Qu’est-ce qui serait le pire pour l’Eglise ? (ou un peu d’histoire)

Je travaille sur la querelle de l’Unigenitus de 1713 (oh, joies de l’étudiant en Histoire!). Pour faire très vite, il est question d’une bulle que le pape Clément XI veut faire accepter à une partie du clergé de France récalcitrant en raison de ses tendances jansénisantes (c’est beaucoup plus compliqué, mais je vous passe les péripéties…).

Las de chercher un accommodement entre ceux qui sont favorables à la bulle et les autres, le gouvernement envisage un temps d’imposer le silence (c’est encore beaucoup plus compliqué, mais je vous passe aussi les péripéties…). Chacun croira donc ce qu’il voudra, mais il sera défendu d’en parler.

Pour un des leaders de l’opposition, l’abbé d’Asfeld,

 pas question de se soumettre à la dernière loi du silence, même si celle-ci laisse à chacun la liberté de penser comme il l’entend. D’ailleurs, aucune puissance temporelle ne peut légitimement contraindre un prêtre au silence puisque le ministère de la parole constitue l’une des fonctions essentielles de l’ordre sacerdotal. Obliger un prêtre à se taire, c’est, en définitive, tendre à anéantir l’Eglise de Jésus-Christ fondée sur la prédication non interrompue de sa doctrine.

Bien sûr, je remplacerais « prêtre » par « chrétien »… Mais le propos me semble plus vrai que jamais.

Philippe d’Orléans (le Régent car Louis XV est trop jeune pour régner) est déconcerté par l’insolence de l’abbé (ayez bien en tête qu’à l’époque le roi « se mêle » des questions religieuses!). Après avoir brandi maintes menaces contre les curés récalcitrants, il laisse échapper cet aveu d’impuissance :

Que faire à des gens qui parlent de l’autre vie et qui ne prétendent rien dans celle-ci ?

A méditer…

Citations extraites de  Chaunu P., Foisil M., Noirfontaine F., Le basculement religieux de Paris au XVIIIe siècle, Fayard, 1998 (page175). Je ne recommande pas spécialement la lecture des 500 pages ceci dit (ça pourrait vous détourner à tout jamais de l’Histoire!).

Myriam J.

A fait une licence d'histoire à la Sorbonne. Elle était une contributrice régulière au blog durant plusieurs années.

Articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image

La Grande Histoire
Un nouvel outil pour partager sa foi


DÉCOUVRIR GRATUITEMENT CET OUTIL
close-link