Le coin du traducteur: Messie ou Christ?

Jésus-Christ: à force de lire ces mots à côté l’un de l’autre dans la Bible, on en vient à les considérer comme une sorte de prénom composé ou comme un nom et un prénom.

Ce faisant, on oublie que Christ, transcription du grec christos, est la traduction de l’adjectif hébreu mashiach qui a donné le français « messie » et signifie « oint ». Dans l’Ancien Testament, l’onction -acte de verser de l’huile sur la tête de quelqu’un- concerne particulièrement les personnes choisies par Dieu pour un service défini:

  • les grands-prêtres (Lévitique 4.3);
  • les rois (1 Samuel 12.3; Psaume 18.51);
  • les prophètes (1 Rois 19.16).

La Segond 21 traduit souvent, alors, « consacrer par onction » ou « désigner par onction » plutôt que simplement « oindre », afin de clarifier le sens.

En Daniel 9.25-26, la venue et l’exclusion d’un Messie, d’un chef désigné par onction, sont annoncées, et les chrétiens y voient une allusion à Jésus. Lui-même se présente comme «consacré par onction» en citant Ésaïe 61.1 dans la synagogue de Nazareth (Luc 4.18-19). D’origine juive, les premiers disciples poursuivent l’identification entre celui que l’Éternel a désigné par onction et Jésus; c’est notamment le cas en Actes 4.25-27 avec la citation du Psaume 2.2.

Appeler Jésus de Nazareth « le Christ », ce n’était pas lui donner un simple surnom, c’était le présenter comme la personne que Dieu avait choisie pour apporter la délivrance aux siens, à la fois en tant que grand-prêtre, roi et prophète. Dans la mesure où ce sens est absent de la compréhension commune, voire des dictionnaires français, le comité de la Segond 21 a jugé utile de rendre le mot grec christos par « Messie » plutôt que par « Christ » lorsque le sens de libérateur annoncé et envoyé par Dieu est important pour une bonne interprétation du texte. Le mot « Messie » présente en effet un double avantage:

  • il évoque pour beaucoup les attentes du peuple juif;
  • la notion de libérateur lui est aujourd’hui encore associée.

Lorsque des journalistes rapportent qu’une équipe de football « attend son nouvel entraîneur comme le messie », c’est parce qu’elle est en difficulté et a l’espoir qu’il la sauvera de sa situation pénible. On est certes loin de l’œuvre accomplie par Jésus et du lien entre Ancien Testament et Nouveau Testament, mais au moins la notion de salut est présente!

Quelques exemples concrets de la traduction Segond 21:

  • en Matthieu 16.16, Pierre ne dit plus à Jésus: « Tu es le Christ » (NEG 1979) mais: « Tu es le Messie »;
  • en Actes 18.5, Paul atteste « aux Juifs que Jésus est le Messie »;
  • en 1 Jean 5.1, celui qui « croit que Jésus est le Messie est né de Dieu ».

Nous espérons que ce choix de traduction permettra à de nombreux lecteurs de redécouvrir le sens du texte biblique ainsi que son unité.


[Cet article datant du 8 mai 2015 a été republié dans le but de profiter à de nouveaux lecteurs]


Pour aller plus loin

Viviane André

Née au Nigéria de parents missionnaires avant d'être élevée en partie en France et en partie en Suisse, Viviane André a grandi « entre deux pages de Bible », selon l'expression usuelle. Assez tôt, elle a voulu pouvoir vérifier par elle-même ce qu'on lui enseignait, et elle a donc fait le choix d'étudier les langues anciennes dès le secondaire et jusqu'au niveau universitaire. Elle a ensuite entamé à Vaux-sur-Seine une formation théologique qu'elle a interrompue pour travailler à la Société Biblique de Genève, puis reprise il y a quelques années. A côté de cela, elle aime transposer les textes bibliques et le message de l'évangile sous forme théâtrale avec la troupe étincelle.

Articles pouvant vous intéresser

  • Flo Phil dit :

    C’est marrant cet article, parce que je me faisais la même réflexion ces jours-ci, qu’on avait tendance à dire Jésus Christ comme si c’était son nom et son prénom ! Et après recherche avec les « strongs » grec et hébreux j’en suis arrivé à la même conclusion sur ce point : il faut dire Messie et pas Christ, d’ailleurs quand on dit Christ le Messie, c’est un pléonasme ! Je préfère Mashiach (Messie en hébreux). Pareil pour Jésus, Yéshoua (littéralement « un cri qui sauve »/cri qui invoque le secours de D.ieu/ D.ieu sauve). Bref, pourquoi avoir changé beaucoup de noms dans bible, et ne pas utiliser les noms originaux hébreux ? Comme Marie, Miryam,..etc,… du coup il serait plus juste de dire les croyants en le Messie, les croyants messianiques, plutôt que chrétiens, que les gens prennent pour un nom propre. On a tellement gommé l’identité juive de Yéshoua Mashiach, qu’on a oublié qu’il est juif et pas chrétien ! Yéshoua est venu pour les juifs premièrement ; on a tellement « paganisé » son image/nom, que son peuple aujourd’hui a du mal à le reconnaître, sachons lui rendre son identité juive ! Bref, les conséquences de la théologie du remplacement d’Israël, par l’église ont affecté beaucoup de domaines ; c’est un premier pas de traduire par Messie désormais. Je vous recommande la traduction originale de David H.Stern « Nouveau Testament, un livre juif », qui rend au texte l’essence de sa Judéité originelle !

    • Etienne Omnès dit :

      Je comprends largement votre point de vue, et je vous rejoins dans ce que vous dites concernant la théologie du remplacement et l’identité juive des premiers chrétiens. Je partage votre amour pour Israël.

      Cependant, je doute qu’il y ait un véritable intérêt à judaïser tous les noms qui se rapportent au Nouveau Testament. Je connais la traduction (de traduction) de David Stern, j’en ai lu une bonne part, mais il ne faut pas oublier qu’à l’origine le nouveau testament a été écrit en grec directement, et que le mot « Christ » a été un mot directement choisi par les apôtres pour ce langage. De même pour Iakobos, Maria, Ioseph, Iesous… ce ne sont pas les noms originaux, mais ils ont tout de même été inspirés en grec. Ce n’est donc pas être plus biblique ou inspiré de dire « Yechoua ha Maschiach » que « Iesous Chrestos » cad Jésus-Christ.

      D’autre part, j’y vois un problème d’identification: il est entièrement vrai que « chrétien », « Jésus » et « Christ » ont été largement abusés, et que c’est encore vrai aujourd’hui. Derrière chrétien, se trouve à boire et à manger, aussi bien des disciples de Christ sincères que des seculares hypocrites ou bien des néo-bouddhistes dissimulés. C’est vrai. Mais je ne crois pas que la solution soit de migrer vers une nouvelle appellation. Il fut un temps où on avait préféré être « né de nouveau » plutôt que « chrétien ». Résultat: « né de nouveau » est aujourd’hui tout autant galvaudé que chrétien, on préfère désormais se dire « disciple de christ », mais déjà je vois des disciples de christ que Christ renierait. La solution n’est pas dans le changement d’étiquette. Gardons donc les vieilles appellations de « chrétien » et plutôt que de migrer, réformons-les! « Chrétien » ne veut rien dire d’autre que « de Christ » ou « à Christ », qu’y a-t-il de honteux à ce que je dise que je suis chrétien?

      Enfin, toujours avec l’identification: j’aime les juifs et la culture juive, mais je dois être honnête: je suis un goy, fils de goyim né dans un peuple radicalement étranger au leur. C’est par respect pour eux que je dis cela: si je commence à judaïser ma pratique chrétienne et à utiliser des noms hébreux à tout bout de champ, je ne serais pas en train de rétablir les racines juives de ma foi: je serais plutôt en train de singer le peuple juif. Par respect pour le peuple et la foi juive, je ne le fais pas. Je suis un descendant spirituel et intellectuel des grecs convertis par Paul, je ne m’amuserais pas à me faire passer pour un autre, cad un descendant physique d’Abraham.

      Cela dit, si quelqu’un d’autre le fait à côté de moi, et bien qu’il le fasse: ce n’est pas interdit par la Bible que je sache^^

      Que le Seigneur bénisse Israël, et tous ceux qui lui sont rattachés,

  • gaetano restauri dit :

    le mot Christ se refere par sa tonalite au mot croix donc il faudrait plutot le comprendre comme etant le messie destine a etre crucifie. dixit

    sinon pourquoi Jesus ordonna a ses disciples d,alors de ne le dire a personne … avant qu,il ne soit ressuscite d,entre les morts

    sinon comment interpeter l,engouement populaire qui le pousuivait artout ou il allait

    et la terrible reponse de Jesus envers Pierre apres l,avoir reconnu comme etant le Christ .-loin de moi satan.

  • >