3 raisons de lire « Le barbier qui voulait prier » de R.C. Sproul

Je vous présente, une fois de plus, une recension d'un livre pour enfants écrit par un théologien bien-aimé, R.C. Sproul. Mieux connu pour ses livres La sainteté de Dieu et Choisi par Dieu, il a également écrit une collection de livres destinés aux enfants, qui parlent au cœur des jeunes et des moins jeunes. Dans Le barbier qui voulait prier, nous découvrons l'échange entre Martin Luther et son barbier, Maître Pierre, au sujet de la prière.  

Père, apprends-nous à prier

L’histoire s’ouvre sur un foyer contemporain ordinaire, dans lequel M. et Mme Muller sont réunis autour de la table avec leurs six enfants pour les dévotions familiales. En écoutant leur père prier, les enfants s’émerveillent de la beauté de ses paroles et lui demandent de leur apprendre à prier comme lui. Cela amène M. Muller à raconter l’histoire d’un homme qui, un jour, a posé la même question au célèbre réformateur allemand.  

Un professeur et un barbier

Hors-la-loi dans son propre pays, Martin Luther était très apprécié dans son village, y compris du monsieur chez qui il allait se faire raser. Célèbre pour sa dévotion à la prière, l’ancien moine était réputé pour prier trois heures par jour, et lorsqu’il était particulièrement chargé, il priait quatre heures. C’est donc à juste titre que son barbier a pensé que le professeur de théologie pourrait lui enseigner une chose ou deux sur la prière.  

Une demande particulière

« J’ai un problème », annonce Maître Pierre. « J’essaie de prier tous les soirs, mais j’ai parfois l’impression que mes prières ne montent pas plus haut que le plafond. Pensez-vous pouvoir m’aider à mieux prier? » Le théologien trouve cette demande gratifiante, car les questions de ses étudiants portent souvent sur des questions de doctrine. Et bien que celles-ci soient également importantes, quel meilleur moyen de grandir dans notre foi que d’apprendre à prier! 

Un manuel de prière

Quelques jours plus tard, Luther retourne chez le barbier avec un petit livre qu’il venait de composer, intitulé Une manière simple de prier. Dans ses pages, il recommande au croyant de modeler ses prières sur les mots de trois textes: Le Notre Père, Les Dix Commandements, et le Symbole des Apôtres. Ces textes ne doivent pas être récités sans réfléchir, mais doivent plutôt servir de guide pour alimenter les prières du chrétien. 

3 raisons de lire « Le barbier qui voulait prier »

1.  Il nous fonde sur l’Écriture et la tradition de l’Église

Les trois outils proposés par Luther nous offrent un script sur lequel nous pouvons compter, car ils proviennent directement de l’Écriture ou d’une confession de foi qui remonte aux premiers temps de l’Église. (Comme nous l’avons dit dans des articles et podcasts précédents, le Credo ne se trouve pas dans la Bible, mais c’est un résumé fidèle des éléments essentiels de la foi tels qu’ils s’y trouvent). Parfois, les livres de dévotions populaires et les guides de prière contiennent un enseignement superficiel ou dangereux sur le caractère de Dieu et la nature de la prière. Revenir aux fondements de la foi, que ce soit en méditant sur le Notre Père, les Dix Commandements ou le Credo, nous fonde sur des vérités auxquelles nous pouvons faire confiance parce que nous connaissons leur source.  

2.  Elle s’adresse aux croyants de tout âge

La prière devrait être le cri désespéré d’un enfant vers son Père céleste aimant. Mais parfois, elle peut ressembler davantage à une corvée qu’à une joie. Je suis presque certaine que la plupart d’entre nous peuvent s’identifier à Maître Pierre plus qu’à Martin Luther lorsqu’il s’agit de la prière. Même si j’aimerais pouvoir dire que je prie trois heures par jour, je me reconnais plus facilement dans le cas du barbier et de son sentiment d’insuffisance. Pourtant, plutôt que de culpabiliser un frère qui cherche de l’aide, le réformateur a prodigué des conseils utiles et concrets que tout chrétien peut mettre en pratique, qu’il ait 8 ou 88 ans, qu’il soit un nouveau croyant ou un saint expérimenté.  

3.  Il est magnifiquement illustré

La représentation réaliste et tendre des personnages de l’histoire rend ce livre plaisant à regarder et à lire. La présence d’un adorable chat dans de nombreuses illustrations a fait le bonheur de mes filles, qui ont un penchant particulier pour tout ce qui est félin depuis que nous leur avons acheté leur premier chaton au début de l’année. Et le fait de voir le visage rondouillard de Martin Luther couvert de mousse à raser le rend plus humain. Nous mystifions souvent nos héros de la foi, mais il avait besoin d’aller chez le barbier pour se faire raser comme tout homme ordinaire. Quel meilleur moyen d’initier nos enfants à l’histoire de l’Église que de les emmener chez le barbier avec le réformateur allemand! 

Un défi pour l’été

Mon premier défi pour vous est le suivant: acheter Le barbier qui voulait prier et le lire avec vos enfants cet été. Mais voici mon plus grand défi: pourquoi ne pas prendre le temps de mémoriser le Notre Père, les Dix Commandements et le Symbole des Apôtres avec eux également? Vous pouvez en faire un projet d’été sympa auquel ils pourront participer avec des amis de l’Église. Une recherche rapide sur YouTube vous fournira quelques versions différentes de chacun de ces textes, mises en musique, pour faciliter leur mémorisation. Ma prière est que nos enfants cachent ces vérités dans leur cœur et que cela leur serve tout au long de leur vie, à la fois comme aide à la prière et comme rappel de ce que nous croyons.



Pour aller plus loin:

Angie Thornton

En équipe avec son mari Daniel, Angie a servi le Seigneur au Sénégal pendant 10 ans, dans la formation des leaders. Installés à Montréal avec leurs 2 filles depuis août 2017, ils servent à l'Église Baptiste Évangélique Emmanuel et dans l'AEBEQ. Angie est titulaire d'un MDiv de Moody Theological Seminary.
Depuis mai 2021, elle coanime le podcast Chrétienne, avec Aurélie Bricaud.
Découvre également sa chaîne YouTube par ici.

Articles pouvant vous intéresser

>