5 raisons d’aimer Dietrich Bonhoeffer

Dietrich Bonhoeffer (1906-1945) n'était pas un théologien évangélique, du moins pas au sens où nous l'entendons généralement.

Néanmoins, beaucoup d’évangéliques apprécient Dietrich Bonhoeffer et reconnaissent volontiers son influence, en témoignent les nombreux ouvrages qui ont été publiés à son sujet ces dix dernières années. Alors, pourquoi l’aimer autant? Voici cinq raisons!

1. Bonhoeffer incarne le modèle d’une foi persévérante

De nombreux aspects de sa vie le démontrent, mais c’est bien sûr son opposition au nazisme que tous retiennent. Alors que de nombreux chrétiens, y compris parmi les plus conservateurs, soutenaient le régime du Führer, Bonhoeffer, lui, prend position dès la première heure et va jusqu’à ouvrir une faculté de théologie clandestine. Cette persévérance lui coûtera la vie…

2. Bonhoeffer a fait une expérience de conversion personnelle

C’est une page généralement méconnue de sa vie: alors qu’il était étudiant à l’Union Theological Seminary de New York, haut lieu du libéralisme théologique, il fréquente une église baptiste afro-américaine dans laquelle il expérimentera ce qui semble être une authentique nouvelle naissance!

3. Bonhoeffer mettait l’accent sur l’importance de suivre Christ

C’est ce qu’il fait magistralement dans son ouvrage, Le prix de la grâce, qui a, depuis, influencé plusieurs générations de chrétiens évangéliques.

4. La théologie de Bonhoeffer est profondément centrée sur Christ

Certes, certaines de ses idées en la matière en surprendront plus d’un. Mais d’autres aspects de sa christologie sont profondément utiles aux évangéliques, comme par exemple son insistance à définir la piété comme une imitation à la fois collective et individuelle de Jésus-Christ.

5. Bonhoeffer pensait que les chrétiens pouvaient changer le monde

Était-ce une forme d’optimisme? Certains parleront peut-être d’utopisme… Pour lui, les chrétiens doivent « prendre part aux souffrances de [Christ] au beau milieu d’un monde sans Dieu. » Revigorant, en particulier lorsque nous sommes tentés de nous recroqueviller sur nous-mêmes!

Certainement, Bonhoeffer n’était pas parfait. Mais qui d’entre nous l’est? Croyez-moi, il y a beaucoup à apprendre de ce théologien majeur du 20ème siècle.

Guillaume Bourin

Guillaume Bourin est le fondateur du blog Le Bon Combat et l’un de ses administrateurs actuels. Guillaume dirige également les formations théologiques #Transmettre dans l’espace francophone. Il s’intéresse particulièrement à l’intertextualité et à l’exégèse de l’Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Il est titulaire d’un master en théologie (M.Div.) et d’un autre en Ancien Testament (Th.M.) obtenus à la faculté Southwestern Baptist Theological Seminary (Fort Worth, USA). Guillaume est actuellement candidat au doctorat à l’Université d’Aberdeen (Ecosse).

Articles pouvant vous intéresser

  • Benoit O'Connor dit :

    Ces conférences pourraient-elles être filmées, ou du moins enregistrées, pour ceux qui ne pourront pas y assister (Montréal) ?

    Merci

  • >