c’est tout à fait vrai. Et je pense que c’est exactement ce que Paul et Jésus conseilleraient à toute personne qui est vierge: « Fuis l’immoralité sexuelle » (1 Corinthiens 6.18). Ton corps appartient à Dieu lorsque tu n’es pas marié, et il va appartenir à ta future épouse. Il est bon de se souvenir de 1 Corinthiens 7.3-4: « Que le mari rende à sa femme l’affection » – ce qui signifie les rapports sexuels  – « qu’il lui doit et que la femme agisse de même envers son mari.  Ce n’est pas la femme qui est maîtresse de son corps, mais son mari. De même, ce n’est pas le mari qui est maître de son corps, mais sa femme. » En d’autres mots, vous vous appartenez l’un à l’autre, et à personne d’autre.

Quand on est célibataire, on appartient à Dieu, uni à lui dans notre corps par le Saint-Esprit. Et dans le mariage, on appartient à Dieu, à travers l’union avec notre conjoint. C’est un cadeau précieux, biblique qui devrait être présenté au moment du mariage. C’est un cadeau que tu n’as pas, donc que tu ne peux offrir. Et tu voudras enseigner tes enfants à avoir ce cadeau.

« Ton corps est à Dieu maintenant et sera à ta future épouse. »

John Piper

Mais alors qu’est-ce que tu peux offrir à cette fiancée avec qui tu as eu des rapports sexuels? Quel cadeau peux-tu lui donner que Dieu trouvera agréable et rendra merveilleux, de sorte que le fait que tu ne peux pas lui offrir ta virginité ne sera pas destructeur?

Voici ce cadeau. Tu peux regarder ta fiancée dans les yeux et lui dire ceci:

J’ai échoué et j’ai pas été à la hauteur. Ni envers toi, ni envers Dieu. Et je suis vraiment profondément désolé. Je déteste ce que j’ai fait. Je déteste la douleur que ça nous a causé à toi et à moi. Je déteste le déshonneur que j’ai amené sur le nom du Seigneur. Je déteste le manque de respect que je t’ai montré en ne prenant pas mieux soin de toi. Et je me repens. Je me détourne de ce péché et des forces pécheresses qui ont incité à ce péché. J’y renonce. Et je me tourne vers Jésus-Christ mon Seigneur et mon Rédempteur et je reçois son plein pardon qu’Il a payé de son sang et je chéris ce pardon de tout mon cœur. Désormais, je tremble à l’idée de mépriser son sang. Et par l’Esprit qu’Il m’a donné, je me résous, par sa force, à ne jamais jamais, jamais, jamais le trahir ou donner mon corps à une femme qui n’est pas mon épouse. Je t’offre en mariage mon corps et mon âme pardonnés, rachetés, purifiés afin de te chérir, t’honorer et t’être fidèle. Je t’invite à entrer avec moi dans cette union nouvelle, une union pardonnée, rachetée et purifiée. Je sais qu’il y aura toujours des cicatrices et les souvenirs. Mais Dieu est miséricordieux et en son temps, avec sa sagesse et sa manière, il fera de ces cicatrices du péché l’emblème de sa miséricorde et les symboles de sa croix.

Voilà le cadeau merveilleux que tu peux donner à ta fiancée. Et je prie que Dieu scelle ce cadeau à jamais pour vous deux.


Merci à Christela Tchokodeu – 29 ans, évangéliste passionnée – pour la traduction.

[Note de l’éditeur: Cet article datant du 21/05/2014 a été republié dans le but de profiter à de nouveaux lecteurs.]


Pour aller plus loin

John Piper

John Piper est le fondateur du ministère desiringGod.org et président du Bethleem College and Seminary. Pendant plus de 30 ans, il fut le pasteur de l'Église baptiste de Bethleem à Minneapolis. Il est l'auteur de plus de 50 ouvrages dont Au risque d'être heureux.

Articles pouvant vous intéresser

>