Il n’est jamais trop tard pour arrêter la pornographie: le témoignage de la libération de Crystal

Allez! Essayez de vous rappeler quand vous aviez 10 ans. Vous vous souvenez? Imaginez un instant que vous êtes retourné à cette époque. Quelle était votre activité favorite? Jouer dehors? Avoir des amis qui viennent dormir à la maison?

Voyez cette jeune fille de 10 ans. Ce qu’elle préférait faire, c’était regarder de la pornographie.

Me voici, à l’âge de 10 ans

Je venais d’avoir 10 ans lorsque que je suis tombée sur la planque où mon frère cachait ses magazines pornographiques dans sa salle de bain. Je n’avais jamais eu une véritable discussion au sujet de la sexualité avec mes parents et encore moins sur comment faire face à la pornographie. Un après-midi après l’école, j’ai trouvé les magazines qui avaient été laissés là par mégarde. Ça m’a alors remplie de pensées et de sentiments contradictoires.

J’ai tout de suite été très curieuse et intriguée. Mais en même temps, j’ai rapidement ressenti de la honte, car je savais que ce n’était pas quelque chose que j’étais censée regarder.

Mais ma curiosité l’emportait de loin sur la honte initialement ressentie lors de cette découverte. Par conséquent, je regardais souvent ces magazines, et j’ai continué à le faire quotidiennement, jusqu’au jour où ils n’ont plus été là. Une fois les magazines disparus, je ne savais plus quoi faire; mais ce que je savais, c’est qu’il fallait que je les retrouve. Gardez à l’esprit que cela faisait déjà plusieurs mois (peut-être même un an ou plus) que je les regardais quotidiennement quand ils ont brusquement disparus.

À ce moment-là, j’étais devenue accro, même si à l’époque, je n’avais pas réalisé à quel point je l’étais. Dans la panique, j’ai commencé à chercher des alternatives par tous les moyens possibles. Je voulais tout ce qui pouvait me donner le même niveau de plaisir et de satisfaction que ces magazines. J’ai commencé à piller le placard à films de mon père, j’ai convaincu mes frères de me donner le code parental de notre téléviseur (ils ne savaient pas que je le voulais pour du porno), et j’ai finalement commencé à chercher de la pornographie sur internet. Mes parents avaient mis en place des protections comme des codes d’accès et un filtrage, mais ils ont été facilement contournés. 

La pornographie est devenue un problème global dans ma vie

Elle s’était infiltrée dans presque tous les domaines de ma vie: émotionnel, relationnel et spirituel. Non seulement je regardais de la pornographie très régulièrement, mais je commençais à adopter d’autres comportements sexuels tels que les discussions en ligne, le téléphone rose et la masturbation de manière compulsive. J’ai même regardé de la pornographie à l’école et dans le bureau de l’église.

Et puis, à l’âge de 15 ans, j’ai finalement été confrontée à la gravité de ma dépendance lorsque je me suis inscrite pour la première fois à un camp d’été avec mon Église. J’étais terrifiée à l’idée de ne plus être à la maison et de ne plus pouvoir me livrer à mes comportements sexuels. Il m’a fallu beaucoup d’efforts pour y aller quand même – le facteur décisif étant que je ne voulais pas avoir à expliquer pourquoi je ne voulais pas y aller.

C’est ce qui m’a permis de réaliser que j’avais une addiction. Eh oui, il m’a fallu quasiment cinq ans pour comprendre que ce comportement destructeur et compulsif était un problème! Mais savoir que j’avais un problème et savoir quoi faire pour le résoudre étaient deux choses très différentes (voir l’article Le porno est une lutte).

Mon identité était profondément ancrée dans la pornographie, c’est-à-dire ce que j’étais en tant que femme et en tant que chrétienne. J’étais une fille qui luttait contre la pornographie, et je n’avais jamais entendu parler d’autres femmes qui luttaient contre la pornographie. J’étais persuadée que j’étais la seule, convaincue que quelque chose n’allait pas chez moi et que si j’en parlais à quelqu’un, il me regarderait bizarrement. J’étais aussi une chrétienne auto-proclamée qui menait une double vie. D’un côté, j’étais la bonne chrétienne faisant tout comme il faut en public, et de l’autre, j’étais empêtrée dans le péché sexuel. J’étais désespérée et j’avais très envie d’arrêter ces comportements, mais je ne savais pas vers qui me tourner. Je me sentais comme coincée.

Ma guérison a commencé avec la redevabilité

Ce n’est qu’à l’âge de 19 ans qu’une amie m’a partagé son témoignage, et sa propre histoire avec la pornographie. C’est grâce à sa confession que j’ai pu à mon tour me confesser. Ensemble, nous avons entamé une relation basée sur la redevabilité. Je devais lui rendre des comptes quant à mon comportement, et elle a été mon alliée pendant de nombreuses années.
Toutefois, je n’avais pas seulement besoin de redevabilité. J’avais besoin du soutien d’un conseiller et j’avais aussi besoin d’abandonner ma vie à Dieu. Guérir d’une addiction n’est pas seulement un problème de comportement. La véritable guérison nécessite une approche globale qui allie l’esprit, le corps et l’âme. Souvent, ces dépendances sont le symptôme de problèmes bien plus profonds.

Personnellement, je luttais contre un trouble personnel et intime. Je n’avais pas réalisé qu’à l’âge de 10 ans, ce que je désirais profondément c’était l’amour d’un père, ce que je n’avais pas l’impression d’avoir à la maison. Petite, mon père et moi n’étions pas très proches, car à cause de son travail il était plus souvent sur la route qu’à la maison. Je ne ressentais pas de lien avec lui. Malheureusement, la pornographie est devenue une contrefaçon de l’intimité, de l’amour et de l’affection dont j’avais désespérément besoin (voir l’article L’importance de la redevabilité).

Peut-être que vous vous retrouvez dans tout ce que j’ai partagé, ou en partie.

Vous n’êtes jamais aussi seul(e) que ce que vous pourriez croire. Nous avons tous vécu des choses dans notre vie qui ont fondamentalement changé qui nous sommes. Certaines de ces choses nous ont amenés vers la croix, tandis que d’autres nous ont peut-être égarés. Quel que soit le fardeau que vous portez aujourd’hui, la liberté vient lorsque nous commençons à vivre notre rédemption en Christ.

Abandonnez-vous à Dieu.
Confessez-vous à quelqu’un.
Soyez redevable.
Prenez vos responsabilités.
Partagez votre histoire.
Il n’est pas trop tard pour vous réengager dans une vie sans pornographie et entrer dans une vie pleine de la bonté que Dieu a pour vous.


3 ressources pour aller plus loin


Crystal Renaud Day

Crystal Renaud Day, MAPC est une conseillère pastorale et une mentor. Cela fait plus de dix ans qu’elle travaille avec les femmes, les couples et les adolescentes. Elle est titulaire d'une maîtrise d’arts en conseil pastoral : coaching de vie de la Liberty University. Crystal possède Living on Purpose Coaching & Pastoral Counseling et est la directrice fondatrice de SheRecovery.com (anciennement Dirty Girls Ministries), un ministère en ligne aidant les femmes à surmonter la dépendance à la pornographie et à la sexualité. Son travail a été présenté dans le New York Times, ABC News, CNN, Christianisme aujourd'hui, The 700 Club, et plus encore. Elle est l'auteur de plusieurs livres, dont 90 Days to Wholeness et Dating Done Right.

Articles pouvant vous intéresser

>