La louange: émotion ou connaissance?

« Nous savons, en effet, que si notre habitation terrestre, qui n’est qu’une tente, est détruite, nous avons dans le ciel un édifice qui est l’œuvre de Dieu, une habitation éternelle qui n’est pas faite par la main de l’homme. »

Co 5.1

Nous savons,… nous savons…! La foi chrétienne sollicite notre intelligence. Ne l’oublions surtout pas, sinon nous risquons de la laisser se fossiliser. Au contraire, nous devons continuer à aiguiser notre esprit et continuer à progresser! 

En août dernier, j’étais dans une église en Californie. J’étais chez des amis et j’avais mon dimanche de libre. Je suis allé à l’église locale et j’étais tout excité car, pour une fois, je n’avais rien à faire si ce n’est suivre les directives! J’étais là, assis, à attendre que le culte commence. C’était fascinant, ils avaient de grands écrans avec une énorme horloge au-dessus. Quand je suis arrivé c’était affiché « 5 minutes » et sans surprise, deux secondes après mon arrivée, s’est affiché « 4 minutes, 58 secondes »! Le compte à rebours a donc continué, « 10, 9, 8, 7, 6… ». Et à l’heure pile le groupe de louange a commencé à jouer. Je m’attendais presque à voir David Letterman arriver en personne! (ndt: animateur d’une émission humoristiques aux Etats-Unis). Impossible de deviner ce qui allait bien pouvoir se passer ensuite. Les musiciens ont fini leur morceau et le chef de louange a débuté la louange par un: « Alors,… comment vous vous sentez ce matin? ». 

Ça m’a suffit… Nous aurions pu aussi bien recevoir la bénédiction finale tellement c’était mémorable.

Je me suis dit, mais c’est quoi cette question? Quel lien avec le Nouveau Testament? « Alors,… comment vous vous sentez ce matin? ». Si je te dis ce que je ressens ce matin, surtout au vu des cinq dernières minutes, tu te poserais des questions à savoir si je suis vraiment chrétien. Alors ne me pose surtout pas la question. Demande-moi plutôt ce que je sais… Demande-moi plutôt ce que je sais! 

Ne me demande pas ce que je pense de moi-même. Demande-moi ce que je sais de Dieu, demande-moi ce que je sais de sa Parole. Demande-moi une vérité qui s’applique à mon âme. C’est de cela dont j’ai besoin. Ne me fais pas chanter des chants sur ce que je ressens. Non! Pas de ces chants répétitifs et simplets, chantés en boucle: « Je veux juste te louer, élever mes mains pour te dire que je t’aime, tu es tout ce qui compte pour moi ». À huit heures et demi le dimanche matin, je tiens à peine sur mes deux jambes, je ne peux pas commencer avec ça. Et en plus, tu veux que j’adhère? Je viens de donner un coup de pied à mon chien, d’ailleurs je n’ai même pas de chien. Je me suis disputé pour une place de parking, j’ai renversé mon café, je n’ai pas lu ma Bible, je suis un pauvre type et tu veux que je démarre avec ça, « Alors,… comment vous vous sentez ce matin? »? Je me sens pourri au fond de l’âme, voilà comment je me sens! 

Tu as quoi pour moi? 

La réponse est: « rien, je n’ai rien pour toi ». 

C’est pour ça que nous devons nous placer sous l’autorité des Écritures. De manière à ce que nous connaissions les vérités scripturaires qui nourrissent notre coeur, nos émotions et nous font avancer. 

« Loue le Roi des cieux, mon âme. 

Dispose à ses pieds ton hommage.

Rachetée, guérie, restaurée, pardonnée.

Qui d’autre que toi pourrait chanter ses louanges? »

(ndt: hymne de Henry Francis Lyte: « Praise, my soul, the King of heaven »). 

Oui, là nous avons quelque chose de valable à chanter, parce que cela nous rappelle la stricte vérité. Nous avons été rachetés, nous avons été guéris, nous avons été restaurés, nous avons été pardonnés. Notre regard peut alors se détourner de notre petite personne. Notre regard peut alors se tourner vers Christ. Et c’est cela qui doit nourrir notre louange!


Merci à Christine Davée pour la traduction de cette vidéo, extraite d’un sermon.


Pour aller plus loin:

Alistair Begg

Alistair Begg est pasteur principal à l'église Parkside de Cleveland dans l’Ohio aux États-Unis. Il enseigne la Bible à l’émission Truth For Life, diffusée à la radio ainsi qu’en ligne dans le monde entier. Il est diplômé du Collège de théologie de Londres et a servi dans deux églises en Écosse avant de déménager dans l’Ohio. Il est marié à Susan et ils ont trois enfants adultes.

Articles pouvant vous intéresser

  • Richard dit :

    Bonjour, frère Begg,

    Merci pour votre service auprès du peuple de Dieu. Toutefois, aujourd’hui, j’ai ressenti un peu de perplexité à lire votre article sur « La louange: émotion ou connaissance? »
    Vous dites que vous étiez excité, mais que, lorsque le chef de louange a débuté la louange par un: « Alors… comment vous vous sentez ce matin? », « Ça vous a suffi » et vous vous êtes posé la question: « Quel lien avec le Nouveau Testament? »
    Et là, dans votre coeur, vous avez critiqué le travail du leader avant même le début de la louange.
    Comme ces auditeurs qui ont déjà fermé leur coeur à la prédication d’un pasteur parce que l’introduction du message ne leur semble pas « en lien avec le Nouveau Testament », vous avez été contrarié par les premiers mots du responsable et… c’était déjà réglé et jugé. Ça nous arrive à tous d’arriver à un culte mal préparé avec une mauvaise attitude. Mais d’écrire un article qui laisse croire que c’est une bonne manière d’agir me laisse songeur…
    Votre frère,
    Richard Bertrand
    Châteauguay

  • >