Le coin du traducteur: Messie ou Christ?

Jésus-Christ: à force de lire ces mots à côté l’un de l’autre dans la Bible, on en vient à les considérer comme une sorte de prénom composé ou comme un nom et un prénom.

Ce faisant, on oublie que Christ, transcription du grec christos, est la traduction de l’adjectif hébreu mashiach qui a donné le français « messie » et signifie « oint ». Dans l’Ancien Testament, l’onction -acte de verser de l’huile sur la tête de quelqu’un- concerne particulièrement les personnes choisies par Dieu pour un service défini:

  • les grands-prêtres (Lé 4.3);
  • les rois (1 Sa 12.3; Ps 18.51);
  • les prophètes (1 Ro 19.16).

La Segond 21 traduit souvent, alors, « consacrer par onction » ou « désigner par onction » plutôt que simplement « oindre », afin de clarifier le sens.

En Daniel 9.25-26, la venue et l’exclusion d’un Messie, d’un chef désigné par onction, sont annoncées, et les chrétiens y voient une allusion à Jésus. Lui-même se présente comme «consacré par onction» en citant Ésaïe 61.1 dans la synagogue de Nazareth (Lc 4.18-19). D’origine juive, les premiers disciples poursuivent l’identification entre celui que l’Éternel a désigné par onction et Jésus; c’est notamment le cas en Actes 4.25-27 avec la citation du Psaume 2.2.

Appeler Jésus de Nazareth « le Christ », ce n’était pas lui donner un simple surnom, c’était le présenter comme la personne que Dieu avait choisie pour apporter la délivrance aux siens, à la fois en tant que grand-prêtre, roi et prophète. Dans la mesure où ce sens est absent de la compréhension commune, voire des dictionnaires français, le comité de la Segond 21 a jugé utile de rendre le mot grec christos par « Messie » plutôt que par « Christ » lorsque le sens de libérateur annoncé et envoyé par Dieu est important pour une bonne interprétation du texte. Le mot « Messie » présente en effet un double avantage:

  • il évoque pour beaucoup les attentes du peuple juif;
  • la notion de libérateur lui est aujourd’hui encore associée.

Lorsque des journalistes rapportent qu’une équipe de football « attend son nouvel entraîneur comme le messie », c’est parce qu’elle est en difficulté et a l’espoir qu’il la sauvera de sa situation pénible. On est certes loin de l’œuvre accomplie par Jésus et du lien entre Ancien Testament et Nouveau Testament, mais au moins la notion de salut est présente!

Quelques exemples concrets de la traduction Segond 21:

  • en Matthieu 16.16, Pierre ne dit plus à Jésus: « Tu es le Christ » (NEG 1979) mais: « Tu es le Messie »;
  • en Actes 18.5, Paul atteste « aux Juifs que Jésus est le Messie »;
  • en 1 Jean 5.1, celui qui « croit que Jésus est le Messie est né de Dieu ».

Nous espérons que ce choix de traduction permettra à de nombreux lecteurs de redécouvrir le sens du texte biblique ainsi que son unité.


[Cet article datant du 8 mai 2015 a été republié dans le but de profiter à de nouveaux lecteurs]


Pour aller plus loin

Viviane André

Née au Nigéria de parents missionnaires avant d'être élevée en partie en France et en partie en Suisse, Viviane André a grandi « entre deux pages de Bible », selon l'expression usuelle. Assez tôt, elle a voulu pouvoir vérifier par elle-même ce qu'on lui enseignait, et elle a donc fait le choix d'étudier les langues anciennes dès le secondaire et jusqu'au niveau universitaire. Elle a ensuite entamé à Vaux-sur-Seine une formation théologique qu'elle a interrompue pour travailler à la Société Biblique de Genève, puis reprise il y a quelques années. A côté de cela, elle aime transposer les textes bibliques et le message de l'évangile sous forme théâtrale avec la troupe étincelle.

Articles pouvant vous intéresser