Troubles du comportement alimentaire

Épouse de Sam Laurent, 3 enfants. En Master psychologie du développement de l'enfant. Formatrice en accompagnement biblique.

Dans cet épisode, Raph et Matt répondent aux questions suivantes:

  • Qu’est-ce que sont les TCA?
  • Faut-il une prise en charge médicale, de quel type et quand?
  • Quel accompagnement pastoral offrir à ces personnes? Qui peut le faire?
  • Quelle est la part du péché dans les TCA?
  • Quels sont les motifs d’espoir pour les personnes souffrants de TCA?
  • Vivre Memento Mori peut-il aider pour la victoire?

Ils ont parlé de:

Memento Mori

Memento Mori, c'est le podcast hebdomadaire de Raphaël Charrier et de Matthieu Giralt, qui parle du présent en prenant la fin comme point de départ.

Articles pouvant vous intéresser

  • Laurence dit :

    J’ai écouté avec attention ce podcast sur les TCA, ayant moi-même été anorexique pendant plusieurs années en tant que jeune adulte et maman de plusieurs enfants dont l’ainée a présenté également des troubles alimentaires lors d’un épisode dépressif. Je remarque dans mon entourage proche que de nombreuses personnes ont un rapport très complexe avec la nourriture, qui cristallise souvent un rapport déviant avec soi, avec l’autre, avec les émotions..etc Nourriture objet de maitrise, nourriture réconfort, nourriture remplissage, nourriture purificatrice, nourriture quête de bien-être, nourriture enjeu de pouvoir sur l’autre… Bref, ça peut aller très loin !
    Je trouve courageux et pertinent d’aborder pareil sujet avec une vision biblique et je vous remercie de votre travail et des ressources que vous mettez en lumière.
    Je me permets d’apporter un éclairage sur certaines notions que je ne vous ai pas entendu aborder concernant l’anorexie. Vous avez fait le lien avec l’image « parfaite » du corps, la quête de perfection et de maîtrise et c’est vrai que c’est un aspect du symptôme. mais comme tout symptôme, l’anorexie mentale révèle des souffrances et des problématiques multiples. Dans mon cas, c’était la seule solution que j’avais trouvée à ce moment-là de mon histoire pour être entendue dans ma détresse, pour lutter contre la dépression qui m’envahissait et me donnait l’impression de perdre tout contrôle, tout repère. Il faut savoir que le taux de suicide associé à l’anorexie est le plus important de toutes les maladies psychiatriques. Il ne s’agit donc pas « simplement » d’un désir d’être toujours plus mince mais également d’un processus conduisant à la mort. Il y a chronicisation dans 1/3 des cas environ avec des retentissements physiques, relationnels, sociaux, familiaux… et le processus de guérison, s’il est possible (je peux en témoigner !) est vraiment long et demande un accompagnement patient et en profondeur.
    Je suis totalement d’accord avec vous sur le fait qu’une prise en charge médicale est indispensable mais également qu’elle n’est pas suffisante. L’accompagnement biblique a été pour moi la clé de la véritable guérison, celle que seul notre Dieu peut produire dans un corps et un coeur brisés par le péché et incapables de se régénérer sans l’intervention du Saint Esprit.
    Je suis tellement reconnaissante d’avoir pu expérimenter cette totale restauration et de pouvoir témoigner autour de moi que cela est possible, vraiment, complètement, et pour la gloire de Dieu !

  • Delphine dit :

    Vraiment très intéressant, ça permet de voir les troubles alimentaires et notamment l’hyperphagie sous l’aspect biblique. Merci beaucoup

  • Evelyne dit :

    Bonjour,
    Je suis bien contente d’avoir entendu tout ce qui a été dit. Ce sujet est très important à connaître. En effet, en France, jusqu’à présent, le problème des TCA ne nous touchait pas, mais il y a de + en + d’obésité, notamment (et je suis bien contente d’avoir entendu dire que la gloutonnerie, entre autres, est un péché. J’ai pu travailler dans un service qui prend en charge les très gros poids et les très petits, et bien sûr, la partie spirituelle et de responsabilité personnelle n’est pas du tout évoquée, voire elle est occultée. Même s’il y a une prise en charge psychiatrique et/ou psychologique, je ne pense pas que la responsabilité personnelle soit mise en avant et encouragée (enfin, je ne sais pas, je n’entends pas ce qui se passe dans les cabinets médicaux).
    J’ai une empathie pour les anorexiques car j’ai remarqué, très souvent, une profonde détresse. Si la prise en charge médicale est vraiment bien faite, ainsi que des aides multiples, il y a bien sûr cette dimension spirituelle qui n’est jamais prise en compte (du moins, cela n’est jamais dit…).
    Très intéressant, donc ! Merci

  • >