Martin Luther et les 5 Solas de la Réforme

Je crois que chaque chrétien devrait comprendre les bases de l'histoire de l'Église. Cela nous aide à nous rappeler que le Saint-Esprit n'a pas inauguré son œuvre dans l'Église au XXe siècle, mais qu'il est à l'œuvre depuis la Pentecôte et que nous avons beaucoup à apprendre des saints qui nous ont précédés. Cet article est donc le premier d'une série d'articles (et d'épisodes de podcast) que nous espérons réaliser sur le thème de l'histoire de l'Église.

Je commence par la branche allemande de la réforme protestante, sous la direction de Martin Luther, car le 31 octobre marque la date à laquelle Luther aurait cloué ses 95 thèses sur la porte de l’église de Wittenberg. 

Les pré-réformateurs

Luther n’a pas été le premier à s’opposer à la papauté. Il a simplement été le premier à s’en sortir vivant!

Dans les années 1300, l’érudit britannique John Wycliffe a été banni par l’Église pour avoir contesté ses enseignements non bibliques et pour avoir cherché à faire passer la Parole de Dieu dans la langue et le cœur des gens. 

Un autre pré-réformateur des années 1300 était le tchèque John Hus. Influencé par les écrits de Wycliffe, il a dénoncé le style de vie décadent du clergé et a enseigné l’autorité de l’Écriture sur tout pape ou évêque. En conséquence, il a été excommunié et brûlé sur le bûcher. Nous nous souvenons de lui pour avoir ouvert la voie à des hommes tels que Luther, qui a déclaré:

J’ai jusqu’à présent enseigné et soutenu toutes les opinions de Hus sans le savoir. Nous sommes tous hussites sans le savoir.

Troisièmement, William Tyndale, un érudit britannique du début des années 1500, a traduit et imprimé la Bible en anglais. Il l’a fait alors que la simple lecture de la Bible en langue vernaculaire était considérée comme une hérésie et une trahison envers la couronne, et était passible de mort. Pour cela, il a été étranglé et brûlé sur le bûcher. 

La conversion de Martin Luther

Tel est le contexte historique dans lequel Luther est né. Il a mis sa vie au service de Dieu après avoir survécu à un orage terrifiant au cours duquel il s’est retrouvé bloqué sur la route. Mais, en tant que moine, il luttait contre un sentiment de culpabilité écrasant à cause de son péché.

Un sentiment d’assurance lui échappait, et nous savons que c’est à juste titre. Car si les œuvres jouent un rôle dans notre salut, nous n’avons aucun moyen de savoir si nous en avons fait assez pour mériter le pardon des péchés et la vie éternelle. En étudiant l’épître aux Romains, Luther s’est particulièrement attaché à Romains 17:

Car la justice de Dieu se révèle dans l’Évangile, de foi en foi, comme il est écrit: Le juste vivra par la foi.

Luther pensait que cette justice de Dieu désignait l’attribut actif ou formel de Dieu par lequel il punit les injustes. Un combat faisait rage en lui, qu’il avouera plus tard:

Ma conscience était agitée, et je ne pouvais pas être assuré que Dieu puisse être apaisé par mes propres moyens. Non seulement je n’aimais pas, mais je détestais le Dieu juste qui punit les pécheurs.

Pourtant, Paul ne parle pas ici de la justice du caractère saint de Dieu en lui-même, mais plutôt de la justice que Dieu donne gratuitement par sa grâce aux personnes qui n’ont pas de justice propre.

Ainsi, Luther a découvert que la justice par laquelle nous sommes sauvés n’est pas la nôtre, générée par nos propres œuvres, mais ce qu’il a appelé « une justice étrangère », une justice qui vient de l’extérieur. Lorsqu’il a découvert cela, Luther a dit: « Je suis né de nouveau du Saint-Esprit. » 

Le contexte historique et religieux de Luther

C’était une période sombre de l’histoire de l’Église. L’Église catholique romaine menait une énorme campagne d’investissement pour financer la construction de la cathédrale Saint-Pierre, pour laquelle le moyen le plus efficace de collecter des fonds était la vente d’indulgences. Il s’agissait de subventions accordées par le pape pour réduire le temps qu’une personne passait au purgatoire. Un frère dominicain et vendeur d’indulgences du nom de Johann Tetzel arriva dans la région de Luther et attira les foules avec ses représentations théâtrales de la souffrance des êtres chers au purgatoire. Il est célèbre pour avoir dit: 

Quand la pièce dans le coffret sonne, l’âme du purgatoire sort.

Luther s’opposa directement à lui, ce qui l’amena à rédiger les 95 thèses, qui étaient des contestations sur les indulgences. Grâce à l’imprimerie de Gutenberg, les écrits de Luther se sont répandus et sa popularité s’est accrue. Luther fut finalement excommunié et dut comparaître devant la Diète de Worms, où on lui dit qu’il devait se rétracter sous peine d’être arrêté et très probablement tué. Il resta cependant sur ses positions, déclarant ce qui suit:

À moins que je ne sois convaincu par le témoignage des Écritures ou par une raison claire (car je ne me fie ni au pape ni aux conciles seuls, puisqu’il est bien connu qu’ils ont souvent erré et se sont contredits), je suis lié par les Écritures que j’ai citées et ma conscience est captive de la Parole de Dieu. Je ne peux et ne veux rien rétracter, car il n’est ni sûr ni juste d’aller contre la conscience. Que Dieu me vienne en aide. Amen.

Le climat politique qui a contribué à la survie de Luther

Le mécontentement grandissait parmi les princes allemands qui souhaitaient davantage d’autonomie par rapport à Rome. L’un d’entre eux, Frédéric III, offrit à Luther une cachette sûre dans le château de la Wartburg. Là, il traduisit le Nouveau Testament du grec en allemand et écrivit beaucoup. Sous la protection de cet homme et d’autres alliés puissants, il rallia des partisans à sa nouvelle foi, ce qui contribua également à sa longévité. 

Un exemple de ses partisans était un groupe de religieuses qu’il aida à s’échapper de leur cloître, un acte punissable de mort. Parmi elles se trouvait Katarina von Bora, que Luther épousera par la suite. Elle lui devint indispensable, lui donna six enfants, géra une maison de près d’une douzaine de domestiques et transforma le monastère qu’ils habitaient en l’équivalent d’un hôtel, d’un dortoir et d’un centre de conférences. Cela permit au réformateur de voyager, enseigner, écrire et prêcher.

Les 5 Solas de la Réforme

Revenons brièvement sur chacun des cinq solas, un par un, afin de mieux les comprendre.

Sola Gratia

En latin, cela signifie: « La grâce seule. » Cette déclaration signifie que Dieu nous sauve du jugement que nous méritons par la grâce. C’est un don non mérité.

Car c’est par la grâce que vous avez été sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu, et non le résultat des œuvres, afin que personne ne puisse se glorifier.

– Ép 2.8

Sola fide

En latin, cela signifie: « La foi seule. » Cette déclaration signifie que nous sommes sauvés par la seule foi en Jésus-Christ. Il a payé la totalité de la peine pour nos péchés et le salut est le résultat de l’imputation par Dieu de sa justice à ceux qui placent leur foi en lui. 

Or, pour celui qui travaille, son salaire n’est pas considéré comme un don, mais comme un dû. Mais à celui qui ne travaille pas, mais qui croit en celui qui justifie les impies, sa foi est considérée comme une justice.

– Rm 4.4-5

Solus Christus

En latin, cela signifie: « Christ seul. » Cette déclaration signifie que Jésus-Christ et aucun autre acteur humain ne peut nous sauver du courroux de Dieu.

Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité et la vie. Personne ne vient au Père que par moi.

– Jn 14.6

Sola Scriptura

En latin, cela signifie: « L’Écriture seule. » Cette déclaration signifie que la Bible est la seule autorité pour les chrétiens en matière de foi, de doctrine et de pratique, car elle est suffisante et sans erreur.

Toute Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger et pour former à la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et équipé pour toute bonne œuvre.

– 2 Tm 3.16-17

Soli Deo Gloria

En latin, cela signifie: « À la gloire de Dieu seul. » Cette déclaration signifie que l’œuvre de salut de Dieu est pour sa gloire et que nous devons vivre pour sa gloire.

Dans son amour, il nous a prédestinés à être adoptés par lui comme fils par Jésus-Christ, selon le dessein de sa volonté, à la louange de sa grâce glorieuse, dont il nous a bénis dans le Bien-aimé.

– Ép 1.5-6

Implications

Ceux qui n’apprennent pas de l’histoire sont condamnés à la répéter.

– George Santayana
  • Luther, Calvin et d’autres réformateurs ont été confrontés à des défis différents de ceux que nous rencontrons aujourd’hui. Mais chaque génération de croyants est attaquée par notre ennemi, le diable. Comment nous équipons-nous, nos enfants, ceux que nous influençons dans nos églises pour tenir bon face à ses attaques? Une seule stratégie fera l’affaire: « Ad fontes. » Il s’agit d’un terme latin qui signifie « aux sources » et qui a été popularisé par les réformateurs pour désigner l’appel qu’ils ont lancé aux croyants pour qu’ils reviennent à la source de toute vraie sagesse, la Parole de Dieu. Je suis convaincue que « Ad fontes » devrait être notre cri de ralliement aujourd’hui aussi. Enseignons les Écritures!

  • Aujourd’hui, nous voyons un autre type de charlatans ambulants qui profitent de la vente du salut: les enseignants de l’évangile de la prospérité. Ils font des promesses telles que « envoyez l’offrande de votre semence et Dieu la multipliera au centuple ». Nous devons contrer l’évangile de la prospérité car il est insidieux et s’attaque au cœur de l’Évangile. Comment? En enseignant à ceux que nous influençons comment bien souffrir. Christ a averti ses disciples de prendre leur croix et de le suivre. Jésus ne voulait pas dire, bien sûr, qu’ils devraient payer leur salut par la souffrance. Il voulait plutôt dire que notre pèlerinage vers la Cité céleste serait marqué par la souffrance. Ne donnons pas à ceux que nous enseignons l’impression que la vie chrétienne est facile, que Jésus est venu pour résoudre tous nos problèmes. Au contraire, remplissons leurs cœurs d’émerveillement devant le don gratuit de la vie éternelle et les gloires de l’éternité avec Christ. 

Découvrez l’épisode de notre podcast, en lien avec cet article:

Pour aller plus loin:

Angie Velasquez Thornton

En équipe avec son mari Daniel, Angie a servi le Seigneur au Sénégal pendant 10 ans, dans la formation des leaders. Installés à Montréal avec leurs 2 filles depuis août 2017, ils servent à l'Église Baptiste Évangélique Emmanuel et dans l'AEBEQ. Angie est titulaire d'un MDiv de Moody Theological Seminary. Depuis mai 2021, elle coanime le podcast Chrétienne, avec Aurélie Bricaud. Elle est également Responsable du ministère féminin de SOLA (TGC Québec).
Découvre également sa chaîne YouTube par ici.

Articles pouvant vous intéresser