Servir en couple: bonne ou mauvaise idée?

Au bout de 4 ans de mariage, nous nous sommes engagés dans le ministère. Plusieurs personnes pourraient facilement témoigner des débuts chaotiques. L'épreuve du feu a été un beau mélange d'incertitudes financières, de lutte contre un cancer, de cris nocturnes d'un bébé inconsolable, d'une fatigue persistante et de solitudes en tout genre. Au bout de 9 mois de service, j'étais à plat! C'était sans compter sur un Dieu qui allait utiliser notre appel comme un moyen de sanctification puissant.

1. Servir en couple est une réponse à un appel commun

Dans la Bible, nous n’avons pas beaucoup de couples missionnaires qui nous permettent de constater que cet engagement répond à une norme. Cela n’a rien d’étonnant, parce qu’il me semble que ce mode de service découle d’un appel. 

Un ministère à 2 implique donc que chacun dans le couple a reçu le même appel. Par conséquent, la réponse à cet appel est forcément commune. Maintenant, il y a 3 façons de répondre à l’appel de Dieu:

  • La méthode Jonas: on prend peur, on ne se sent pas à la hauteur ou on n’adhère pas vraiment, alors on préfère envisager une autre voie. C’est une réponse négative à ce que Dieu nous demande et cela conduit généralement à plusieurs complications. 
  • La méthode Moïse: on ne se sent pas vraiment compétent et on rentre dans une forme de négociation. C’est une réponse en mode « Oui mais… ». 
  • La méthode Marie: on se soumet à la demande du Seigneur comme des serviteurs obéissants.

Cela me paraissait important de souligner que le service en couple est avant tout une réponse collective à un double appel. En effet, on peut risquer de croire que ce mode de service émane de la volonté du couple (ou que l’un sert fatalement au même endroit que l’autre), or en tant qu’humbles serviteurs, nous devrions œuvrer volontairement selon ce que Dieu nous commande. Si nous recevons un tel appel, nous pouvons avoir foi en un Dieu qui va nous qualifier pour le service qu’il nous confie.

2. Servir en couple nécessite un engagement fort dans la relation

Ce qui effraie le plus de couples dans le service à 2, c’est la crainte de ne pas arriver à trouver un bon équilibre entre la maison, le ministère, les loisirs, etc… Servir en couple est une question de relation entre 2 personnes qui alternent des rôles et des statuts différents. Le mari et la femme deviennent en quelque sorte, des collègues de travail, mais ils sont avant tout époux.

Tout cela concerne des enjeux différents qui impactent une seule et même relation. Avoir des postures, des responsabilités et des droits différents envers la même personne est très bénéfique pour faire progresser votre couple dans la sanctification:

  • Chacun est obligé de faire des efforts pour vivre en paix: à défaut, si vous vous êtes disputés au petit déjeuner, la journée de travail sera longue et vraisemblablement mouvementée.
  • Chacun est obligé d’user de grâce et de pardon vis-à-vis de l’autre: à défaut, si nous imputons des fautes à notre collègue de boulot, la petite soirée en amoureux risque de tourner au cauchemar.
  • Chacun est obligé de se remettre en question: à défaut, l’orgueil va tellement enfler, que la relation finira par s’étioler.

Servir en couple implique donc que chacun s’investisse dans la relation premièrement avant de s’engager dans son rôle. Traiter les conflits, se témoigner mutuellement de l’affection, prier l’un pour l’autre, se pardonner et s’entraider sont des obligations réciproques qui permettent aux époux de jouir des bienfaits du ministère ensemble.

3. Servir en couple est bénéfique pour votre santé spirituelle

Dans le service, il y a les hauts et les bas, les tristesses et les réjouissances. Même en les vivant à 2, chacun n’a pas forcément le même regard et les mêmes perspectives sur les évènements. C’est une grâce et une merveilleuse opportunité de croissance. 

Servir en couple, c’est une autre manière d’incarner le principe du vis-à-vis. Vous avez en face de vous quelqu’un qui partage les mêmes défis et qui vous dit: « Moi je ne vois pas tout à fait les choses de la même façon. » C’est une belle porte d’entrée à la sanctification. Avec douceur et humilité, vous pouvez l’un l’autre vous reprendre, vous encourager, vous relever, ouvrir d’autres perspectives et progresser dans votre ressemblance à Christ.

Tous les couples qui ont œuvrés ensemble pourront vous témoigner de conversations authentiques, où des péchés et des mauvaises conduites ont pu être mis en lumière. Le ministère et la famille dans son ensemble en ressortent toujours bénis et fortifiés.

4. Servir en couple est sujet à de fortes critiques

Défendre l’Évangile, se soumettre aux Écritures et obéir à Dieu vous mettra très certainement tôt ou tard sous le feu des critiques. En servant en couple, vous êtes également exposés à toutes sortes d’accusations et de calomnies. Comme dans la conscience populaire, à 2 on est plus fort, préparez-vous à devoir affronter une forme de reproche plutôt intense.

C’est pour cela qu’en toutes choses:

  • Apprenez à discerner les bonnes critiques pour qu’elles servent votre transformation à la gloire de Dieu.
  • Servez le Seigneur et poursuivez sa volonté, laissez-le sonder votre cœur, vos motivations et vos décisions.
  • Cultivez l’humilité au sein de votre couple et faites fructifier la douceur et l’amour dans vos cœurs respectifs et vos relations avec les autres.
  • Si vous souffrez pour la cause de Christ et parce que vous cherchez à vous conformer à sa Parole, alors trouvez aussi votre joie en lui.

Quoiqu’il arrive, soyez fidèles envers Dieu et envers sa Parole, car c’est devant lui que vous comparaîtrez prochainement.

Ma prière est que le Seigneur continue d’appeler des couples à son service. C’est une bénédiction incroyable. Après 10 ans de service avec mon mari, mon cœur déborde de reconnaissance pour toutes les occasions de sanctification, de croissance et de persévérance que le Seigneur a placées sur notre route. Quand on met sur une balance, d’un côté les souffrances liées au ministère et de l’autre les bénédictions et la grâce de Dieu, il n’y a aucune contestation possible: ça en vaut la peine. Je vous laisse avec ce verset qui nous suit depuis plusieurs années: 

Ceux qui sèment avec larmes moissonneront avec chants d’allégresse. Celui qui marche en pleurant, quand il porte la semence, revient avec allégresse, quand il porte ses gerbes.

Psaume 126.5-6

3 ressources pour aller plus loin


Aurélie Bricaud

Depuis plusieurs années, Aurélie est engagée dans un ministère auprès de la jeunesse. Après s’être formée à l’accompagnement spirituel, elle souhaite encourager les chrétiens à persévérer dans une vie de piété qui contient des trésors insoupçonnés. Elle est mariée à Sylvain, ils ont deux enfants, et ensemble ils dirigent Teen Ranch, un centre de vacances chrétien.

Articles pouvant vous intéresser

>