Comment l’obéissance favorise-t-elle la compréhension de l’Évangile?

Un article pour les mamans découragées par la difficulté d'éduquer avec persévérance leurs enfants.

Être maman est un travail de longue haleine. On peut facilement tomber dans l'épuisement et le découragement. Mais à travers l'éducation de nos enfants, nous pouvons transmettre l'Évangile. Ne nous décourageons pas!

L’une des manières les plus flagrantes de répondre au titre de l’article est peut-être l’exemple de la relation entre Annie Sullivan et Helen Keller. Vous connaissez peut-être cette histoire. Helen est une jeune fille qui est devenue sourde et aveugle à l’âge de 19 mois à cause d’une maladie inconnue. Ses parents, ne sachant pas comment aider leur fille souffrante, lui ont imposé peu de contraintes et peu de discipline. Ainsi, quand Annie a été embauchée pour prendre soin d’Helen et l’enseigner, elle ne vit au début aucun progrès, à cause du comportement sauvage et violent de la jeune fille. « Il est inutile de lui apprendre à parler ou quoi que ce soit d’autre tant qu’elle n’apprendra pas à m’obéir » raisonnait Annie. Ainsi, la tutrice commença par le commencement. Elle insista pour qu’Helen lui obéisse.

Après une longue bataille dans laquelle s’opposaient deux volontés contraires, Annie remporta le combat. Helen devint calme et soumise, capable d’écouter et capable d’apprendre. Et qu’est-ce qu’elle a appris! Cette petite fille, dont la vie était jusqu’alors un endroit sombre et solitaire, apprit à communiquer. Elle apprit à « parler » et à « écouter » avec ses mains. Elle apprit à lire. Ainsi, conclut Annie: « L’obéissance est, pour la connaissance, la porte d’entrée dans l’esprit humain. »

Il en est de même avec nos enfants. Nous avons à leur donner ce précieux don: la Bonne Nouvelle de l’Évangile. Nous avons beaucoup à leur apprendre sur Dieu, qui il est, ce qu’il a fait, ce que sa Parole a à nous apprendre sur le monde et sur leur vie. Pourtant, pour vraiment pratiquer une maternité centrée sur l’Évangile, nous devons commencer par apprendre à nos enfants à obéir.

« L’entraînement doit venir avant l’enseignement » affirmait Katherine Howard, la mère d’Elisabeth Elliot. « [L’enseignement] est impossible sans la coopération des enfants. Et ils ne coopéreront pas sans être disciplinés depuis leurs premiers jours. La discipline jette les bases pour l’enseignement. »

Voilà pourquoi l’Écriture assimile l’amour d’un parent à la discipline et la haine au manque de discipline (Pr 13.24). C’est contraire à la pensée moderne, mais c’est plus vrai que jamais. « Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre« , nous exhorte l’auteur des Proverbes, « et quand il sera vieux, il ne s’en écartera pas » (Pr 22.6).

C’est à la fois une exhortation et un encouragement pour les mamans. C’est une exhortation pour les mères, lorsque nous sommes tentées de négliger la discipline aimante, que ce soit par paresse, par un trop-plein d’activité, par crainte du rejet de nos enfants ou par ignorance de la Bible. Nous ne devons pas négliger cette manière primordiale de vivre la maternité selon la perspective biblique.

C’est aussi un encouragement pour les mamans qui sont « au front ». Vous entraînez vos enfants fidèlement, pas parfaitement, mais constamment, à l’obéissance. Vous voyez peut-être très peu de résultats à ce jour. Vous êtes peut-être épuisée et découragée. Vous vous demandez peut-être si vous êtes sur la bonne voie. Vous vous inquiétez peut-être parce que vous avez l’impression que votre manière de vivre la maternité n’est pas très axée sur l’Évangile en ce moment. Mais l’obéissance de votre enfant n’est pas opposée à l’Évangile. C’est au contraire la porte à travers laquelle vous pourrez le lui apporter.

Ainsi, persévérez. Soyez fidèle. Et je vous promets (mieux encore, c’est Dieu qui vous fait la promesse) que « nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas » (Gal 6.9).

Carolyn Mahaney est auteur de plusieurs ouvrages sur la féminité et l’heureuse épouse de C.J. Mahaney, également auteur de livres et pasteur aux États-Unis. Elle est mère de 4 enfants et grand-mère de 12 petits-enfants. Carolyn s’est adressée aux femmes lors de nombreuses conférences, mais elle est heureuse de préparer des collations pour Papa, de rire avec toute la famille le dimanche soir, de discuter avec ses filles (bien sûr!) et de donner des friandises à ses petits-enfants quand elle leur rend visite.

Merci à David Steinmetz pour la traduction de l’article.

Auteur invité

Nous publions régulièrement des nouveaux auteurs sur ToutPourSaGloire.com.

Articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image