La résurrection de Christ (Symbole des Apôtres 6/13)

La résurrection de notre Seigneur est une doctrine sur laquelle notre foi repose ou tombe. C'est donc à juste titre que le Credo lui accorde une place fondamentale. Les Écritures ont beaucoup à dire sur le sujet, et un passage central de la discussion se trouve dans 1 Corinthiens 15. Les versets 3-4 ressemblent beaucoup au vocabulaire du Credo.

Je vous ai enseigné avant tout, comme je l’avais aussi reçu, que le Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures; il a été enseveli, et il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures.

Les Écritures témoignent dans ces versets, et tout au long de la prédication apostolique, que la croix et la résurrection sont des éléments inséparables et essentiels de l’œuvre rédemptrice de Christ. Cependant, nous avons tendance à faire beaucoup plus cas de Noël que de Pâques, de la naissance de Jésus plutôt que de sa mort et de sa résurrection. Et pourtant, beaucoup plus de gens croient en la naissance de Jésus qu’en sa résurrection corporelle. Même les musulmans affirment la naissance virginale! Mais ce qui suit son entrée surnaturelle dans le monde est ce qui importe le plus à notre foi!

La résurrection du Messie annoncée

La résurrection de Christ a accompli les Écritures dans certains passages clés de l’AT:

  1. Psaumes 16.10 – « Car tu ne livreras pas mon âme au séjour des morts, tu ne permettras pas que ton bien-aimé voie la corruption. » Pierre cite ce verset le jour de la Pentecôte et témoigne que David ne peut pas parler de lui-même dans ce psaume qu’il a écrit, car sa tombe « est parmi eux jusqu’à ce jour ». Il parle plutôt du Fils de David à venir, qui ne restera pas dans la tombe.
  2. En Ésaïe 52.13-53.10a, le prophète annonce le serviteur souffrant qui s’offrira en sacrifice pour le péché. Mais au v. 10b, il ajoute: « Il verra une postérité et prolongera ses jours; et l’œuvre de l’Eternel prospérera entre ses mains. » Le seul moyen pour le Messie promis de voir sa postérité est qu’il ressuscite après sa mort honteuse pour son peuple.

Jésus lui-même a prophétisé sa résurrection à plusieurs reprises également:

  1. Jésus l’a dit en termes directs et clairs, comme dans Marc 8.31 – « Alors il commença à leur apprendre qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, par les principaux sacrificateurs et par les scribes, qu’il soit mis à mort, et qu’il ressuscite trois jours après. »
  2. Il a également prédit sa résurrection dans un langage figuratif. 
    • Jésus a fait référence au temple de son corps, qu’il détruirait et rebâtirait en trois jours, comme dans Jean 2.19 – « Jésus leur répondit: Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai. »
    • Jésus a parlé d’être dans le ventre de la terre pendant trois jours, comme Jonas l’avait été dans le ventre du grand poisson en Matthieu 12.39 et Matthieu 16.4.

La nature unique de la résurrection Christ

  1. La résurrection de Christ était unique parce qu’il s’est relevé du tombeau pour ne plus jamais mourir. Toutes les autres personnes ressuscitées dans les Écritures ont fini par mourir une seconde fois et leurs corps se sont corrompu, car ils n’étaient pas encore glorifiés comme le corps de Jésus-Christ. Un théologien l’a exprimé de la manière suivante: 
    « Reconnaître le changement en Jésus nous aide à voir que, si sa résurrection était en grande partie son retour à la vie après sa mort sur la croix, il ne s’agissait pas pour lui de retourner à son ancienne vie mortelle. Il s’agit plutôt de son entrée dans la vie nouvelle et éternelle, où la première création physique est non seulement approuvée par Dieu, mais aussi amenée à son but plus glorieux (ou telos). »
  2. Deuxièmement, parce que par sa résurrection, Jésus a vaincu le tombeau. La résurrection de Christ a été une œuvre trinitaire unique, car les Écritures attestent que le Père a ressuscité Jésus d’entre les morts (Ga 1.1), que l’Esprit a ressuscité Jésus d’entre les morts (1 Pi 3.18), et que Jésus s’est ressuscité lui-même d’entre les morts (Jn 2.19, 10.18). 
  3. Troisièmement, parce que sa résurrection était la preuve que son sacrifice expiatoire sur la croix avait été accepté par le Père. Lorsqu’il s’est écrié sur la croix: « Tout est accompli », ce n’était pas un faible souhait, mais une déclaration de victoire.
  4. Et enfin, parce que dans 1 Corinthiens 15.20, l’Écriture appelle notre Seigneur ressuscité les prémices d’une récolte abondante qui viendra à la fin de l’âge, lorsque tous ceux qui appartiennent à Christ seront ressuscités des morts lors de son avènement.

Et si Christ n’était pas ressuscité?

Nous devons également considérer les implications si Christ n’est pas ressuscité. Une fois encore, nous nous référons à 1 Corinthiens 15, cette fois-ci aux versets 12-18. Dans ces versets, Paul affirme que si Christ n’est pas ressuscité:

  1. Notre foi est vaine.
  2. Nous sommes encore morts dans nos péchés.
  3. Ceux qui sont morts dans la foi sont perdus.
  4. De tous les hommes, nous sommes les plus malheureux.

Et pourquoi? Parce que si nous avons mis nos espoirs dans un Messie mort, alors nous avons gâché nos vies. Les théologiens libéraux, qui nient la résurrection, n’offrent aucun espoir. Ils vident l’Évangile de sa puissance et laissent leurs disciples sans espérance. Car Jésus n’est pas venu avant tout pour être un grand maître, ni pour mener une vie exemplaire d’amour désintéressé. Oui, il a fait ces choses, mais il était bien plus que cela. Jésus est né pour mourir. Il est venu dans le monde pour subir le châtiment que nous méritions. Et sa résurrection est primordiale pour notre foi. Si on la rejette, on rejette Christ.

Menteur, fou ou Seigneur?

C.S. Lewis a popularisé l’argument selon lequel, en ce qui concerne l’identité de Jésus-Christ, il était soit un menteur, soit un fou, soit Seigneur. 

  • Menteur: il savait qu’il n’était pas Dieu en chair et en os, mais il a cherché à convaincre ses disciples au fil du temps qu’il l’était.
  • Fou: il était convaincu d’être Dieu en chair et en os, mais il ne l’était pas. Quel genre de personne croit qu’elle est Dieu alors qu’elle ne l’est pas? Seulement un fou!
  • Seigneur: il se croyait Dieu dans la chair parce qu’il l’était!

Et pourtant, les enseignements et la vie de Jésus partagent-ils les caractéristiques de ceux d’un menteur pathologique? Ou d’un fou? Bien sûr que non! Il aurait été impensable pour un Juif du premier siècle de prétendre à la divinité. Le monothéisme strict du judaïsme du Second Temple rendait une telle notion impensable. Et Jésus n’a pas seulement fait de telles affirmations, il a également affirmé qu’il ressusciterait d’entre les morts pour prouver qu’il avait raison de les faire. Et les chefs religieux l’ont tué pour cela!

Les apparitions de Christ après la résurrection

Je n’ai pas le temps d’examiner tous les arguments en faveur de la résurrection, mais je vous recommande un épisode récent de “Que dit la Bible”, dans lequel notre ami Guillaume Bourin aborde longuement la question.
Je voudrais, quand même, considérer quelques points importants. Tant les apôtres que le groupe élargi des disciples ont vu Jésus en chair et en os. En fait, dans 1 Corinthiens 15.3-8, Paul donne une liste détaillée de ceux qui ont vu Jésus après sa résurrection, qui comprend plus de 500 personnes. Ces hommes et ces femmes l’ont non seulement vu, mais ils ont également annoncé le Seigneur ressuscité, au péril de leur vie. En fait, beaucoup d’entre eux ont versé leur propre sang pour proclamer cette vérité. 
La logique de C.S. Lewis pourrait s’appliquer à eux aussi:

  • Étaient-ils des menteurs? Ont-ils volé et caché le corps et réalisé la plus grande tromperie que le monde n’ait jamais connue?
  • Étaient-ils fous? Ont-ils vécu une sorte d’hallucination collective? Cette option est tout simplement impossible. Les psychologues cliniques peuvent attester du fait que les hallucinations sont par définition quelque chose que seul un individu à la fois peut expérimenter.
  • Étaient-ils en train de témoigner du Seigneur ressuscité? Cela semble être la déduction logique la plus forte. Ces chers frères et sœurs avaient vu Jésus, l’avaient entendu prononcer le Grand Mandat, et étaient prêts à donner leur vie en obéissant à ce commandement.

La résurrection de Christ et l’union du croyant avec lui

Romains 6.5 dit:

Si nous avons été unis à lui par une mort semblable à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection semblable à la sienne.

Et ceci est vrai à chaque étape du salut:

  1. Notre union avec Christ dans sa résurrection assure notre justification, c’est-à-dire qu’il nous déclare justes devant Dieu. Romains 4.24b-25 dit:
    …Jésus notre Seigneur, qui a été livré pour nos offenses, et est ressuscité pour notre justification. »
  2. Notre union avec Christ dans sa résurrection assure notre sanctification, c’est-à-dire qu’il nous rend progressivement saints. Romains 6.4 dit: « Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. »
  3. Et notre union avec Christ dans sa résurrection assure notre glorification, c’est-à-dire que nous serons rendus semblables à lui lorsque nous le verrons. 1 Thessaloniciens 4.14 dit: « Car, si nous croyons que Jésus est mort et qu’il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont décédés. » Et Romains 8.30 dit: « Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés. »

Implications

  1. Parce que Christ est ressuscité, nous pouvons avoir l’assurance du salut. Si vous craignez de perdre votre salut, soyez assuré que la mort et la résurrection de Christ et votre union avec lui forment un lien indissoluble. Rien ne peut vous séparer de son amour (Ro 8.38-39, Jn 10.28).
  2. Parce que Christ est ressuscité, nous pouvons être sûrs que nous ressusciterons avec lui. Par conséquent, nous pouvons affronter la mort sans crainte. Certains d’entre nous peuvent craindre la douleur associée à une mort longue et prolongée due à une maladie débilitante. Mais nous n’avons aucune crainte de ce qui nous attend au-delà de la tombe. 1 Corinthiens 2.9 dit: « Ce que l’œil n’a point vu, ce que l’oreille n’a point entendu, et ce qui n’est point monté au cœur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment. »
  3. De même, parce que Christ est ressuscité, nous ne nous attristons pas comme ceux qui n’ont pas d’espérance (1 Th 4.13-14). Lorsque nous nous tenons près de la tombe d’un être cher qui est mort dans le Seigneur, nous pouvons trouver un réconfort dans le fait que notre séparation est temporaire. 
  4. Parce que Christ est ressuscité, nous avons la puissance de sa résurrection, comme il est écrit dans Philippiens 3.10. Et qu’est-ce que la puissance de résurrection? Un de mes professeurs l’a défini ainsi: « La victoire au milieu d’une défaite apparente ». Lorsque nous traversons des épreuves, nous pouvons être assurés que nous ne souffrons pas en vain. Il y a un but à notre douleur. Dieu ne nous a peut-être pas promis une vie exempte d’épreuves, mais il nous a promis la victoire finale (1 Co. 15.54-57).
  5. Parce que Christ est ressuscité, nous pouvons avoir du courage dans l’évangélisation. Jésus a promis dans Matthieu 16.18: « Je bâtirai mon Église, et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. » Nous savons que cela est vrai parce que les portes de l’enfer n’ont pas prévalu sur Christ, car il a vaincu la mort et l’enfer à la résurrection.

Pour aller plus loin:


Angie Thornton

En équipe avec son mari Daniel, Angie a servi le Seigneur au Sénégal pendant 10 ans, dans la formation des leaders. Installés à Montréal avec leurs 2 filles depuis août 2017, ils servent à l'Église Baptiste Évangélique Emmanuel et dans l'AEBEQ. Angie est titulaire d'un MDiv de Moody Theological Seminary.
Depuis mai 2021, elle coanime le podcast Chrétienne, avec Aurélie Bricaud.
Découvre également sa chaîne YouTube par ici.

Articles pouvant vous intéresser

>