7 conseils pour débuter l’apprentissage du Grec biblique

Des objectifs réalisables

Si vous continuez à lire cet article après le premier paragraphe, cela peut signifier deux choses : soit vous êtes en train d’apprendre le grec par vous-même ou bien vous aidez d’autres personnes à le faire en les encourageant ou en les enseignant. Dans tous les cas, je vais vous donner mes meilleurs conseils pour apprendre le grec biblique. Je vous donne ces conseils non pas pour rendre les choses plus faciles, mais pour rendre le processus d’apprentissage plus faisable et plus plaisant. Ne passez surtout pas à côté du dernier conseil!

1. Trouvez d’autres personnes afin d’apprendre ensemble 

Travailler à plusieurs est plus motivant que de travailler seul. Nous ne sommes pas faits pour la solitude et l’apprentissage de nouvelles langues (qui nous permettent d’ailleurs de communiquer avec les autres!) ne sera pas chose facile. Je ne connais que quelques personnes qui ont brillamment réussi à apprendre le grec (ou l’hébreu) seuls; j’en ai vu beaucoup d’autres qui ont essayé et n’ont pas réussi à persévérer.
De plus, il est préférable d’être physiquement dans une même pièce, plutôt que de se retrouver virtuellement, même si cela vaut mieux qu’un isolement total.

2. Soyez ambitieux, soyez réaliste 

Non, il ne s’agit pas de deux conseils fusionnés en un: ils se complètent. Soyez ambitieux dans le sens où vous voulez lire les paroles exactes par lesquelles les apôtres ont enseigné l’Église à propos de Jésus.
Soyez réalistes et ne vous attendez pas à comprendre tous les détails et subtilités dès le premier mois d’apprentissage. Apprendre le grec biblique, ce n’est pas « tout blanc ou noir » ou « tout ou rien ». Il s’agit plus d’un processus d’à peu près. Avec chaque nouvelle connaissance acquise, vous découvrirez de nouvelles choses en grec; bien que vous les connaissiez déjà grâce à votre lecture en français. 

3. Ne vous inquiétez pas trop de votre ‘‘méthode’’

Il existe différents manuels et les enseignants utilisent différentes approches d’apprentissage. Ce qui est important c’est que votre professeur soit à l’aise avec la méthode utilisée. Je sais en effet qu’il y a des pour ou contre telle ou telle méthode, mais en fin de compte l’efficacité de l’apprentissage d’une personne dépend plus de l’enseignant que du manuel. 

Ceci dit, les méthodes ne se valent pas toutes; certaines sont plus arides que d’autres. Telle méthode demandera beaucoup d’apprentissage par cœur, une autre se réclamera de l’approche « naturelle »: les étudiants peuvent atteindre un niveau convenable en grec simplement en faisant des activités et en répondant à des questions au fil du texte (sans aucun travail supplémentaire).

4. Attendez-vous à ce que cela soit difficile

Apprendre le grec peut parfois être décourageant. On se rend compte que notre mémoire n’est plus ce qu’elle était et que l’on oublie des mots et des règles grammaticales malgré le fait qu’on soit réguliers. C’est comme lorsque l’on grimpe une montagne et qu’on a l’impression que l’on n’atteindra jamais le sommet. Il n’est pas toujours facile de garder le même enthousiasme tout le long. Mais ne vous inquiétez pas, apprendre le grec biblique c’est un peu comme le sport: on n’a rien sans rien. L’effort est léger comparé aux grands bénéfices que l’on en tire.

5. Sachez que le grec, comme toute langue, est plus flexible que ne le sont ses règles

Le grec « n’obéit » pas à des règles grammaticales, il tend plutôt à les suivre la plupart du temps. Il est bon d’apprendre ces règles, surtout dans la première phase d’apprentissage du grec, mais attendez-vous à être perplexe face aux ‘‘exceptions’’. Une langue ne fonctionne pas de la même manière que les mathématiques.

6. Plongez-vous dans le texte autant que possible

Bien sûr, il est bon de faire des exercices et d’apprendre vos paradigmes, mais c’est encore mieux d’être guidé à travers un verset de l’Écriture, même si vous n’avez pas encore vu toutes les caractéristiques grammaticales. Quelle plus grande récompense y a t-il que de lire Jean 1.1 dans les paroles mêmes dans lesquelles elles ont été transmises à l’origine? Il est difficile de se rapprocher plus près de la voix authentique du disciple bien aimé.

7. Apprendre le grec n’est pas principalement un outil pour le ministère 

J’aurai aimé que quelqu’un me dise ça il y a longtemps: apprendre le grec est plus une manière de s’approcher des pieds du véritable maître qu’un outil pour devenir un meilleur prédicateur. Si la raison principale qui vous pousse à apprendre le grec est d’avoir un nouvel outil pour l’exégèse du texte pour préparer de bonnes prédications, vous aurez du mal à garder votre motivation. Bien entendu, votre connaissance du grec influera sur toutes ces choses, mais seulement après plusieurs années et probablement sans que vous ne vous en rendiez vraiment compte.

Cependant, une fois que vous aurez découvert que la difficulté de lire le nouveau testament en grec est en fait un acte de soumission pratique ainsi qu’une discipline spirituelle, vous trouverez dans ce processus une joie et un épanouissement personnel difficile à égaler. Vous n’apprenez pas le grec seulement pour servir les autres; vous apprenez le grec pour être proche de la voix du Maître.

An Introduction to the Greek New Testament, Produced at Tyndale House, Cambridge

An introduction to the Greek New Testament (non traduit), Dirk Jongkind, produit par la Tyndale House, Cambridge

Ce petit livre donne aux étudiants en grec des réponses aux questions cruciales concernant le grec du nouveau testament de manière générale.


Merci à Laurie Maleka pour la traduction de cet article.


Pour aller plus loin:

Dirk Jongkind

Dirk Jongkind (PhD, Cambridge University) est le vice-doyen et le chercheur principal en texte et langage du nouveau testament à Tyndale House à Cambridge. Il est l’un des principaux chercheurs à l’origine du ‘‘Grec du nouveau testament produit par Tyndale House à Cambridge’’, et fait partie du comité de rédaction du ‘‘Journal pour l’étude du nouveau testament’’.

Articles pouvant vous intéresser

>