Un moment avec Jésus

Je n’avais aucune idée, ni du livre, ni de son auteur, lorsque j’ai commencé à lire (à la demande de certains lecteurs de mon blog) Un moment avec Jésus de Sarah Young. Certes, j’avais remarqué le livre comme un incontournable parmi les meilleures ventes chrétiennes, mais je ne lui avais jamais vraiment prêté attention. La première chose que j’ai alors constatée, c’est que ce livre possédait plus de 450 avis sur Amazon [ndlr: pour la version anglaise]  – la note moyenne étant de 5 étoiles, ce qui n’est pas rien! Je l’ai donc téléchargé sur mon Kindle et me suis mis à le lire.

Un moment avec JésusSarah Young est l’épouse d’un missionnaire de troisième génération au Japon qui possède le diplôme de 3e cycle d’une faculté de théologie presbytérienne à St-Louis: la Covenant Theological Seminary. Son livre se veut être utile à la piété: un an de courtes réflexions sur la foi chrétienne. Toutefois, il possède un accroc majeur, et de la plus haute importance.

Je diviserai cette analyse en deux parties: ce que l’auteur dit à propos de ce qu’elle dit et ce qu’elle dit. En d’autres termes, la première partie abordera le fondement de ce qu’elle affirme et la seconde partie se focalisera sur le véritable contenu de ces méditations.

Ce que l’auteur dit à propos de ce qu’elle dit

Ce livre vise l’expérience de la Présence de Dieu (le mot « Présence » commence toujours par une majuscule dans le livre). Il parle du fait de grandir dans l’intimité de sa relation avec le Seigneur, ce que tout chrétien désire! Young utilise le mot « Présence » pour décrire un sentiment très tangible de la présence de Dieu. Voilà ci-dessous le contexte, la première fois qu’elle ressent cette Présence [Note du traducteur: n’ayant pas la version française sous la main, les passages ont été retraduits à partir du livre en anglais]:

Une nuit, je laissai la chaleur de notre chalet accueillant pour marcher toute seule dans les montagnes enneigées. Je me suis rendue dans une zone profondément boisée, me sentant vulnérable et impressionnée par le froid et la beauté du paysage au clair de lune. L’air était vif et sec, perçant à chaque inspiration. Soudain, je sentis comme un brouillard chaud m’envelopper. Je devins consciente d’une Présence aimante, et ma réponse involontaire fut de chuchoter “Tendre Jésus”. Cette façon de parler était totalement inhabituelle pour moi, et je fus choquée de m’entendre parler si chaleureusement à Jésus. Comme je réfléchissais à cette brève communication, je me rendis compte que c’était la réponse d’un cœur converti ; à ce moment, je sus que je lui appartenais. C’était bien plus que les réponses intellectuelles que je cherchais auparavant. C’était une relation avec le Créateur de l’univers.

Son amour pour Dieu et son désir de passer du temps avec lui grandirent alors, la poussant à s’adresser à lui dans la prière et l’écouter par la Parole. En 1992, elle reçut une copie de Un moment avec Dieu, « un livre de méditations écrit par deux “auditrices” anonymes. Ces femmes avaient comme pratique d’attendre en silence la Présence de Dieu, crayon et feuille en main, retranscrivant les messages qu’elles recevaient de Lui. Les messages étaient écrits à la première personne, “Je” faisant référence à Dieu ». Ce livre devint un trésor et un manuel scolaire pour Young.

Elle continue ainsi:

L’année suivante, je commençai à me demander si je pouvais moi aussi recevoir des messages pendant mes moments de communion avec Dieu. J’écrivais dans mes journaux de prière depuis des années, mais c’était une communication à sens unique : moi seule parlais. Je savais que Dieu communiquait avec moi à travers la Bible, mais je soupirais après bien plus. Je voulais de plus en plus entendre ce que Dieu avait à me dire personnellement chaque jour. Je décidai alors d’écouter Dieu stylo en main, écrivant ce que je croyais qu’Il me disait. Je me sentis maladroite la première fois que j’essayai cette méthode, mais je reçus un message. Celui-ci était court, biblique et approprié. Il concernait des sujets actuels dans ma vie : la confiance, la peur, l’intimité avec Dieu. Ma réponse fut d’écrire dans mon journal de prière.

Vous ne serez donc pas surpris d’apprendre que le contenu de ce livre, chacune des méditations, est un message que Young a reçu du Seigneur, un message destiné à fournir une expérience plus profonde de la Présence et de la Paix de Jésus. « Cette pratique de l’écoute de Dieu a augmenté mon intimité avec Lui plus que toute autre discipline spirituelle, et je veux donc partager quelques-uns des messages que j’ai reçus. Dans de nombreuses parties du monde, les chrétiens semblent être à la recherche d’une expérience plus profonde de la Présence et de la Paix de Jésus. Les messages qui suivent répondent à ce besoin. »

On ne peut pas passer à côté. En parlant avec d’autres à propos de ce livre, j’ai entendu certaines personnes dire qu’il est écrit comme si Jésus est en train de s’adresser au lecteur. Mais il faut savoir que Young revendique quelque chose de beaucoup plus audacieux : c’est Jésus même qui parle, à travers elle. Les messages qu’il lui a donnés, elle nous les transmet désormais.

Il convient maintenant de s’arrêter et d’examiner cette déclaration. Sarah revendique une sorte de nouvelle révélation de la part de Dieu. Elle affirme que Dieu lui parle et qu’elle passe ensuite ces messages à d’autres. Ce qui nous conduit à nous demander immédiatement ce qu’elle croit à propos de la Bible. Affirme-t-elle que ces messages sont d’égale valeur à l’Écriture? Qu’ils la surpassent?

Elle n’affirme aucunement une telle chose, du moins, pas directement. À un moment, dit-elle, « je savais que ces écrits n’étaient pas inspirés comme l’est l’Écriture, mais ils m’aidaient à me rapprocher de Dieu ». Plus tard, elle affirme : « La Bible est, bien sûr, la seule Parole de Dieu inerrante [sans erreur] ; mes écrits doivent être cohérents avec cette règle immuable. » Mais voilà tout ce qu’elle dit. Même si elle précise que ses écrits doivent être subordonnés à la Bible, elle ne nous dit pas, finalement, ce qu’ils sont ou comment nous sommes supposés les considérer. Font-ils autorité? S’imposent-ils d’une quelconque façon à elle ou à nous ? S’ils ne sont pas inspirés et inerrants, que sont-ils exactement? Pas besoin d’attendre de réponse, car tout de suite après, Young commence à partager ces paroles de Dieu en tant que méditations quotidiennes, affirmant : « je continue à recevoir des messages personnels de Dieu lorsque je médite sur Lui. Plus difficiles sont les circonstances de ma vie, plus j’ai besoin de ces directives encourageantes de mon Créateur ».

James Montgomery Boice a dit un jour que la vraie bataille de notre époque ne serait pas l’inerrance ou l’infaillibilité de l’Écriture, mais sa suffisance (allons-nous nous appuyer sur la Bible ou soupirerons-nous continuellement après d’autres révélations ?). Cette affirmation est vraiment valable pour Un moment avec Jésus. Young enseigne que bien que la Bible soit inerrante et infaillible, elle est insuffisante. La Bible n’était pas assez pour elle et, implicitement, elle enseigne qu’elle ne peut pas être assez pour nous. Après tout, ce n’est pas la lecture de la Parole qui est devenue sa plus importante source de discipline spirituelle, mais cette pratique de l’écoute, cette réception des messages du Seigneur. Ce n’est pas l’Écriture qu’elle nous sert, du moins pas premièrement, mais ces messages de la part de Jésus.

Sur cette seule base, ce livre est très suspect et devrait être traité avec la plus grande prudence. Young nous offre des mots qu’elle affirme venir tout droit du Seigneur. Mais elle ne donne aucune preuve que nous devrions nous attendre à ce que le Seigneur nous parle de cette façon ; tout ce qu’elle offre, c’est sa propre expérience. À ce stade, nous nous retrouvons avec quelques options. Nous pouvons nous arrêter tout de suite de lire, nous pouvons continuer à lire tout en rejetant ses affirmations que ce sont les paroles du Seigneur, ou nous pouvons lire et la prendre au mot. En ce qui me concerne, si ce n’était pas dans le but de produire une analyse du livre, je l’aurais abandonné immédiatement. Si elle prétend prononcer les paroles mêmes de Jésus, je ne suis en aucun cas intéressé. Cependant, afin de réaliser mon analyse, j’ai continué à lire.

Ce qu’elle dit

Young propose des méditations pour une année entière, toutes écrites à la première personne, comme étant des messages de Jésus. Chacune d’elles est accompagnée de quelques passages de l’Écriture. Voici la première moitié de la méditation pour le 8 janvier:

En toute douceur, Je t’annonce ma Présence. Des rayonnements de teinte chatoyante arrivent tendrement à ta conscience, cherchant une entrée. Bien que J’aie tout Pouvoir dans le ciel et sur la terre, Je suis infiniment tendre avec toi. Plus tu es faible, plus Je m’approche de toi en douceur. Laisse ta faiblesse à la porte de ma Présence. Chaque fois que tu te sens incapable, rappelle-toi que Je suis ton aide à jamais présente.

Il est intéressant de noter que la majorité des méditations sont des affirmations plutôt que des commandements ; ce qui signifie que le livre tend à être plus descriptif qu’impératif. Il s’agit moins de Jésus nous disant comment nous devons vivre que de qui il est, qui nous sommes et comment profiter de sa Présence. On remarque aussi que ces affirmations ne couvrent qu’un intervalle très mince de l’expérience chrétienne. On peut encore relever que beaucoup de paroles de Jésus ressemblent très peu à la manière dont il parle dans la Bible. Par exemple : « Que la lumière de Ma Présence pénètre en toi, pendant que tu focalises tes pensées sur Moi. », et peu après : « Apprends à te cacher dans le secret de Ma Présence, même lorsque tu accomplis tes tâches dans ce monde. » Je ne sais même pas ce que ça signifie et comment ça devrait être appliqué. Il n’y a pas ici pour moi de commandement clair auquel obéir et aucune parole claire pour comprendre qui est Jésus.

Conclusion

Un moment avec Jésus est, à sa manière, un livre très dangereux. Bien que sa théologie soit assez solide, ma grande préoccupation est qu’il enseigne qu’entendre des paroles directement de Jésus et les partager ensuite avec d’autres constitue l’expérience chrétienne standard. En fait, ce livre met cette expérience au-dessus de toutes les autres. Et en cela, il constitue un cas préoccupant. Je ne vois aucune raison de recommander ce livre.

Article traduit avec autorisation. Merci à Joël Tchoufag pour la traduction.

Tim Challies

Tim est pasteur d'une église à Toronto et l'auteur de Challies.com, l'un des sites évangéliques les plus populaires au monde.

Articles pouvant vous intéresser

17 thoughts on “Un moment avec Jésus

  1. Etienne Omnès dit :

    Je peux très surement me tromper, mais la « méthode » d’écriture de Sarah Young semble être de l’écriture automatique, qui est une pratique spirite très importante dans des religions comme le confucianisme par exemple, et qui de manière générale est liée à pas mal de pratiques occultes…

    D’accord, Sarah Young la pratique pour Jésus, mais une pratique occulte reste une pratique occulte…

    Maintenant par pitié donnez moi tort!

    1. Salut Etienne, j’avoue mon ignorance sur le sujet. Je ne connais pas l’écriture automatique. J’espère que quelqu’un pourra nous éclairer en répondant à ta question!

    2. Mathieu dit :

      Si je ne me trompe, l’écriture automatique était utilisé lors de l’époque de l’entre deux guerre par les écrivains du mouvement du surréalisme. Cette technique consistait à écrire sous la dictée de l’inconscient.

  2. Très bon article !
    Un étonnement : découvrir que c’est Ourania qui a édité le livre en question !
    Sélectionné alors que Viviane André était en vacances ?? 🙂

    1. Merci Claude. Ah, si ce n’était que ça…

    2. Tristesse…

      Curieusement, pas plus tard qu’hier, j’étais voir un frangin. Et voilà que, sans que je n’en parle, ce frère me donne le livre en question, qu’il n’approuve pas !! L’épouse de ce frère m’a dit que selon elle, toutes les dames de l’Eglise ont ce livre (bon, j’imagine quand même pas toutes ! )

      Ahurissants, ces textes qui sont écrits comme si c’était Jésus qui parlait ! Pour les pages que j’ai lues, je n’ai pas relevé d’erreurs doctrinales, mais je trouve que c’est quand même très osé – et dangereux – de mettre des paroles humaines aussi bonnes puissent-elles être – dans la bouche de notre Seigneur Jésus ! La révélation ne serait-elle pas complète et close ?

  3. Paul Millemann dit :

    Cela m’a aussi fait penser à de l’écriture automatique en lisant l’introduction du livre qui m’avait été offert et qui ne m’a pas forcément donné envie d’aller beaucoup plus loin.
    Pour donner quelques éléments d’informations supplémentaires, l’écriture automatique est une pratique occulte qui se fait dans un état modifié de conscience. La personne qui écrit se laisse influencer par une puissance spirituelle au même titre que tout voyant ou médium et ne sait pas ce qu’elle fait. Elle peut être dans un état de transe. Ceci n’a rien à voir à l’expérience des prophètes de l’Ancien Testament, qui même s’ils avaient des visions ou des transes n’étaient pas « dépersonnalisés », comme les autres prophètes ou augures du Proche Orient Ancien.

    1. Merci Paul pour ces précisions!

    2. Bonjour Paul, Tim Challies a écrit un deuxième article de critique. Son point #5 parle d’une « imitation d’une pratique occulte » et mentionne l’écriture automatique: http://toutpoursagloire.com/10-graves-problemes-avec-un-moment-avec-jesus/

  4. E.P. dit :

    Merci de me signaler ou vous avez trouvé une « théologie solide » dans ce livre, je n’ai pas trouvé et cela m’intéresse.

    Je ne crois pas que c’était le 23/08 où Abraham n’est qu’un idolâtre à soigner. Ni le 25/12 lors de cette « nuit ténébreuse » pour un Jésus (post-moderne) qui n’apprécie pas cette étable « impure » (anglais filthy)

    La position de Sarah Young quand à ses écrits est contradictoire. Ou bien c’est Jésus qui lui parle, alors pourquoi n’est-ce pas la voix du bon berger? Ou bien ce n’est pas Lui, alors qui est-ce?
    Elle se réfère à un très vieux livre (son trésor à ses yeux), « God Calling », qui est du même genre, écrit par 2 médiums.

    Ce n’est pas de l’écriture automatique au sens classique du terme, mais le résultat est le même, celui avec qui elle parle n’est pas Jésus. Les éditeurs américains ont fait des « retouches » pour cacher le plus saillant de l’introduction. Voir les 3 articles sur le site de Vigi-Sectes, et plus de
    détail dans le magazine « La Route Droite ».

    E.P. Président de Vigi-Sectes,

    1. E.P., n’hésitez pas à partager dans un commentaire les articles que vous conseillez sur votre site. Ça enrichit cette page.

  5. Paul Millemann dit :

    Oui, j’ai lu l’article que vous avez publié, qui confirme bien ce que j’avais cru percevoir. Merci de l’avoir ajouté.
    Amitiés

  6. Elisabeth Boujon dit :

    Merci pour tous ces commentaires que je découvre aujourd’hui! Ils me rassurent sur ma réaction à propos de ce livre que j’ai reçu de la part d’une épouse de missionnaire, ce qui me semblait la garantie d’un contenu en conformité avec la Parole… Au fil de ma lecture, je me suis demandé par quelle autorité l’auteur s’arrogeait les paroles « émanant de Jésus ». Finalement, mal à l’aise avec ces textes, j’en ai cessé la lecture quotidienne non sans me demander si la lectrice lambda que je suis était passée à coté de quelque chose… ouf !

    1. Bonjour Elisabeth et bienvenue sur TPSG!

      Heureux que vous ayez discerné toute seule les enseignements dangereux du livre de Sarah Young.

      Pour info, Tim Challies a signé un deuxième billet sur Un moment avec Jésus où il relève « 10 graves problèmes »: http://toutpoursagloire.com/10-graves-problemes-avec-un-moment-avec-jesus/

  7. chris dit :

    Je trouve un peu exagéré de dire que c’est dangereux de lire un livre qui dit Je à la place de Jésus. Quel est le danger ? Comme ce livre est basé sur la Bible, il nous donne envie de connaitre Dieu d’avantage et de lui faire confiance..
    Dans tout livre chrétien, il y a de bonnes choses et de moins bonnes et nous avons une intelligence pour faire la part des choses.

    1. Etienne Omnès dit :

      Bonjour Chris,

      Votre réaction est sage et bonne sur le principe, mais je pense que quand on en arrive à la réalité, ce n’est pas si simple de faire le tri dans ce livre.

      Le point complexe est que l’auteur ne cherche pas à écrire « comme » Jésus ou « à la place » de Jésus, auquel cas il est clair que c’est lui et lui seulement qui parle: un petit tri à faire et tout va bien.

      Le problème est que Sarah Young revendique tenir ces message directement de Jésus, si bien que ce tri est beaucoup plus compliqué à faire: si la chose est bonne, elle vient de Jésus; si la chose est mauvaise elle vient de S. Young. Ok jusqu’ici ça va.

      Et lorsque la proposition est obscure ou qu’on ne peut pas vérifier si elle est vraie ou non, que fait-t-on? Présomption d’innocence et on l’accepte comme parole de Dieu? Scepticisme de principe et on la récuse d’emblée? Difficile en tout cas de mettre une potentielle parole de Dieu entre parenthèses, le mieux semble encore de lui donner une autorité divine… au risque de prendre un mensonge comme révélation

      Ce livre est basé sur la Bible? Excellent. Ce livre prétend être du même auteur que la Bible? Beaucoup moins excellent. Il nous donne envie de connaître Dieu d’avantage? C’est un bon point, mais le problème posé est plus grave, je trouve que ce qu’apporte ce sentiment agréable.

    2. Bonjour Christophe,

      Merci pour ta visite sur le site. As-tu lu le deuxième article sur Un moment avec Jésus? Il est ici (http://toutpoursagloire.com/10-graves-problemes-avec-un-moment-avec-jesus/) et il relève 10 problèmes avec le livre. Je suis dispo pour en discuter après lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image