La compatibilité sexuelle: faut-il y croire?

L’année dernière, alors que j’étais conseiller dans un camp chrétien pour jeunes adultes, j’ai eu le plaisir de passer quelques mois avec des centaines de jeunes hommes provenant des quatre coins du pays. Si vous avez déjà passé un certain temps avec un groupe de jeunes hommes pour discuter des grandes questions de la vie, vous n’allez pas être surpris:  on m’a posé un tas de questions folles sur le sexe.

Par exemple, un des campeurs m’a demandé: «Si je suis supposé attendre d’être marié pour coucher avec ma femme, comment savoir si nous sommes sexuellement compatibles? Est-ce que je ne devrais pas essayer d’autres filles d’abord?» Je n’ai pas été décontenancé par sa question car je savais que c’était juste un de ces ados qui cherchait un prétexte pour faire une entorse aux lignes de conduite de Dieu. J’ai donc répondu rapidement (et superficiellement), pour revenir au sujet de discussion initial.

Je n’ai plus repensé depuis à ce concept de compatibilité sexuelle. Jusqu’à ce que le mois dernier le Huffington Post publie un article intitulé : Coucher avant le mariage: 5 raisons pour lesquelles chaque couple devrait essayer [ENG]. Comme le titre le laisse entendre, l’article décourage les jeunes célibataires d’attendre le mariage pour faire l’amour. La principale raison, selon l’auteur: le sexe avant le mariage offre l’opportunité de s’assurer qu’une bonne alchimie et une compatibilité sexuelle existent avec l’autre personne. Plus crûment, en langage moderne, on appelle cela «essayer avant d’acheter». En lien avec le thème de l’alchimie sexuelle, il y avait cet autre article: La Virginité: mon erreur [ENG]. À la lumière de son récent divorce, une femme partage son expérience négative d’avoir attendu jusqu’au mariage pour faire l’amour, pour seulement découvrir qu’elle n’était pas «sexuellement compatible» avec son ex-mari.

Après des conversations récentes avec des personnes qui, tout en disant être chrétiennes, adhèrent à cette idée, je crains que ce soit devenu un sujet qui doive être traité. J’aimerais donc expliquer pourquoi notre notion contemporaine de la « compatibilité sexuelle » est une idée anti-chrétienne et destructrice.

L’amour conditionnel

Le problème principal avec cette notion de «compatibilité sexuelle», c’est qu’elle se concentre sur le plaisir et la performance. Au risque d’aller à l’encontre de ce que peut prétendre Hollywood, une vie sexuelle épanouie (un cadeau et une bonne chose aux yeux de Dieu) n’est pas le summum de l’existence humaine. Le sexe a été créé pour l’homme, mais l’homme n’a pas été créé pour le sexe. Dieu a fait don de la sexualité—cadeau qui doit exclusivement être partagé entre un mari et son épouse—comme d’un moyen d’aimer, de prendre soin, de servir, d’honorer et de prendre plaisir l’un en l’autre. Ainsi, la compatibilité sexuelle dans un couple marié n’est ni de l’ordre de l’extase (combien le plaisir est intense) ni de l’ordre de la fréquence (combien de fois vous faites l’amour). En revanche, c’est surtout une question d’intimité, qui se produit quand l’amour, la vérité, la sécurité et le respect se rencontrent et s’approfondissent au fil des années d’une relation exclusive, engagée, où l’on se donne à l’autre.

L’engagement pour la vie est quelque chose que notre culture a du mal à comprendre et à valoriser. Si «l’âme sœur» doit être «essayée», ce qui était alors prévu pour le mariage est déchiré de son cadre originel et devient, dès lors, l’examen final aux mains subjectives des examinateurs que sont de vagues et fugaces sentiments de compatibilité et de correspondance. L’autre devient un objet, qui doit se plier à nos critères et à nos exigences sexuelles égoïstes. Cela n’a jamais été le plan de Dieu pour trouver une épouse.

Dans le récit du premier mariage, Dieu a déclaré: «il n’est pas bon pour l’homme d’être seul» (Gn 2.18). Il a donc donné à Adam une femme. Il ne lui a pas donné son émission de télé-réalité perso où il aurait pu rencontrer Érica, Emma, Émilie et Éliza afin de découvrir laquelle aurait été sexuellement compatible avec lui. Il a donné à Adam une femme, avec laquelle il n’avait jamais couché, et l’a appelé à l’aimer pour le reste de sa vie. Pourquoi Dieu a-t-il fait ça ? Parce que, dans sa sagesse parfaite, Dieu n’a pas créé le mariage pour qu’on y prenne le maximum de plaisir sexuel avec la personne parfaite, mais qu’on serve et qu’on aime toute la vie durant la personne inévitablement imparfaite à laquelle on a promis notre amour inconditionnel.

La vraie compatibilité sexuelle

De mes nombreuses conversations avec ceux qui sont mariés et heureux dans leur mariage, j’ai appris  que la vraie compatibilité sexuelle, si l’on doit l’appeler comme ça, se produit quand deux personnes s’engagent d’abord chacune vis-à-vis de Dieu, et ensuite vis-à-vis l’une de l’autre. Cet engagement offre la possibilité à mari et femme de servir et d’aimer sans condition comme Jésus aime son épouse, l’Église (Ep 5. 22-33). Au cours du voyage qu’est le mariage, deux pécheurs incompatibles et égoïstes apprennent à ne faire plus qu’un. Il va y avoir par conséquent de multiples domaines—dont le sexe—que les deux vont découvrir et comprendre ensemble, en cours de route.

Désirer une vie sexuelle saine et épanouie dans son mariage est une bonne chose et même conseillée! Mais, pour le chrétien, ce n’est pas la chose ultime. En tant que jeune homme chrétien célibataire, je désire d’abord un mariage en bonne santé spirituelle plutôt que sexuelle. Je crois même que la première favorise la seconde. Pour cette raison, je suis prêt à faire confiance à Dieu et à attendre. Non pas parce que je veux vivre la nuit de noces la plus extraordinaire avec quelqu’un qui m’est sexuellement compatible, mais parce qu’après la nuit de noces, je veux vivre un mariage, en bonne santé et qui honore Dieu, avec la personne à laquelle je viendrai juste de lier ma vie.

Hafeez Baoku, originaire d’Atlanta, a un diplôme en journalisme de Troy University. Il est fondateur et président de The Urban Gospel Mission. Vous pouvez connecter avec lui sur Twitter (@ugospelmission) ou par e-mail (Hafeez@urbangospelmission.com).

Cet article a été traduit par Myriam J. et Stéphane Kapitaniuk. Il est publié avec l’autorisation de l’auteur. L’article original fut publié sur The Gospel Coalition.

 

Matthieu et Stéphane

Stéphane et Matt se sont rencontrés à l'Institut Biblique de Genève. Là, contre toute attente, ils s'entendent à merveille. Depuis ils bloguent ensemble sur le site ToutPourSaGloire.com.

Articles pouvant vous intéresser

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image