“Derrière nos écrans de fumée” (Netflix), ou le côté obscur des réseaux sociaux.

C’est le documentaire Netflix du moment. La puissance de leurs algorithmes permet aux médias sociaux de collecter nos données personnelles. Elles formatent les contenus auxquels nous sommes confrontés afin de mieux capter notre attention et notre temps et in fine nous manipuler. Bref, au cas où vous en douteriez encore, la technologie n’est pas neutre. Dans cet épisode, Raph et Matt analysent ce documentaire et réfléchissent aux biais spirituels qui nous rendent esclaves de Facebook, Instagram et autres réseaux sociaux. Ils nous proposent également quelques pistes pratiques pour nous délivrer de leur emprise.

Dans cet épisode, Raph et Matt répondent aux questions suivantes:

  • Quel est le pitch du documentaire?
  • Pourquoi faut-il le voir?
  • Quels objectifs des médias sociaux sont révélés dans le documentaire?
  • Quels sont, selon toi, le(s) plus grand danger des RS?
  • Quelles sont les limites du documentaire?
  • Ces technologies ne sont pas neutres. Elles veulent augmenter notre temps de consommation, obtenir plus d’argent et/ou d’informations personnelles, orienter nos choix, etc. 
    • Quels sont les biais spirituels qu’elles exploitent? 
    • Comment devrions nous nous comporter vis-à-vis d’elles?
  • Comment faire pour sortir du cercle vicieux de consommation?
  • Pourquoi vivre Memento Mori peut rendre plus sage et libre?

Ils ont parlé de:

Memento Mori

Memento Mori, c'est le podcast hebdomadaire de Raphaël Charrier et de Matthieu Giralt, qui parle du présent en prenant la fin comme point de départ.

Articles pouvant vous intéresser

  • Pepscafe dit :

    Bonjour Raphaël et Matthieu,

    Merci pour cette émission.
    Effectivement, contrairement à l’outil dont l’usage dépendait de la conscience que l’homme en avait (je peux utiliser un couteau pour peler une pomme ou tuer mon voisin…), la technique n’est pas neutre. Ni même bonne ou mauvaise. Elle est ambivalente, soit que toute innovation technique produit « en même temps », et de façon indissociable, des effets positifs/des avantages et des effets délétères/des inconvénients. Par conséquent, nous ne pouvons conserver les premiers sans subir les seconds. Ainsi, par d’internet sans addictions.
    Les problèmes de la Technique ne seront résolus que par de nouvelles techniques qui engendreront à leur tour des avantages et des inconvénients, qui créeront donc de l’ambivalence. Vous avez certainement déjà lu Ellul, qui a beaucoup réfléchit et écrit sur cette question.
    Et pour ledit Ellul, il ne s’agit nullement de revenir en arrière, mais de mesurer les coûts…

    Fraternellement,
    Pep’s

  • Grég dit :

    Merci pour ce décryptage et cette analyse très intéressant.e. Malheureusement une des limites que je verrais à suggérer de se couper des réseaux sociaux, est que cela ne répond pas à la problématique de la jeunesse. Cela semble impossible d’imposer cela à nos jeunes. Au mieux retarder l’acquisition (14 ans pour notre aîné), limiter le temps en imposant des déconnexions, éveiller le discernement et prier. Mais franchement c’est chaud …

  • >