Seuls ensemble: interview de Jean Schott (Majestart)

Créer des ponts en temps de crise

1. Salut Jean Schott, tu es président de Majestart, un collectif d’artistes chrétiens, et vous lancez actuellement une campagne de sensibilisation au sujet de la souffrance de la solitude. Pourquoi avez vous choisi ce sujet? 

Nous sommes en train de traverser une crise sanitaire, économique mais aussi sociale. Avant que vienne cette crise, les chiffres concernant l’isolement social étaient déjà très élevés: 1 personne sur 10 souffrait déjà de solitude. Il y a bien sûr nos aînés, mais aussi de plus en plus de jeunes. 

Nous trouvons que le sujet de la solitude est peu abordé dans nos débats de société. C’est un sujet qui nous fait un peu honte, on n’aime pas trop en parler, et puis on se dit qu’on a nos écrans pour pallier à ce problème. Mais c’est vraiment un problème de santé publique et ça cause un vrai mal-être dans notre pays. 

D’une manière plus générale, les études montrent qu’il y a aussi une forme de solitude causée par le communautarisme. On ne se mélange plus et on a du mal à vivre avec des personnes différentes de nous. Bref, nous perdons cette valeur chère à notre république qui est la fraternité. 

2. Pourquoi penses-tu que c’est un sujet que l’Église doit porter? 

L’Église est appelée à refléter le Dieu relationnel qui a un projet de paix pour tous les êtres humains. Et ce projet est pour tous les êtres humains: les musulmans, les chrétiens, les athées, les riches, les pauvres… Jésus-Christ est venu créer un pont entre nous et Dieu, et ce pont peut nous aider à créer d’autres ponts entre nous et l’autre. Dieu est l’instigateur de l’amour gratuit, l’amour qui se donne pour le bien de l’autre. Si nous avons fait la paix avec Dieu, il nous invite à montrer de l’amour gratuitement, et notamment vers ceux qui n’en reçoivent plus. 

Nous rêvons que chaque chrétien puisse, dans cette période trouble, oser construire une relation avec ses voisins, que nous puissions être des artisans de paix et montrer de l’amour aux personnes qui sont seules ou à l’écart. Nous savons que ce n’est pas facile; on a peur d’aller vers l’autre, de peur d’attraper le virus. Mais il existe plein de moyens pour tout de même prendre soin les uns des autres, et c’est ce que nous voulons mettre en avant dans cette campagne. 

3. Explique-nous le concept des campagnes Majestart. Quelle était la dernière campagne?

Nos campagnes sont des projets pluridisciplinaires qui souhaitent sensibiliser le monde à des causes liées à la dignité humaine, à la solidarité ou à l’espérance. Nous essayons le plus possible de travailler en équipe avec des travailleurs sociaux, des théologiens, des philosophes, des psychologues mais aussi des artistes. L’art a cette faculté d’être attractif, l’art nous fait prendre du recul sur le monde; il nous permet de contempler, de s’émerveiller et de voir l’invisible. 

En plus de “sensibiliser”, nous voulons donner des pistes concrètes pour “agir”, avec des formations pratiques et des outils de terrain. La dernière campagne que nous avons faite était sur le thème du pardon et elle s’appelait: “à ceux qui nous ont offensés” ! Cette campagne a eu beaucoup de succès. L’emphase pratique a été de réaliser une formation vidéo au pardon mais aussi une plateforme de témoignage. 

Vous pouvez voir la campagne sur ce site: www.jepardonne.com

4. Que doit-on s’attendre à retrouver dans la campagne sur la solitude? De quoi sera-t-elle composée?

Cette campagne va s’appeler “Seuls Ensemble”. Nous allons lancer un site avec des podcasts pour parler de la souffrance de la solitude et pour donner des clés pour s’en sortir. Nous allons aussi réaliser une exposition artistique itinérante et parler de ce phénomène sur les réseaux sociaux (abonnez-vous déjà à notre Facebook et Insta). Et il y aura un projet participatif concret: le lancement d’un kit pour faire un apéro des voisins (un lancement sera fait quand les restrictions Covid le permettront). Il y a aura d’autres initiatives à venir. Nous sommes aussi ouverts à de nouvelles collaborations et des projets en lien avec le thème, donc n’hésitez pas à nous écrire

5. Comment les lecteurs de TPSG peuvent vous aider?

Eh bien nous recherchons en premier des fonds pour financer le projet. Nous sommes tous bénévoles mais les frais engagés seront assez conséquents. C’est pour cela que nous lançons un financement participatif. Chaque don est important: Merci à tous ceux qui nous ont déjà aidés. Il ne reste plus que quelques jours pour atteindre notre objectif. Merci de nous aider à diffuser le projet! Chaque petit don compte!! Par ici, le lien du crowdfunding.

6. Comment peut-on suivre l’avancée de la campagne?

Eh bien vous pouvez vous abonner à la newsletter de la campagne. Nous sortirons la campagne en 2021 mais nous ne pouvons pas donner de dates précises avec le contexte actuel. En tout cas, on a hâte de lancer le projet et on est grave contents d’avoir TPSG comme partenaire. Merci l’équipe!

Jean Schott

Matthieu Giralt

Disciple de Jésus-Christ, Matthieu est marié à Alexandra. Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux et de l’Institut Biblique de Genève. Pasteur dans une Église à Étupes. Étudiant à la Faculté de Théologie Jean Calvin. Il fait aussi partie de Majestart. Ses sujets favoris? La #culture, l’#art, la #mission, et parler de Jésus!
Il est co-fondateur (avec Stéphane Kapitaniuk) et directeur du site ToutPourSaGloire.com.

https://matthieugiralt.toutpoursagloire.com/

Articles pouvant vous intéresser

>