Le culte : en priorité pour les chrétiens ou pour les non chrétiens?

Chaque assemblée s’est déjà posée cette question, je pense, et elle peut même être source de tiraillements. Affermir ceux qui ont la foi ou la présenter à ceux qui ne l’ont pas ? Pour Tullian Tchividjian, la question est juste mal posée.

Comme beaucoup d’autres, je supposais autrefois que l’Evangile était simplement ce que les non chrétiens devaient croire pour être sauvés, et qu’après cela, ils progressaient dans des questions théologiques plus profondes. Mais, comme Tim Keller l’explique, l’Evangile n’est pas simplement l’ABC du christianisme, mais l’alpha et l’oméga. L’Evangile n’est pas seulement ce qui enflamme la vie chrétienne ; c’est le carburant qui fait durer et grandir les chrétiens. Une fois que Dieu a sauvé des pécheurs, son plan n’est  pas de les mener au-delà de l’Evangile mais de les conduire plus profondément dans celui-ci. (Chapitre 17, le culte, dans Don’t call it a comeback).

Chrétiens et non chrétiens ont besoin de l’Evangile,  qui doit donc être au cœur des prédications, chants, prières…

Myriam J.

A fait une licence d'histoire à la Sorbonne. Elle était une contributrice régulière au blog durant plusieurs années.

Articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image