Prenez garde au dieu de toutes les options

Le problème avec vos choix

En tant qu’anglais, une des difficultés à laquelle j’ai dû faire face aux Etats-Unis, c’est les centres d’appels automatiques. Lorsqu’on loupe la livraison d’un colis par FedEx, on doit les appeler pour convenir d’une nouvelle livraison. Le problème est que quand on appelle, on ne tombe pas sur une personne, mais plutôt sur un robot qui parle et qui est programmé pour reconnaitre ce que l’on dit en anglais.

Ou plutôt devrais-je dire, en anglais « américain ».

À chaque fois que j’appelle FedEx, je finis la conversation avec un accent complètement improbable, et le robot, qui se retient très certainement de rire, n’arrête pas de me demander de répéter. Pour un Anglais, c’est très humiliant. C’est comme si tout était fait pour rétablir près de deux siècles de régime colonial.

La dernière fois que ça m’est arrivé, je me suis rendu compte que ça devait être le cauchemar de plusieurs d’entre nous.

Faire les bons choix et aller de l’avant semble de plus en plus difficile. On se sent comme paralysé: incapable de faire des choix concernant les relations, les fréquentations, le mariage, l’argent, la famille et la carrière professionnelle. Laissez-moi vous suggérer quelque chose:  si l’on se sent incapable de faire ces choix, ce n’est peut-être pas parce qu’on a le mauvais accent, mais c’est peut-être parce que l’on adore un faux dieu.

Le dieu de toutes les options et alternatives

Dans 1 Rois 18:21 on se trouve face à un moment décisif. C’est la confrontation finale entre le Dieu d’Israël et un faux dieu nommé Baal. Élie invite le peuple de Dieu à choisir une fois pour toutes entre le Dieu vivant qui les a délivrés et ce faux dieu qui les a hypnotisés: « Jusqu’à quand clocherez-vous des deux côtés? Si l’Eternel est Dieu, allez après lui; si c’est Baal, allez après lui! Le peuple ne lui répondit rien. » Ils semblent incapables, voire réticents à faire un choix. Ils veulent assurer leurs arrières par tous les moyens nécessaires.

Sommes-nous si différents au 21e siècle? Vous préférez faire un choix sans retour en arrière possible ou bien un choix dont vous pourrez vous retirer? Est-ce que vous avez parfois peur de vous engager?  Lorsque l’on vous invite à une fête, vous répondez plutôt par un « peut-être » ou alors par « oui » ou « non »? Est-ce que vous aimez garder votre smartphone allumé tout le temps, même en réunion, de sorte que vous n’êtes jamais pleinement présent? Vous êtes concentré sur la personne avec qui vous discutez après le culte, ou vous cherchez déjà au-dessus de son épaule un interlocuteur plus intéressant? 

Si c’est le cas, vous adorez peut-être le dieu de toutes les options et alternatives.

Le paradoxe d’avoir plusieurs options

Il faut parfois des années à un étudiant pour choisir sa spécialité à l’université. Certaines personnes n’achètent que dans les magasins où ils peuvent retourner leurs achats s’ils ne sont pas satisfaits: Il n’est pas rare que des couples se fréquentent pendant des années avant de se marier – si jamais ils se marient. Dans le domaine de la sexualité comme dans bien d’autres (y compris la spiritualité), nous nous réservons le droit d’avoir plusieurs alternatives, plusieurs options.

Dans son livre Le paradoxe du choix, le psychologue Barry Schwartz nous explique pourquoi nous avons des difficultés à nous engager. Pourquoi nous préférons avoir plusieurs alternatives. Il observe que nous vivons dans une culture du choix; on exige d’avoir plusieurs options. On imagine que plus d’options nous apporteront plus de liberté. La plupart des gens pensent qu’avoir une liberté sans limite est une bonne chose.

Paradoxalement, Schwartz écrit que ce choix, apparemment illimité, ne nous rend pas vraiment heureux. Le nombre de choix qui s’offrent à nous devient un poids et nous empêche d’avoir la joie de nous engager pleinement. Et même lorsque nous nous engageons, nous sommes rarement satisfaits du choix que nous avons fait.

Il semble que plus il y a d’options, plus on a peur de choisir. On devient esclave du non engagement.

Le Baal de toutes les options

Au fil des années, les Israélites s’étaient vus délivrés de l’esclavage –à maintes reprises, de façon spectaculaire, miraculeuse– par le Dieu vivant. Les dieux égyptiens étaient impuissants face à lui, tout comme les dieux des Cananéens, des Hittites, des Amoréens, des Phéréziens, des Héviens, et des Yébousiens. Pourtant, les voilà, dans 1 Rois 18, en train de vénérer Baal, et d’adorer ce dieu qui sera bientôt vaincu.

Ça devrait nous dégouter. Mais en tant que peuple de Dieu aujourd’hui, en quoi sommes-nous différents? Nous avons été délivrés de l’esclavage du péché par la mort et la résurrection de Christ de manière spectaculaire et miraculeuse. Pourtant nous sommes nombreux à adorer ces mêmes dieux dont Christ a triomphé, même si nous savons qu’ils sont vaincus et qu’ils entraînent vers la mort celui qui s’accroche à eux.

Nous adorons le dieu de toutes les options alors qu’il nous tue! Il tue nos relations quand il nous dit que c’est mieux de ne pas trop s’impliquer. Il tue le service que nous avons rendu aux autres quand il nous dit qu’on devrait peut-être mieux garder nos week-ends pour nous. Il tue notre générosité lorsqu’il nous dit qu’il y aura peut-être des temps financièrement difficiles et qu’on ne sait pas quand on aura besoin de cet argent. Il tue notre joie en Christ lorsqu’il nous dit qu’il vaut mieux ne pas être considéré comme trop spirituel. 

Ce qu’il y a de plus effrayant avec ce dieu de toutes les options, c’est qu’il se peut que vous l’adoriez sans même le savoir, parce qu’il prétend ne pas en être un.

En fait, ce « dieu » vous promet d’être libéré de tous les « dieux » et de toutes « responsabilités ». « Garde plusieurs alternatives en réserve », murmure-t-il. « Adore-moi, et tu n’auras à assumer aucun engagement, envers rien ni personne. Liberté totale! »

Le Dieu qui s’engage

Le Dieu vivant, aimant et trinitaire ne nous a pas créés pour que nous ayons plusieurs alternatives sous le coude. Il ne nous a pas créés pour vivre dans la peur de faire un choix. Il ne nous a pas non plus créés comme le personnage joué par Robert de Niro dans le film Heat en 1995: un homme qui jure de ne jamais s’engager dans une relation dont il ne peut se défaire en 30 secondes. 

Dieu nous a créés pour que nous nous engagions envers Lui et envers les autres. Il nous a créés pour que l’on fasse des choix. Bien sûr, il est bon d’être prudent lorsque l’on prend des décisions; de prier, de chercher conseil dans les Écritures et auprès de chrétiens avisés. Plus la décision à prendre est grande et plus nous devrions faire attention.

Mais il arrive un moment où faire une pause devient de la procrastination, et où attendre n’est plus très sage. Il arrive un moment où ne pas choisir devient de l’idolâtrie. Cela se transforme en un manque de confiance dans le Dieu qui décrète les décisions que nous allons prendre et qui œuvre pour notre bien et sa gloire.

Soyez prudent, mais reposez-vous sur la bonté et la souveraineté de Dieu. Et finalement, faites un choix. Faites-le de tout votre cœur et soyez déterminé. Jacques 1:6-8 l’explique de la manière suivante: « Mais qu’il la demande avec foi, sans douter; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre… c’est un homme irrésolu, inconstant dans toutes ses voies. »

Choisissez le Dieu qui n’a pas choisi d’autre alternative que celle d’aller jusqu’au bout pour son épouse. Choisissez le Dieu qui a choisi de ne pas descendre de la croix jusqu’à ce qu’elle soit vaincue.

Croyez que Dieu est bon et souverain, et qu’il rachète nos choix. Si même les choix de ceux qui ont mis à mort son propre fils étaient prévus d’avance pour notre bien (Actes 4:27-28), alors comment pouvons-nous douter qu’il utilisera nos choix, même malavisés, pour que du bien en découle?

Une autre raison de rejeter le dieu de toutes les options est que le Dieu vivant est lui-même un Dieu qui choisit. Et il nous a faits à son image.

  • « En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui » (Ép 1 :4)
  • « Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes »(1 Co 1:27).
  • « Dieu vous a choisis […] pour le salut, par la sanctification de l’Esprit et par la foi en la vérité. »(2 Th 2:13).

Si le Dieu vivant devait fonctionner comme nous, avec plusieurs alternatives, nous n’aurions rien à espérer d’autre que les tourments éternels.

Engagez-vous envers le Dieu vivant

Laissez-moi vous poser quelques questions: dans quel domaine de votre vie adorez-vous le dieu des options? Dans quels domaines refusez-vous de décider? Peut-être que vous ne souhaitez pas vous engager dans une relation en particulier? Ou peut-être n’êtes-vous pas pleinement impliqué dans votre travail –vous avez ouvert Facebook dans l’un de vos onglets, espérant presque être interrompu? Peut-être n’avez-vous pas encore rejoint une Église en bonne santé ? Peut-être que vous êtes constamment en alerte à la recherche de quelque chose ou quelqu’un de mieux ? 

Peut-être que vous vous gardez des options de secours même avec Dieu, ce qui vous permet de ne pas être trop engagé. En 1 Rois, Élie vous parle pour vous dire: « Faites un choix ». Vous avez toutes les informations à propos de Dieu dont vous avez besoin.

C’en est assez de ce non-engagement, de cette réticence au risque, de cette faible volonté, et de cette immaturité spirituelle. En d’autres termes: « Grandissons ! ».

J’écris ceci en larmes. Je repense à mes 20 dernières années de vie chrétienne, où à plusieurs reprises j’ai adoré et servi ce dieu de toutes les options et où j’ai vu beaucoup d’autres faire de même.

Par exemple, combien ont eu peur de s’engager dans le mariage puisque le dieu de toutes les options déteste la cérémonie de mariage? Il sait que nous devrons promettre « d’abandonner tous les autres », c’est-à-dire abandonner toutes les autres options.

Le dieu des options est cruel et vindicatif. Il vous brisera le cœur. Il ne laissera personne s’approcher de trop près. Mais en même temps, et parce qu’il est si mauvais, il ne laissera personne s’éloigner trop loin, car cela signifierait qu’ils ne sont plus une option. Finalement, on ne s’engage plus véritablement, que cela doit dans un sens comme dans l’autre. C’est comme une personne affamée assise devant un buffet à volonté qui serait en train de mourir parce qu’elle ne peut pas choisir entre le poulet et les crevettes.

Le dieu des options est aussi un menteur. Il vous promet que si vous gardez plusieurs alternatives sous le coude vous pouvez tout avoir ou avoir qui vous voulez. Mais au final, vous finissez sans rien et sans personne.

Jésus a dit: « Vous ne pouvez servir deux maîtres ». À un moment donné, vous devrez choisir qui vous allez suivre. Et si vous choisissez le dieu de toutes les options, vous ne pourrez pas choisir le Dieu trinitaire. Celui qui a délibérément fait le choix de vous sauver la vie. Rien ne réduit plus les options que d’être cloué sur une croix.

« J’en prends aujourd’hui à témoin contre vous le ciel et la terre: j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité, pour aimer l’Eternel, ton Dieu, pour obéir à sa voix, et pour t’attacher à lui : car de cela dépendent ta vie et la prolongation de tes jours »

Dt 30:19-20

Choisissez le Dieu pour qui tout est possible, qui a choisi un moment en particulier, un lieu en particulier et un peuple en particulier. Choisissez le Dieu qui n’a pas choisi d’autre alternative que celle d’aller jusqu’au bout pour son épouse. Choisissez le Dieu qui a choisi de ne pas descendre de la croix jusqu’à ce qu’elle soit vaincue.

Choisissez le chemin étroit.

Note de l’éditeur :  Cet article est adapté d’un article qui vient du site internet de l’auteur.


Merci à Laurie Maleka pour la traduction de cet article.


Pour aller plus loin:

Barry Cooper

Barry Cooper est un ancien de l’église Christ Community à Daytona Beach en Florida. Il sert en tant que superviseur de production aux ministères Ligonier. Il anime les podcasts Simply put et Cooper & Cary have words. Il est l’auteur de nombreux livres et scenarios dont Puis-je réellement faire confiance à la Bible ? et le libre Puritain. Vous pouvez le suivre sur Twitter

Articles pouvant vous intéresser

>