Esquisse théologique: les 144 000 de l’Apocalypse

Les 144 000 de l'Apocalypse, un nombre littéral ou symbolique ?

Un article pour étudier le nombre 144 000 dans l'Apocalypse

Dans sa série en anglais dénommée « Theological Primer » [esquisse théologique], Kevin DeYoung présente de grands concepts théologiques en environ 500 mots. Il s’intéresse aujourd’hui aux 144 000 dans le livre de l’Apocalypse.

Les 144 000 ne sont pas un reliquat ethnique juif, et certainement pas une classe de saints oints devenus des témoins de Jéhovah avant 1935. Les 144 000 « de toutes les tribus des fils d’Israël » (Ap 7.4) représentent la communauté tout entière des rachetés. Laissez-moi vous donner plusieurs raisons pour justifier mon propos.

Premièrement, dans le chapitre 13, nous lisons que Satan marque de son sceau tous ses disciples. Voilà pourquoi le fait que Dieu marque de son sceau tout son peuple (et non seulement ceux qui sont Juifs) a du sens.

Deuxièmement, l’image du sceau nous vient d’Ézéchiel 9, où le sceau sur le front marque la différence entre deux types de personnes: les idolâtres et les non idolâtres. Il semblerait donc que le scellement des 144 000 fait une distinction similaire entre tous ceux qui louent Dieu, et pas juste ceux qui, parmi le reliquat de la population juive, louent Dieu.

Troisièmement, les 144 000 sont appelés « serviteurs de notre Dieu » (Ap 7.3). Il n’y a aucune raison de rendre la sélection des 144 000 plus restrictive que cela. Si vous êtes un serviteur du Dieu vivant, vous êtes l’un des 144 000 mentionnés ici. Dans l’Apocalypse, la phrase « serviteurs de Dieu » fait toujours référence aux rachetés par Dieu, pas seulement au reliquat de la population juive (voir Ap 1.1, 2.20, 19.2, 19.5, 22.3).

Quatrièmement, les 144 000 mentionnés plus tard au chapitre 14 sont ceux qui ont été « rachetés de la terre » et ceux qui ont été « rachetés d’entre les hommes ». C’est un langage générique, le langage de monsieur tout le monde. 144 000 est un nombre symbolique de rachetés tirés d’entre tous les peuples, pas uniquement d’entre les Juifs. De plus, si le nombre n’est pas symbolique, que fait-on d’Apocalypse 14.4 qui décrit les 144 000 comme ceux « qui ne se sont pas souillés avec des femmes »? Devons-nous donc penser que le nombre 144 000 fait référence à un groupe choisi de 144 000 hommes juifs célibataires? Il est plus sensé de comprendre que 144 000 est un nombre symbolique qui décrit des hommes célibataires pour souligner la pureté morale du groupe et sa mise à part pour le combat spirituel.

Cinquièmement, la dernière raison pour laquelle on peut penser que les 144 000 sont une communauté entière des rachetés est la liste très stylisée des tribus aux versets 5 à 8. Le nombre lui-même est stylisé. Il n’est pas à prendre littéralement. C’est 12x12x1000. 12 étant le nombre de l’achèvement pour le peuple de Dieu (qui représente les 12 tribus d’Israël et les 12 apôtres de l’agneau) et 1000 étant un nombre générique qui suggère une multitude. 144 000 est donc une manière de parler de tout le peuple de Dieu sous l’ancienne et la nouvelle alliance.

Puis regardez la liste des tribus. Il y a plus d’une douzaine de dispositions différentes des 12 tribus dans la Bible. Celle-ci est unique parmi toutes les autres. La tribu de Juda est citée en premier, parce que Jésus en est issu comme le lion de la tribu de Juda. Tous les 12 fils de Jacob sont cités, y compris Lévi, qui d’habitude ne l’est pas parce qu’il n’a pas hérité de terres, mise à part une. Manassé, le fils de Joseph (le petit-fils de Jacob), est cité à la place de Dan. Pourquoi pas Dan? Dan a probablement été mis de côté pour souligner la pureté de l’Église rachetée. Très tôt dans l’histoire d’Israël, Dan était le centre de l’idolâtrie pour le royaume (Jug 18.30-31). Pendant les temps du royaume divisé, Dan était l’un des deux centres honorant l’idolâtrie (1R 12.28-30). De plus, il est écrit dans certains écrits juifs non bibliques que les Juifs pensaient que l’antichrist proviendrait de Dan, en se basant sur Genèse 49.17.

Ainsi, ce qu’il faut retenir, c’est que le nombre, la liste et l’ordre des tribus sont tous stylisés pour illustrer l’intégralité des serviteurs de Dieu, purs, parfaitement rachetés et issus de tout temps et de toute la terre. Voilà ce que l’Apocalypse veut dire en utilisant le nombre 144 000.

Merci à Amélie Sieffert pour la traduction de l’article.

Kevin DeYoung

Kevin DeYoung est le pasteur de l'église University Reformed Church. Auteur de nombreux livres dont Et si Dieu voulait autre chose pour moi…, il écrit régulièrement sur le blog DeYoung, Restless, and Reformed .

http://www.thegospelcoalition.org/blogs/kevindeyoung

Articles pouvant vous intéresser

close-image