J’aime une Église qui ne chante pas bien

L’un des grands privilèges que j’ai eus au cours de ces dernières années est d’avoir participé à des cultes dans une grande variété d’églises. Ces églises étaient éparpillées sur plusieurs continents, dans au moins 4 ou 5 pays différents, avec une grande quantité de dénominations et de traditions. Le nombre de fidèles variait de centaines voire même un millier de membres à des Églises avec seulement une poignée de chrétiens fidèles.

Hier, je me suis pris à réfléchir sur un grand nombre de ces Églises et j’ai réalisé quelque chose qui m’a beaucoup surpris: je suis attiré par une Église qui chante mal et je me méfie un peu d’une Église qui chante vraiment bien. Laissez-moi vous expliquer.

Il y a quelques années, j’ai participé à la louange dans une Église établie depuis des décennies. C’était une congrégation assez grande où 3 ou 4 générations adoraient Dieu ensemble et où la Parole de Dieu avait été proclamée fidèlement depuis de très nombreuses années. Elle l’a encore été le jour où j’étais présent. L’assemblée a un style de chant distinct et inhabituel, instauré depuis longtemps et encore en place aujourd’hui.

Les fidèles savent chanter. Ils chantent fort. Ils chantent juste. Ils chantent magnifiquement bien. Ils chantent avec plusieurs voix et avec un minimum d’instrumentation pour qu’ils élèvent ensemble une seule voix vers le Seigneur.

Mais une raison pour laquelle ils chantent si bien, c’est qu’il y en a très peu parmi eux qui sont de nouveaux convertis; il y en a très peu parmi eux qui n’ont pas été élevés semaine après semaine en écoutant ces chants depuis leur plus jeune âge. De leur propre aveu, les fidèles sont de piètres évangélistes et leur communauté n’est pas attirante pour les personnes extérieures parce qu’elle est profondément liée à une culture étrangère à ceux qui les entourent. Ils chantent vraiment bien, parce qu’ils évangélisent vraiment mal.

Et puis je pense à une autre Église que j’ai visitée dans un passé pas si lointain. C’est une Église où le chant n’est, on peut le dire, pas aussi beau. Bien qu’il y ait des personnes dans l’Église qui connaissent les chants et qui savent comment chanter un hymne ou un chant de louange contemporain, il y en a beaucoup d’autres qui ne le savent pas. Au fur et à mesure que la musique s’élève et fait de fausses notes, beaucoup de ces voix s’élèvent et font de fausses notes. Au fur et à mesure qu’on avance dans les chants, beaucoup dans l’Église parviennent à faire un peu plus que marmonner et peuvent même espérer attraper au moins quelques notes.

Ces personnes ne savent pas chanter. La plupart d’entre elles chantent à voix basse. Elles chantent sans beaucoup de compétence. Elles dépendent de l’instrumentation pour être guidées. Mais la raison pour laquelle elles chantent si mal, c’est qu’il y en a peu parmi elles qui sont mûres dans la foi; il y en a peu parmi elles qui ont été élevées semaine après semaine en écoutant ces chants depuis leur plus jeune âge. C’est une Église où l’Évangile est prêché pendant le culte et où les fidèles apportent ce message aux personnes qui vivent à proximité. L’Évangile fait son travail, beaucoup sont sauvés, et ils viennent à l’Église le dimanche pour répandre leur louange à Dieu. Cette Église chante vraiment mal, parce qu’elle évangélise vraiment bien.

Beaucoup d’Églises dans la même situation vont compenser, voir surcompenser, en augmentant le volume de la sono pour étouffer les voix. Mais pas cette communauté. Les fidèles savent que le meilleur et le plus pur instrument de tous les instruments est la voix humaine, et ils permettent à cet instrument de dominer. Si vous écoutez attentivement, vous y verrez de la beauté.

Il existe bien sûr des exceptions. Ce n’est pas une loi des Mèdes et des Perses. Pourtant, je pense qu’on y trouve quelque chose d’intéressant. Nous qui sommes chrétiens depuis de nombreuses années, nous pouvons être tentés de juger une communauté par la qualité de ses chants. Mais en réfléchissant sur ces deux Églises, et beaucoup qui leur ressemblent, je me demande si nous ne faisons pas tout à l’envers.

Merci à David Steinmetz pour la traduction de l’article.

Tim Challies

Tim est pasteur d'une église à Toronto et l'auteur de Challies.com, l'un des sites évangéliques les plus populaires au monde.

Articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Formation gratuite:
7 signes de Jean

Un nouvel outil pour partager ta foi simplement!
JE M'INCRIS À CETTE FORMATION GRATUITE
close-link

Formations gratuites:
Découvrez nos formations gratuites sur l'évangélisation

Des conseils et outils pour partager votre foi simplement!
JE M'INCRIS À CES FORMATIONS GRATUITES
close-link
Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image