Les multiples expressions du ministère de la Parole selon Calvin

Ministère pastoralPrédication et enseignementRéformeCalvin

Pour Calvin, le ministère de la Parole regroupait plusieurs activités, comme l’explique un spécialiste de la Réforme.

Au cours d’une interview passionnante réalisée dans le cadre du podcast Foreword, animé par des profs de la Trinity International University où j’ai fait une partie de mes études, Scott M. Manetsch, spécialiste de la Réforme, nous fait réfléchir sur ce que nous entendons par « le ministère de la Parole ».

Dans l’épisode en question, ce chercheur, qui s’est intéressé à Calvin et à Théodore de Bèze, commence par planter le décor. Dans ce qui suit, je reprends et j’adapte ses propos.

Contexte ecclésial et pastoral

À l’intérieur des murs de la Genève de Calvin se trouvaient trois Églises urbaines. Autour de la ville, dix à douze petites Églises rurales étaient établies. Une compagnie de seize à dix-huit pasteurs était ainsi formée. Elle se réunissait chaque semaine en rapport avec la charge pastorale des paroisses, notamment pour accomplir les tâches suivantes:

  • L’examen et l’embauche de candidat pastoraux
  • Le maintien des liens avec des Églises situées à l’étranger (notamment en France)
  • Les échanges théologiques autour de questions parfois difficiles à trancher
  • À l’occasion, la réprimande de pasteurs coupables d’enseignements théologiquement erronés ou d’actions pastorales répréhensibles.

Ainsi, un climat de collégialité et d’imputabilité régnait parmi ces pasteurs, qui favorisaient aussi les événements conviviaux (repas en commun).

Les multiples expressions du ministère de la Parole

Dans la vision de Calvin, la prédication jouait un rôle clé. À l’intérieur des murs de la ville seulement, 33 ou 34 prédications étaient proposées chaque semaine. Certains sermons débutaient à 4h30 du matin pour que les représentants de la classe ouvrière puissent en profiter avant que ne commence leur journée de travail.

Néanmoins, le ministère de la Parole imprégnait tous les aspects du travail pastoral.

Quelques exemples:

  • Dans le cadre de l’administration du baptême, la Parole était enseignée.
  • Les enfants étaient formés dans la Parole à travers le catéchisme.
  • Le repas du Seigneur constituait en soi une proclamation de l’Évangile et une représentation « visuelle » de son message.
  • La discipline d’Église découlait de l’application de la Parole de Dieu aux personnes qui refusaient de se repentir de leur comportement coupable.
  • Calvin établit un programme de visites pastorales pour l’ensemble de la ville de Genève, qui comprenait entre douze et dix-huit mille habitants. À partir de 1551, les pasteurs et anciens visitaient chaque maisonnée se trouvant à l’intérieur des murs de la ville, en y enseignant l’Écriture de façon adaptée à chaque famille.

Ainsi, le ministère de la Parole atteignait tous les habitants de la ville, quel que soit leur âge ou leur situation de vie. On peut donc parler d’un ministère pastoral « saturé de l’Évangile » – qui était loin de se limiter à la prédication du haut de la chaire.

Comment remettre le ministère de la Parole – ou, pourrait-on dire, les ministères de la Parole–, au centre de la vie de l’Église aujourd’hui?


« La compagnie pastorale de Calvin: Service pastoral et apparition de l’Église réformée, 1536-1609 (Étude de l’histoire théologique d’Oxford). Scott M. Manetsch. »


Pour aller plus loin:

Dominique Angers

Dominique Angers est professeur de Nouveau Testament et de théologie pratique à la Faculté de Théologie Évangélique à Montréal (Université Acadia). Docteur en théologie de l’Université de Strasbourg, il s’exprime régulièrement sur son podcast vidéo d’enseignement biblique, Parle-moi maintenant. Il est l’auteur du livre La méditation biblique à l’ère du numérique et du Commentaire biblique Parle-moi maintenant par Éphésiens.

Ressources similaires

webinaire

Comment prêcher Christ à partir de l’Ancien Testament?

Ce replay du webinaire Dominique Angers a été enregistré le 20 novembre 2019.

Orateurs

D. Angers