4 composantes fondamentales du disciple de Jésus

Croire ou être consacré, se dire chrétien, où disciple de Jésus. Souvent, le service pour Dieu est perçu différemment selon notre engagement de départ. Si tu ne sais pas trop où tu te situes, ou si tu veux consacrer ta vie à être un disciple de Jésus, prends le temps de lire ceci.

"Si quelqu'un veut être mon disciple, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix et qu'il me suive."
Mt 16.24

Vouloir

Suivre Christ est d’abord le fruit d’une conviction, d’une volonté. Le verbe «Thelo» utilisé dans ce verset englobe aussi l’idée d’un but fixé, d’un désir, d’une envie. Il est question d’une disposition de cœur qui amène une action concrète. Cette force de conviction ne réside ni dans des forces physiques, ni dans des capacités humaines, mais dans l’Esprit que Dieu a placé en nous pour nous conduire. Le chrétien, petit Christ, ne vit pas selon la chair, mais selon l’esprit de Dieu, qui crée en lui cette force de volonté et cette envie d’agir (Ph 2.13).

Vouloir, c’est oser s’appuyer sur Dieu, c’est croire par la foi, que Dieu soutiendra cet engagement. Vouloir être le disciple de Christ, c’est accepter d’être enseigné, formé tout au long du parcours, par le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs. Cette volonté n’est conditionnée par aucun critère, aucune aptitude. La formation suit l’inscription à l’école de Christ, elle ne la précède pas.

Renoncer

Suivre Christ, c’est renoncer à soi. Nul ne peut courir deux lièvres à la fois : accomplir ses plans et entrer dans les plans de Dieu. Dieu ne magnifie pas nos projets, même les plus honorables. Il n’est pas là pour approuver ou désapprouver nos projets. Dieu est sans limite, infini, et aucun homme ne peut espérer le contenir vraiment dans sa petite dimension personnelle. L’humain par nature, veille sur lui-même: son confort de vie, son apparence, ses envies, son bien-être, ses proches. Dieu, lui, a des projets infiniment plus enrichissants que cela à nous proposer.

L’attractivité du confort de vie moderne, ne nous aide pas beaucoup. Renoncer à soi au profit de choisir Christ est un défi de tous les instants. Oser renoncer, c’est regarder le verre à moitié plein, plutôt qu’à moitié vide. Regarder à ce que l’on perd, en ignorant les bénédictions que Dieu a en réserve pour nous, c’est peine perdue. Dieu n’est pas un père dur, et insensible. Il n’est pas sadique et ne nous invite pas à renoncer aux choses terrestres pour le plaisir de nous voir souffrir. Il sait que c’est uniquement en Lui que nous pourrons nous réaliser pleinement. Il est bon de régulièrement regarder si les choses prennent plus d’importance que Christ dans notre vie et de rectifier le tir.

Se charger

Pour partir vacances, chacun remplit sa valise au maximum. Qu’en est-il dans notre vie chrétienne? De quoi dois-je me charger pour ce long voyage? Dans sa grâce, Dieu met sur notre cœur un fardeau. Une croix rien qu’à nous. Elle est personnelle, ciblée, comme une mission d’affectation. La croix est indissociable de la fonction de disciple.

Avoir une vie de disciple qui a du sens à son service, c’est en saisir la raison d’être, offerte par Jésus. Un fardeau, un ministère, un service dans lequel s’engager, une charge spécifique à porter. Christ nous invite à marcher à sa suite, avec notre part à accomplir, notre croix à porter. C’est dans cette mise en pratique de sa parole que l’on peut se réaliser pleinement comme disciple. Se charger de sa croix est une aventure palpitante, qui offre grâce sur grâce. C’est se lancer dans l’inconnu, parfois douloureux, mais avec des garanties éternelles. Nous savons que Christ va nous équiper par des dons spirituels. Il nous a aussi assuré Sa paix, Sa présence et Son amour inconditionnel. Jésus nous dit aussi: Prenez courage, j’ai vaincu le monde (Jn 16.33).

Suivre l’exemple

Le verset de Mt 16.24, nous assure d’un modèle, un exemple à suivre. Nous ne sommes pas sans repère, car Christ nous précède dans tout ce qui nous attend sur ce chemin. Malgré les découragements, les souffrances, liées aux renoncements où à la lourdeur du fardeau porté, nous savons qu’Il était, qu’Il est et qu’Il sera là. Christ est le banc sur lequel nous pouvons nous reposer pendant la marche. Il est le conseiller vers lequel nous tourner dans nos incompréhensions. Il est le médecin qui panse nos plaies intérieures. Il est l’ami fidèle qui nous prépare une éternité glorieuse à ses côtés.

Christ nous a ouvert la voie qui mène à la vie. De telle sorte que si nous suivons ce chemin de piété, sous Sa lumière, nous ne dévierons pas de l’espérance qui nous attend. Ce jour viendra, où nous entrerons dans la joie du Maître.

Où en es-tu dans ta marche? Quelle que soit l’étape dans laquelle tu es, suivre Christ est la meilleure décision à prendre. Vas-y fonce!

Pour aller plus loin : 6 caractéristiques que chaque disciple de Jésus-Christ devrait avoir

Aurélie Bricaud

Depuis plusieurs années, Aurélie est engagée dans un ministère auprès de la jeunesse. Après s’être formée à l’accompagnement spirituel, elle souhaite encourager les chrétiens à persévérer dans une vie de piété qui contient des trésors insoupçonnés. Elle est mariée et mère de deux enfants.

Articles pouvant vous intéresser

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image