Comment affronter le stress, l’inquiétude et les soucis.

Il y a ces moments de la vie où l’on est encerclé par les soucis : argent, famille, travail, église, amis, enfants… Alors forcément, le stress monte avec les craintes, les pourquoi, les insomnies. La Bible parle des inquiétudes, des soucis de la vie. Je vous propose à travers ce billet d’explorer quelques pistes pour dompter votre stress.

«Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ.» Ph 4.6,7

Ne vous inquiétez de RIEN

En grec, le mot «merimnao» traduit par inquiétude ou anxiété se retrouve dans d’autres passages que celui de la lettre aux Philippiens. Notamment en Lc 10.41 lors de l’échange entre Marthe et Jésus. Marthe se fait du souci pour beaucoup de choses. Elle est dans un tel degré d’inquiétude qu’elle sait qu’elle ne s’en sortira pas seule.

Cela arrive tellement souvent (pour ne pas dire quotidiennement) de s’inquiéter pour pleins de choses (ne faîtes pas la liste, elle est sans fin).

Marthe, dans son désarroi, se tourne vers Jésus, qui va l’aider à prendre du recul sur la situation: «Regarde Marie, elle a choisi la bonne part.». Et oui, un autre monde existe en dehors de notre sphère d’inquiétude, et il est possible d’en sortir. Marie était libre de choisir de faire autre chose, comme du ménage par exemple, et pourtant, elle a opté pour l’essentiel, la bonne part, au bon moment.

Arrêter de s’inquiéter est un choix à faire, et c’est un choix que Dieu bénit. Combien de fois avons-nous prié pour que Dieu vienne nous aider dans nos galères, au lieu de nous apaiser malgré les galères. Nos rythmes de vies peuvent nous pousser au bord de nos limites. A supporter encore et toujours un peu plus de stress, de soucis, on peut s’enfermer dans un cercle destructeur.

Mais parlez à Dieu

Quand le stress est omniprésent, nous plongeons dans la solitude. Plus le stress monte, plus le sentiment de non contrôle sur sa vie augmente, et moins on se sent à la hauteur pour tout. Il n’y a plus rien qui compte autour de nous. On s’enfonce, on tourne en rond pour solutionner le problème. Comment vais-je faire si je perds mon boulot? Je n’ai aucune économie de côté, et si la voiture me lâche? Et ce rendez-vous chez le dentiste que je dois prendre depuis 6 mois? Et ma grand-mère que je n’ai pas vue depuis 2 ans?

Et Dieu dans tout ça ?

Il est loin, très loin, parce que franchement, on a quand même bien envie de s’en sortir seul parfois…Ah orgueil quand tu nous tiens! Où peut-être qu’on est comme au milieu des épines et que les soucis de la vie (merimnao) nous étouffent (Mt 13.22). Ou parce qu’on a oublié que Dieu était Tout-puissant.

C’est dans ces moments de faiblesse qu’on peut bêtement se tourner vers des solutions tendances: yoga, acupuncture, méditation, voyance, etc…qui n’apporte aucune paix durable, et qui ont pour unique effet de bien polluer notre âme.

Et pendant ce temps…Dieu reste là, sa main toujours disponible, prêt à nous dire ceci : «Décharges-toi sur moi de tous tes soucis, car moi-même, je prends soin de toi.» 1 Pi 5.7

Comment sortir de cet engrenage destructeur?

En arrêtant de prendre Dieu pour sa secrétaire. Il ne traite pas des piles de dossiers, ou des montagnes de post-it mentionnant des tâches à accomplir. Dieu s’occupe de nos cœurs, afin de les perfectionner, les attendrir pour le jour de son retour. Il veut faire grandir notre foi, notre confiance en Lui, en expérimentant son secours et son amour parfait.

Quoiqu’il en soit, toute inquiétude se crie à Dieu. Il n’y a rien qu’Il ne puisse pas entendre. Priez, suppliez, rendez grâce. Parlez à Celui qui est le seul apte à vous donner une paix profonde, une paix que le monde ne connait pas.

Et la paix de Dieu viendra

La bonne nouvelle c’est que délaisser les soucis de la vie, fait gagner du temps, à l’inverse des païens qui s’inquiètent continuellement:

«Ne vous inquiétez donc pas et ne dites pas : «Que mangerons-nous?» ou : «Que boirons-nous? Avec quoi nous habillerons-nous?» Toutes ces choses, les païens s’en préoccupent sans cesse.» Mt 6.31,32.

Entretenir une relation intime avec Dieu, nous conduit à délaisser nos inquiétudes et à faire baisser le niveau de stress. Dieu connait nos besoins primaires et si nous nous préoccupons des choses du royaume, il pourvoira à nos besoins, car nous sommes ses enfants. Nous pouvons alors attendre ardemment son retour, les yeux fixés sur ce qui est essentiel:

«Prenez garde à vous-mêmes, de crainte que vos cœurs ne s’appesantissent par les excès du manger et du boire, et par les soucis de la vie, et que ce jour ne vienne sur vous à l’improviste» Lc 21.34

Vivre chaque jour dans la Paix de Dieu est un bienfait sans nom.

Sa Paix dépasse notre entendement (Ph 4.6,7). Elle nous transperce, et nous montre l’infinie puissance de Dieu. Armé de sa paix, nous pouvons alors avancé confiant au travers de cette vie qu’Il a préparée pour nous.

Quelles sont vos préoccupations? A quoi pensez-vous avant de vous endormir? Quelle est votre souci quotidien? Ne pouvez-vous pas le poser au pied de la croix, et laisser Christ attendrir vos cœurs?

Préoccupez-vous du royaume et de la justice de Dieu, et le reste…Il gère !

Pour aller plus loin : La puissance d’un vrai repos

Aurélie Bricaud

Depuis plusieurs années, Aurélie est engagée dans un ministère auprès de la jeunesse. Après s’être formée à l’accompagnement spirituel, elle souhaite encourager les chrétiens à persévérer dans une vie de piété qui contient des trésors insoupçonnés. Elle est mariée et mère de deux enfants.

Articles pouvant vous intéresser

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image