LIVRE : Les grandes figures de l’islam

«Quand l’islam illuminait le monde». C’est ce bandeau du livre Les grandes figures de l’islam de Malek Chebel qui a suscité ma curiosité.

Hélas, l’auteur est loin de répondre à l’objectif proposé…

Chebel poursuit bien plus loin. D’ailleurs, même pendant la période la plus féconde, la façon dont les penseurs ou découvreurs musulmans l’emportaient sur les autres n’est pas clairement mise en évidence. On aurait aimé plus de fidélité aux phrases de l’introduction : «j’ai sélectionné des figures pour leur influence sur la marche du monde musulman, et parfois sur l’humanité tout entière. » (p. 15)

Chebel se contente de dresser une liste des figures importantes de l’islam, depuis son apparition en 622 jusqu’à nos jours. Sept chapitres couvrent sept domaines : théologiens, géographes, bâtisseurs…

Bref, en refermant le livre, je n’ai pas l’impression que celui qui l’a écrit s’était fixé cet objectif : «l’histoire des grandes figures que je vais vous raconter ici a précisément pour vocation de faire comprendre, d’aider à comprendre l’esprit de cette religion qui est aussi culture.» (p.9)

Toutefois, néophyte en la matière, j’ai été interpellée par-ci par-là, bien que je ne recommande pas la lecture du livre. Je vous livre quelques points en pagaille :

Les théologiens chrétiens du Moyen Âge échangeaient avec leurs homologues musulmans. Peut-être qu’on pourrait en prendre de la graine. « La pensée arabe et la pensée latine […] ont été en continuité historique. […] Averroès, Avicenne et Algazel devraient être aussi familiers qu’Aristote à celui qui veut étudier les philosophies scolastiques. L’idéal serait de les posséder comme Albert le Grand, saint Thomas et Duns Scot les possédaient.» (le philosophe Etienne Gislon cité p. 16)

L’impossible homogénéité : c’est au moins une chose dont on prend conscience, noyé dans le flot de noms mentionnés par Chebel. Au-delà du clivage sunnites/chiites, l’islam est riche de nombreux mouvements: mystiques, voire ésotériques, ou, en revanche, très soucieux d’orthodoxie… Le parcours de Guru Nanak (1469-1538), le prophète des Sikhs, témoigne bien de l’existence de cercles syncrétiques : inspiré par l’hindouisme, il avait aussi un important arrière-plan musulman.

Muhammad ibn Abd al-Wahhab (1703-1791) : l’homme qui a changé le visage de l’islam dans nombre de pays. Je ne savais pas que l’islam wahhabite, remis au goût du jour dans les années 1980-1990, venait de si loin. C’est un homme du XVIIIe siècle, Muhammad ibn Abd al-Wahhab (1703-1791) qui est à la naissance du courant.

Dommage que cette première lecture de la série sur l’islam ne soit pas conseillée… L’auteur est pourtant un spécialiste reconnu, « la lecture de vos livres fait immédiatement aimer l’islam » (dixit Le Point). À la semaine prochaine pour un petit essai de Tahar Ben Jelloun.

Myriam J.

A fait une licence d'histoire à la Sorbonne. Elle était une contributrice régulière au blog durant plusieurs années.

Articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image