Winston Churchill: quel modèle pour nous?

Si vous ne le saviez pas, Raph est un grand fan de Winston Churchill… Après Jésus, il est dans son top 5 des hommes les plus influents! Mais… pourquoi?

Thématique

Dans cet épisode, Raph et Matt répondent aux questions suivantes:

  • Comment Raph est-il devenu fan de Churchill?
  • Qui était Winston Churchill?
  • Quelques-une de ses punchlines
  • En tant que chrétien, en quoi est-il inspirant?

Synthèse MM #12

Ce travail de synthèse est fait par un auditeur attentionné. Il ne retranscrit pas les propos exacts de l’épisode, mais vise à présenter le contenu.

Introduction

On va parler d’un homme qui a marqué le XXe siècle, un des hommes les plus grands et importants sur l’échiquier politique de ce siècle. Il croyait en Dieu mais on ne sait pas s’il était enfant de Dieu. C’était un homme que Dieu a utilisé dans sa grâce pour faire de grandes choses et protéger le monde d’un drame immense qu’aurait été la victoire du nazisme. Il s’agit de Winston Churchill. Le bonhomme avec son chapeau, sa canne, son cigare, son charisme et ses punchlines. De toutes les figures historiques non-chrétiennes, Churchill est le préféré de Raph. Son charisme, son courage et ses capacité oratoires lui ont permis de faire des choses extraordinaires. Ce qu’il a fait était vraiment courageux, non pas en tant que soldat mais en tant qu’homme d’état.

Nous allons voir comment la grâce commune nous permet de tirer des leçons de personnages, qui n’étaient pas chrétiens mais qui dans l’Histoire ont reflété, par la grâce que Dieu accorde aux hommes, une attitude en accord avec sa volonté et qui peuvent être des exemples aussi pour des chrétiens

Comment Raph est-il devenu fan de Churchill?

J’avais 22 ans lorsque l’on a fait le programme de la Seconde Guerre mondiale et c’est mon professeur d’histoire, un grand fan de Churchill, qui m’a fait découvrir l’intérêt de ce personnage. Une des choses qui m’a le plus frappé est la photo officielle de la conférence de Yalta où se trouvait Churchill avec Eisenhower et Staline. Ces hommes étaient parmi les plus puissants du monde et même de toute l’histoire de l’humanité en termes de force militaire et de poids politique avec un rayonnement sur le monde entier. Mon professeur d’histoire faisait tout le temps des citations de Churchill. J’ai donc commencé à regarder de plus près ses citations. Il avait vraiment le goût de la formule et même traduit en français cela rendait bien.

Plus tard j’ai continué à le découvrir au travers de documentaires télévisés, notamment la série Apocalypse produite par France Télévision. Il s’agit de documentaires exclusifs, dont on a retrouvé tardivement les premières pellicules couleur, qui ont été tournés pendant la Seconde Guerre mondiale. L’un de ces documentaires était sur la Seconde Guerre mondiale sur plusieurs épisodes. C’est très intéressant pour réviser les cours d’histoire. C’est donc d’abord au travers de ces documentaires que j’ai creusé un petit peu plus qui était Churchill.

Puis il y a 2 ou 3 ans, je voulais vraiment aller jusqu’au bout et connaître le personnage. J’ai lu 2 livres: l’un était une biographie de 700 pages, l’autre contenait la plupart de ses citations (voir lien de l’article).

Le but ici n’est pas de faire une hagiographie et de faire passer cet homme pour un saint. Mais c’était un personnage véritablement hors du commun qui restera dans l’Histoire.

Qui était Winston Churchill?

Churchill est né en 1874 et il est mort en 1965. Il était anglais et issu d’une famille d’aristocrates. C’était un enfant assez isolé. Ses parents étaient très distants de lui et il avait de grandes carences affectives. Il était fasciné par la guerre et il a connu la Première Guerre mondiale dans sa jeunesse dans le contexte d’un pays très militarisé. Il a eu un parcours scolaire difficile. Ses parents voulaient le faire entrer dans une grande école mais il a échoué. Il est finalement entré dans une école militaire. Puis il est parti au combat en Inde et au Soudan. C’était un officier qui a été sur le terrain de la guerre. Si on lit les témoignages des hommes qui étaient avec lui, on apprend qu’il avait un courage hors du commun et qu’il prenait des risques fous.

Parallèlement à cette carrière militaire (il a également participé à la Première Guerre mondiale), il a commencé à écrire. Il était un homme insatiable de connaissances littéraires, et autodidacte. Il a tout lu: des ouvrages d’art, d’économie, de politique, des grands classiques de la littérature grecque antique, du christianisme, etc. Il était vraiment à la recherche d’une gloire. Il voulait marquer l’histoire mais avec une vision du monde portée sur la défense de cette histoire. Il ne voulait pas être célèbre pour être célèbre mais écrire l’histoire et y participer en faisant des choses courageuses, juste et bonnes, en son sens du moins.

Durant toute la guerre, il était correspondant de guerre pour la presse anglaise en écrivant des chroniques. Il a été remarqué pour son don d’écriture. Dès sa jeunesse, il avait pris l’habitude d’écriture, ça l’a aidé dans sa capacité d’analyse géopolitique et militaire, et il allait être au bénéfice de cela toute sa vie. Il avait toujours des coups d’avance sur les autres politiciens, car il avait une compréhension globale et très forte du monde et des dynamiques des régimes politiques qui montaient et descendaient.

Après cela, il est rentré en Angleterre. Il a été ministre de l’Armement, secrétaire d’état et il était sous la gouvernance de David Lloyd Georges qui était le grand vainqueur de la Première Guerre mondiale.

Churchill a changé de parti en cours de route. Il était libéral puis il est devenu conservateur. Il disait: « Certains hommes changent de parti en fonction de leurs opinions, d’autres changent d’opinion en fonction de leur parti. » Mais lui voulait changer de parti pour rester conforme à ses opinions.

En 1940, il devient Premier ministre du Royaume-Uni, organise toutes les forces armées britanniques et conduit le pays à la victoire sur les puissances de l’Axe. C’est lui qui est à l’origine de l’opération menée dans le film Dunkerque. C’est le penseur de la stratégie, de la politique et de la philosophie d’opposition acharnée au nazisme. C’est lui qui a conseillé De Gaulle pour qu’il soit le porte-parole et qu’il s’impose comme le chef des forces alliées françaises et le représentant de la France combattante, celle qui ne va pas collaborer.

Il va rester jusqu’en 1964 dans le Parlement dans lequel il avait été élu pour la première fois en 1900, autrement dit une carrière politique de 64 ans! Son enterrement a été le plus grand rassemblement de chefs d’État dans le monde pour lui rendre hommage. Il avait dit: « L’Histoire me sera indulgente, car j’ai l’intention de l’écrire. »

Ce qu’il faut retenir de sa vie:

Premièrement, sa lucidité face au nazisme. La plupart des parlementaires anglais, dont Lloyd Georges, en sortant d’une première guerre et voulant absolument en éviter une deuxième, voulaient composer avec le nazisme.

Lorsque l’Angleterre a proposé un accord de paix et de non-engagement dans la guerre, il a dit cette phrase célèbre: « Vous aviez à choisir entre la guerre et le déshonneur; vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre. »

« Un conciliateur est quelqu’un qui nourrit un crocodile en espérant qu’il serait le dernier à être mangé. » C’est comme cela qu’il voyait le nazisme. Et son action en tant que Premier ministre a été décisive entre 1940 et 1945 durant la Seconde Guerre mondiale.

Le film Les heures sombres raconte ce moment précis de la vie de Churchill, où il a été parachuté à son poste de Premier ministre et comment il a dû lutter à l’intérieur même de son parti, et notamment le fait qu’il a été le dernier rempart contre l’abdication. On voit que c’est un homme plein de convictions et que c’était le seul. Si une chose le caractérisait bien, c’était sa position indéfectible et intransigeante face au mal, et la lucidité contre ce nazisme qui pour lui, était le mal même et qu’on ne pouvait pas imaginer faire autre chose que de le combattre pour l’anéantir.

En plus de cela, il avait un talent d’orateur et de formulation qui ont été des outils extraordinaires entre ses mains. Il a su communiquer son génie et sa vision; il a gagné ses détracteurs petit à petit à sa cause en ressortant de la guerre avec l’honneur et la gloire d’avoir été le visionnaire, et en sauvant l’honneur de l’Angleterre. En France on est partagé car on a été la France de De Gaulle mais aussi de Pétain, alors qu’en Angleterre, ils ont été l’Angleterre de Churchill. Dans l’une de ses citations il disait: « Agissez comme s’il était impossible d’échouer. »

Cela aurait été facile de tenir ses positions s’il avait été tactiquement dans une position favorable. Mais à ce moment, l’armée anglaise était au plus bas et perdait énormément de monde. Toutes leurs positions étaient en train de s’écrouler et la seule issue semblait être soit la mort et le carnage, soit l’abdication.

Lié à cela, il avait un orgueil phénoménal. Une autre citation de Churchill: « Nous sommes tous des vers… Mais je pense que je suis un ver luisant. »

Il faut aussi retenir ses dons d’écriture. Il a obtenu un prix Nobel de littérature pour ses mémoires de guerre. C’était aussi un peintre estimé. La série The Crown sur Netflix détaille le règne d’Elisabeth II qui est la toile de fond sur laquelle Churchill a évolué. La série raconte notamment l’histoire d’un portrait de lui qu’il détestait et qu’il aurait brûlé, montrant son orgueil démesuré.

Cet orgueil l’a poussé à faire de grosses erreurs dans sa tactique militaire. Lorsqu’il était ministre du Commerce, il avait bâclé la gestion de la révolution bolchévique qui arrivait depuis la Russie en Angleterre. Il n’était pas fait pour le commerce mais pour la guerre. Il disait lui-même que la préparation à la guerre le fascinait. Il se sentait appelé pour protéger son pays et protéger le monde du nazisme.

Il avait aussi du mal à comprendre son pays. Il était très fort dans l’analyse du monde international, mais au niveau national cela a été beaucoup plus difficile pour lui. C’était aussi un homme alcoolique et mélancolique. Il compensait le besoin d’impressionner son père qui avait aussi été dans l’armée. Malgré tout cela, c’était un bourreau de travail. Quand on lui demandait le secret de la vitalité il répondait: « No sports! » (pas de sport!)

Il avait une relation assez perverse avec l’alcool. Il disait: « […] Je n’ai dans le sang que des globules rouges: l’alcool a tué depuis belle lurette tous mes globules blancs. » Il avait trouvé, dans de telles dépendances, des médicaments pour gérer son stress.

Quelques-unes de ses punchlines

  • « Christophe Colomb fut le premier socialiste: il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait… et il faisait tout ça aux frais du contribuable. »
  • « Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. »
  • « La critique peut être désagréable, mais elle est nécessaire. Elle est comme la douleur pour le corps humain: elle attire l’attention sur ce qui ne va pas. »
  • « Une pomme par jour éloigne le médecin, pourvu que l’on vise bien. »
  • « Le succès consiste à aller d’échecs en échecs sans perdre son enthousiasme. » Le contexte est très important: il y a une différence entre les personnes qui sortent des citations de motivation parce qu’ils sont influenceurs Instagram, et celui qui parle de difficulté et de douleur parce qu’il a fait la guerre.
  • « Plus vous saurez regarder loin dans le passé, plus vous verrez loin dans le futur. »
  • « En Angleterre, tout est permis, sauf ce qui est interdit. En Allemagne, tout est interdit, sauf ce qui est permis. En France, tout est permis, même ce qui est interdit. En URSS, tout est interdit, même ce qui est permis. »
  • « La démocratie est un mauvais système, mais elle est le moins mauvais de tous les systèmes. »
  • « Le golf consiste à mettre une balle de 4 cm de diamètre sur une boule de 40.000 km de tour et à frapper la petite, non la grande. »

Dans le contexte de la guerre, le V de la victoire a été validé et popularisé par Churchill.

Discours du 13 Mai 1940: « Je vais dire à la Chambre ce que j’ai dit à ceux qui ont rejoint ce gouvernement: ‘Je n’ai à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur.’ […] Vous demandez quelle est notre politique? Je vous dirai: c’est faire la guerre sur les mers, sur terre et dans les airs, de toute notre puissance et de toutes les forces que Dieu pourra nous donner. » C’est le courage de l’engagement militaire.

Évacuation de Dunkerque: « Nous combattrons sur les plages, nous combattrons dans les champs et dans les rues, nous combattrons sur les collines, jamais nous ne nous rendrons. »

« La manœuvre qui aboutit à introduire un nouvel allié à vos côtés est aussi fructueuse qu’une victoire sur le champ de bataille. »

Première pensée après l’attaque de Pearl Harbor: « Ça y est, nous avons gagné la guerre. » Il savait que les américains rentraient en guerre et que ses ennemis étaient finis.

En tant que chrétien, en quoi est-il inspirant?

Cela rejoint un peu la virilité (voir MM #11). Il y a des effets de la grâce commune qui rejoignent ce qu’est un homme, notamment le courage et la conviction, qui ne sont pas juste des bons mots ou des idées faciles, mais une conviction de l’agir qui l’a amené à être seul contre tous, courageux, à persévérer. La question de l’engagement est très importante aussi parce qu’il s’était engagé au service du peuple anglais. C’était aussi une satisfaction personnelle. Toute sa vie il a voulu être Premier ministre et il ne visait que ça; mais une fois qu’il était engagé à gagner la guerre et à vaincre le mal, il a fait tout ce qui était en son pouvoir pour aligner ses convictions et mettre son courage au service de cet engagement.

Ce qui est encourageant en tant que chrétien, c’est cette détermination à ne pas pactiser avec le mal, à rester engagé dans la bataille contre le mal, à agir avec courage et conviction dans un combat dans lequel on s’est engagé. L’exemple de Churchill est un bel exemple sur ces points-là.

La capacité à prendre des décisions à haut risque est également présente. D’autres paroles de Churchill:

  • « On ne devrait jamais tourner le dos à un danger pour tenter de le fuir. Si vous le faites, vous le multiplierez par 2. Mais si vous l’affrontez rapidement et sans vous dérober, vous le réduirez de moitié. »
  • « Si vous traversez l’enfer, surtout continuez d’avancer. »
  • « Le succès n’est pas final, l’échec n’est pas fatal, c’est le courage de continuer qui compte. »

C’est cette résilience qui a marqué toute sa vie d’homme politique qui est inspirante pour nous. Il était conscient qu’il était dans un monde en grand danger. On doit de même être conscient que l’on est dans un monde qui est sous l’emprise de Satan qui veut à tout prix détourner l’humanité au plus loin de Dieu, et que notre courage est de vivre en étant intègre selon la volonté de Dieu et d’être lumière du monde. La persévérance est essentielle dans ce cas. Nous devons être persévérant malgré les flots et les puissances culturelles et politiques qui voudraient nous faire changer d’avis. Alors que nos convictions ne viennent pas de nous, pas du monde comme cela pouvait être le cas pour Churchill, mais elles doivent venir de la Parole de Dieu.

Une autre chose à retenir est sa capacité en tant que leader à anticiper le changement. Il y a aussi sa façon de transmettre le courage. En tant que leader si l’on a vraiment la foi en Christ, une manifestation de la vraie foi et de la sagesse est le courage. Soyons des chrétiens courageux!

Enfin, le rôle de l’écriture. Pour lui, les leaders sont les personnes qui écrivent. Il était orateur et il écrivait et lisait beaucoup. C’est par les lettres et l’éducation qu’il a réussi à forger des convictions et à transcender son peuple et l’armée. Pour nous ce n’est pas par n’importe quelle lettre mais avec la lettre écrite par Dieu, que l’on sait sûre et fiable. On doit nous-même apprendre à développer des pensées et à communiquer, que ce soit à l’écrit ou à l’oral, nos convictions au peuple de Dieu et au monde pour appeler le monde à la paix à laquelle Dieu appelle.

Merci à Victor Hui pour son travail de synthèse.

Pour aller plus loin

Dans cet épisode on a parlé de:

Retrouvez le podcast sur Itunes, Youtube et Stitcher

Memento Mori

Memento Mori, c'est le podcast hebdomadaire de Raphaël Charrier et de Matthieu Giralt, qui parle du présent en prenant la fin comme point de départ.

Articles pouvant vous intéresser

>