Réflexions d’une vie dans le ministère

Une des joies que procure le service à l’Eglise Alliance du Christ (NDT : Christ Covenant en anglais), c’est le travail aux côtés de Bernie Lawrence, notre pasteur principal associé. Bernie a servi de diverses manières à l’Eglise bien avant ma naissance (comme j’aime le lui rappeler!) et depuis 30 ans en tant que membre du personnel actif de l’église. Bernie va prendre sa retraite au printemps prochain. Récemment, il a partagé avec nos pasteurs stagiaires quelques pensées et réflexions concernant la vie dans le ministère. Elles sont pleines de sagesse et de bon sens biblique.

  1. Ayez une vision pour votre vie et votre ministère sur laquelle vous pourrez revenir régulièrement (Actes 13.36, 2 Cor 12.15, 2 Cor 11.3).
  2. Soyez déterminé à vous imprégner des écritures (Ps 19.119). Mémorisez-les et méditez-les régulièrement.
  1. Faites de la prière une pièce maîtresse de votre vie et de votre ministère (Ps 116.1-2). Je me considère toujours comme un novice dans ce domaine.
  1. Ne rendez pas l’Evangile trop complexe, bien qu’il soit à un certain niveau incompréhensible (2 Cor 11.3). Pensez plutôt à ‘ »votre attachement sincère et pur à Christ’ », ça fera du bien à votre âme.
  1. Consacrez-vous à servir les membres du troupeau. (2 Cor 12.15, 1 Thess 2.8). Connaissez-les. Aimez-les. Riez avec eux. Pleurez avec eux. Soyez présents lors des moments graves comme les séjours à l’hôpital, face à la mort et autres difficultés. 
  1. Faites de la sainteté et de la bataille intérieure contre le péché une priorité (1 Pierre 1.15-16, 1 Jean 3.1-3, 1 Tim 1.5, Tite 1.15). Lisez le livre « Mortification du péché » de John Owen, notez bien ceci « Tuez le péché avant qu’il ne vous tue ». 
  1. Etant donné ce que nous enseigne la Bible concernant le péché et la tentation qui nous habitent, soyez toujours redevable (Heb 3.12-13). Faites tout pour l’être. Souvenez-vous de Jérémie 17.9, Galates 5.17 et Romains 7. Vous aurez toujours besoin de l’Evangile. Le ministère est rempli d’anciens pasteurs qui n’étaient pas redevables.
  1. Repentez-vous du péché comme vous respirez (Es 57.15).
     Soyez connu par votre femme et vos enfants comme étant un homme accessible, qui peut être enseigné, qui est disposé à écouter et être repris. Posez régulièrement ces quatre questions à votre femme et à vos enfants: En quoi t’ai-je encouragé? En quoi t’ai-je déçu? Comment puis-je disposer de mon temps différemment? Comment puis-je t’aider à réussir?
    Donnez la permission à vos enfants de vous reprendre avec respect lorsqu’ils pensent que vous êtes dans l’exagération.
  1. Soyez connu comme quelqu’un qui écoute (Jacques 1.19-20). 
    Ma femme me dit que j’ai une pancarte sur mon dos où il est écrit « Vous pouvez me parler. J’écouterai. »
  1. Lors des réunions pastorales posez des questions ouvertes (Marc 7.21-23). Faites le lien entre les attitudes et le cœur. Le fait de partager de façon appropriée vos propres manquements vous rendra plus crédible. Pour le meilleur ou pour le pire, la famille d’origine exerce un fort pouvoir dans la vie d’un adulte et même sur celle d’un chrétien. Tout change mais pas le cœur humain. Ainsi l’Évangile est toujours la réponse adaptée.
  1. Développez de la compassion et de la patience envers ceux qui sont pris dans le péché et les dépendances. (Gal 6.1).
  1. Faites preuve de grâce envers vos collègues.
    Soyez jovial. Intéressez-vous à eux. Même chose avec vos anciens et vos diacres. Apprenez à les connaître ainsi que leur famille. Passez du temps avec eux.
  1. Soutenez vos collègues.
    Attention à la compétition et aux potins entre collègues! 
  1. Nourrissez et chérissez votre femme (Ephésiens 5). 
    Courtisez-la régulièrement. Soyez curieux à son sujet. Étudiez-la. C’est la meilleure chose que vous puissiez faire pour vos enfants. Mon expérience des mariages en difficulté, où la femme n’a pas été nourrie et chérie, montre un péché typique d’omission de la part des maris. Le taux de divorce augmente pour les parents dont les enfants ont quitté la maison. 
  1. Ne négligez pas le temps passé avec votre famille en pensant que ce qui compte c’est la qualité. Vos enfants ne le verront pas de cette façon.
  1. On ne s’arrête pas d’être parent. 
    C’est le titre d’un livre, mais c’est bien vrai. Lorsque que vos enfants deviendront adultes, vous les aimerez, vous vous réjouirez avec eux, et vous souffrirez avec eux comme s’ils étaient encore des enfants. J’ai été surpris de découvrir cela.
  1. Ne faites pas de l’église votre maîtresse.
    Apprenez à dire « non » à ce qui est bien et « oui » au meilleur. Les gens n’ont fondamentalement pas un droit de regard sur les raisons qui font que vous ne pouvez pas répondre à leurs attentes concernant les réunions ou autres évènements. Il suffit de dire « J’ai déjà un engagement à ce moment-là ».
  1. Deux doctrines disparaissent: l’ecclésiologie et la doctrine du péché.
    On en voit des preuves partout. Rétablissez ces doctrines. Enseignez-les. Soyez un modèle de bon homme d’église. N’ordonnez que les hommes qui le sont.
  1. Soyez raisonnablement ouverts aux intrusions dans vos journées chargées. 
    La providence de Dieu ne va pas toujours avec notre emploi du temps chargé. Ken Boa a dit que le rendez-vous le plus important  que vous pourriez avoir au cours d’une journée pourrait bien ne pas figurer dans votre calendrier.
  1. Pensez et vivez le concept des « saisons » de vie. 
    Les saisons se présentent sous différentes formes: des saisons chargées, des saisons où on élève ses enfants, des saisons de souffrances et de détresses, des saisons avec peu de sommeil, des saisons de vide etc… En fait une saison s’enchaîne avec une nouvelle saison. Après les saisons difficiles, il y a généralement (pas toujours) de meilleures saisons. C’est une perspective qui nous encourage à persévérer lors des saisons difficiles. Bien sûr, Dieu dirige toutes les saisons de la vie pour notre bien.
  1. Lisez toutes sortes de bons livres. 
    Demandez aux personnes que vous estimez ce qu’ils lisent. C’est un moyen facile de rester à jour dans de bonnes lectures. 
  1. Gérez bien les changements lorsqu’ils affectent le peuple de Dieu. 
    Ne surprenez pas vos frères et soeurs. Vous vous éviterez bien des ennuis.
  1. Ne confondez pas préférences et principes. 
    Les chrétiens ont parfois du mal à distinguer les deux. Un exemple serait les préférences en termes de musique de louange. Les Églises sont connues pour se diviser à propos de préférences
  2. Exhortez les gens à ne pas spéculer sur ce qu’ils ne savent pas ou ne peuvent pas savoir.
    Les êtres humains semblent tentés de spéculer face à un manque d’informations et surtout à imaginer le pire. C’est particulièrement vrai concernant les motivations des gens. Il peut y avoir plusieurs interprétations suite à une discussion compliquée ou suite à des déceptions. Exhortez à l’amour plutôt qu’au jugement.

Merci à Laurie Maleka pour la traduction de cet article.


Pour aller plus loin:

Kevin DeYoung

Kevin DeYoung est le pasteur de l'église University Reformed Church. Auteur de nombreux livres dont Et si Dieu voulait autre chose pour moi…, il écrit régulièrement sur le blog DeYoung, Restless, and Reformed .

http://www.thegospelcoalition.org/blogs/kevindeyoung

Articles pouvant vous intéresser

>