3 témoins insolites de la résurrection (Marc 15.42-16.8)

Le poids d’un argument dépend fortement de ceux qui présentent les preuves. Suite à la résurrection de son Fils, Dieu appelle à la barre trois témoins oculaires improbables pour témoigner de la mort, l'ensevelissement et la résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ. Ainsi, non seulement il valorise ces collaboratrices loyales et bien-aimées, mais il rend également l’Évangile plus crédible. En effet, aucun biographe n’aurait choisi trois témoins aussi peu considérés si ce récit n’était pas vrai.

La victime parfaite du mouvement des droits civiques aux États-Unis

Au cours du mouvement des droits civiques aux États-Unis, les dirigeants américains ont mis en scène des cas de « victime parfaite » afin de rendre la souffrance indéniable aux yeux de ceux qui étaient enclins à ignorer la souffrance des Noirs, à les criminaliser et à les diffamer. Rosa Parks n’a pas été la première femme noire à refuser de céder sa place dans un bus du Sud. Cependant, elle a été choisie avec soin parce que d’autres victimes auraient été trop facilement accusées de mériter le traitement qu’elles ont reçu.

De même, lorsqu’un avocat cherche à gagner un procès, il n’appelle à la barre que les témoins les plus crédibles. Sinon, la légitimité de sa plaidoirie pourrait être mise en doute devant le juge et le jury. 

Les témoins sous la loi rabbinique

Selon la loi rabbinique juive en vigueur à l’époque de Jésus, le témoignage d’une femme n’était pas admissible devant un tribunal. Et ce, parce que les femmes, croyait-on, étaient par nature crédules, naïves, voire hystériques. Si Marc et les autres évangélistes avaient voulu changer leurs récits pour les rendre plus crédibles, ils l’auraient fait, et ce, afin de gagner le plus grand nombre possible. Mais ils ne l’ont pas fait. Car, dans sa souveraineté, Jésus a choisi Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques le mineur et de Joses, et Salomé pour témoigner en premier de sa résurrection. Considérons la conclusion inhabituelle de l’Évangile selon Marc pour en apprendre plus.

3 femmes attachées à leur Maître

Marc 15.40-41 nous dit trois choses importantes à leur sujet:

1.     Elles regardent de loin: tandis que les hommes de l’entourage de Jésus, à l’exception de Jean et de Pierre, disparaissent lors de son procès et sa crucifixion, ces femmes suivent leur maître à tout prix. Si nous ne pouvons pas dire avec certitude qui sont les autres femmes présentes, nous savons que les trois n’étaient pas seules, puisque le v. 41 parle de « plusieurs autres ».

2.     Elles le suivaient et le servaient lorsqu’il était en Galilée: Luc 8.2-3 parle de plusieurs femmes qui voyageaient avec Jésus et ses disciples. Parmi elles se trouvaient Marie de Magdala, Jeanne, femme de Chuza, intendant d’Hérode, et Susanne, qui toutes trois subvenaient aux besoins de ces hommes par leurs biens. Tout porte à croire que Jésus dirigeait une école de disciples mobile et accessible aux femmes. Et ce ministère de formation aurait été financé en partie par des femmes fortunées!

3.     Elles étaient montées avec lui à Jérusalem: dans mon dernier article, j’ai parlé de la foule d’admirateurs qui chante les louanges de Jésus durant son entrée triomphale et du fait que certains pèlerins galiléens étaient venus avec Jésus pour célébrer la Pâques. Ces deux versets confirment cela.

Qu’est-ce que les Évangiles nous disent d’autre au sujet de ces trois femmes?

Marie de Magdala: Luc 8.2 dit que Jésus l’a délivrée de sept démons. Imaginez la profondeur de sa reconnaissance et de son affection pour Jésus! Bien que les quatre récits de la résurrection varient d’un Évangile à l’autre, Marie-Madeleine occupe une place importante dans chacun d’eux (Mt 28.1, Mc 16.1, Lc 24.10, Jn 20.1).

Marie, mère de Jacques le mineur et de Joses: Ses fils doivent faire partie du groupe élargi des disciples de Jésus, et ils doivent être assez connus puisque leur mention sert à identifier leur mère. 

Salomé: Femme de Zébédée et mère de Jacques et Jean (Mt 27.56), c’est elle qui s’approcha de Jésus et demanda à ce que ses deux fils soient à la droite et à la gauche de Jésus dans son royaume (Mt 20.20-21). Même si dans ce récit elle fait erreur en cherchant le prestige pour ses fils, il est évident qu’elle est assez proche de Jésus pour que les deux apôtres pensent qu’une requête venant de leur mère sera exaucée!

Nous voyons donc que ces trois femmes sont des disciples fidèles, courageuses, et proches du Seigneur. Nous tenons pour acquise leur présence aux côtés des disciples masculins, mais Jésus faisait vraiment quelque chose de révolutionnaire en accordant une place aux femmes parmi ses compagnons..

La sépulture de Jésus 

Ces femmes restent avec Jésus jusqu’à la fin, et elles assistent non seulement à sa mort sur la croix, mais aussi à son ensevelissement. Marc 15.42-46 nous apprend que Joseph d’Arimathée descend le corps de Jésus de la croix, le dépose dans un sépulcre et roule une pierre à son entrée. Il s’agit là, bien sûr, d’un élément-clé dont elles témoigneront par la suite, car le v. 47 dit, « Marie de Magdala, et Marie, mère de Joses, regardaient où on le mettait. »

Pourquoi veulent-elles savoir où l’on met Jésus? Parce qu’il meurt le vendredi soir. Comme c’est la veille du sabbat, Jésus n’a pas pu être embaumé selon les traditions juives (Mc 16.1). Le dimanche, à l’aube, elles se présentent à la grotte pour remédier à cela (v. 2). 

Un ange annonce la résurrection

Elles entrent dans le sépulcre, voient un ange vêtu d’une robe blanche, et sont épouvantées (v. 5). Cet ange annonce aux trois femmes la bonne nouvelle de la résurrection, puis leur montre le lieu où le corps de Jésus avait été déposé. Mais il n’est plus là! Quelle surprise pour ces femmes! Car même si elles avaient entendu les prophéties de Jésus quant à sa mort et sa résurrection, elles n’avaient guère compris cela, contrairement aux apôtres. 

L’épouvante des femmes

En réponse à l’annonce de l’ange, Marie, Marie et Salomé s’enfuient en courant tant elles sont épouvantées (v.8). Elles viennent de rencontrer un être céleste qui leur a annoncé une nouvelle incroyable qui les effraie et les trouble! Elles sont si effrayées qu’au début, elles restent bouche bée. 

Ainsi s’achève l’Évangile selon Marc. 

Une fin qui semble irrésolue

La grande majorité des spécialistes estiment que Marc 16.9-20 a été ajouté à une date ultérieure, à cause de la nature abrupte de la conclusion de cet Évangile. Discuter des questions textuelles dépasse le cadre de cet article, mais nos amis de LBC et E21 traitent bien de cette question.

Il est probable que l’Église naissante ait su que la crainte de ces chères femmes fut de courte durée, car les trois autres Évangiles offrent un récit plus détaillé de la résurrection de Jésus. Mais Marc avait un objectif bien précis en terminant son Évangile de cette façon. Il nous laisse lutter avec la question suivante: « Que ferons-nous de ce message époustouflant? Allons-nous fuir comme ces disciples ou allons-nous témoigner du Messie crucifié et ressuscité? » 

Ce passage nous invite également, comme disciples de Jésus-Christ, à suivre et à servir le maître sans crainte, en nous rappelant que l’amour que notre Seigneur a montré à ces trois précieuses femmes nous est aussi destiné..

Et finalement, il invite nos frères à valoriser la contribution de leurs sœurs. Si notre Seigneur a choisi des femmes comme compagnes de voyage, partenaires financières, et premières témoins de sa résurrection, comment pourrait-il vous appeler à collaborer avec les femmes comme il l’a fait?

[Pour aller plus loin, découvrez mon étude biblique ici.]


3 articles qui pourraient vous intéresser


Angie Thornton

En équipe avec son mari Daniel, Angie a servi le Seigneur au Sénégal pendant 10 ans, dans la formation des leaders. Installés à Montréal avec leurs 2 filles depuis août 2017, ils servent à l'Église Baptiste Évangélique Emmanuel et dans l'AEBEQ. Angie est titulaire d'un MDiv de Moody Theological Seminary.
Depuis mai 2021, elle coanime le podcast Chrétienne, avec Aurélie Bricaud.
Découvre également sa chaîne YouTube par ici.

Articles pouvant vous intéresser

>