Le duel Mardochée/Haman (Esther 6) – Florent Varak


Découvre cette prédication de Florent Varak sur Esther 6.1-14. Elle est la sixième d’une série de 9 prédications sur le livre d’Esther que tu pourras retrouver -ici-.

La plupart des blogueurs ToutPourSaGloire.com sont également pasteurs. Aujourd’hui, tu peux toi aussi bénéficier de leurs enseignements grâce à notre nouveau podcast Prédications TPSG. Ces prédications, qui se veulent résolument textuelles et christocentriques, te feront redécouvrir le sens profond des Écritures et nourriront ta foi en Christ.

Tu peux écouter ce podcast sur Spotify, Deezer, Apple Podcasts et Google Podcasts.


Notes écrites de la prédication:

Petit récapitulatif!

Esther 1:

Assuérus, encore appelé Xerxès de son nom grec. Il est roi de Perse et dictateur d’un territoire immense. Il divorce de Vashti, sa femme la reine, parce qu’elle a refusé de montrer sa beauté devant ses militaires au terme d’une beuverie décadente qui aura duré six mois (il voulait préparer la revanche de la défaite militaire de son père contre les grecs).

Esther 2:

Sa revanche prendra le goût d’une défaite de sa marine. Xerxès rentre chez lui et se sent seul. Il organise un concours pour sélectionner la prochaine reine parmi 400 concurrentes. Esther est une orpheline juive, adoptée par son oncle Mardochée. Ils forment un foyer assimilé à la culture environnante et au départ non pratiquant. Esther est non seulement magnifique, mais elle possède des grâces sociales remarquées. Elle gagne le cœur de la cour et la compétition. Elle devient la reine Esther. Mardochée découvre un complot pour tuer le roi. Il le dénonce, et le roi Xerxès a la vie sauve.

Esther 3:

Haman devient Grand Vizir, c’est-à-dire le 1er ministère de l’Empire perse. C’est un homme qui déteste les Juifs, notamment parce que le père adoptif d’Esther refuse de se prosterner à ses pieds. Il fait partie d’une lignée d’opposants historiques aux Juifs puisqu’il est un Agaguite… Il est tellement amer qu’il réussit à obtenir du roi Xerxès que tous les Juifs soient exterminés en un seul jour et leurs biens spoliés. Ce décret doit s’exécuter 11 mois plus tard. Il doit briser la vie de près de 15 millions de Juifs qui se trouvent sous la gouvernance de Xerxès.

Esther 4:

Mardochée se réveille. C’est le chapitre du virage, d’une conversion. Il réalise que malgré l’apathie morale et spirituelle qui a caractérisé à la fois sa vie et celle de sa nièce Esther, il peut se confier en Dieu. Dieu avait un plan dans ces événements. Il influence Esther qui demande le jeûne et la prière du peuple, car elle compte user de sa position auprès du roi son mari afin de sauver les Juifs.

Esther 5:

La tension monte. Esther est une femme jusqu’au bout des ongles. Elle sait que la puissance féminine réside dans l’influence. Même si le roi son mari l’ignore depuis un mois, elle prend le risque de se présenter dans son bureau, au péril de sa vie.

Elle l’invite à un banquet, en compagnie de Haman. Le roi accepte et Haman exulte. Lui seul est invité! Il se prend pour le plus grand homme de la planète! Ils passent une soirée merveilleuse. Tout le monde se tutoie… les meilleures blagues sont échangées, les meilleurs vins et les meilleurs cigares… Xerxès s’adresse à Esther: « Que veux-tu très chère? » Et Esther fait monter la tension affective, émotionnelle: « Reviens demain avec Haman, je prépare un autre banquet. Vous viendrez tous deux, je dirai tout! »

Haman en a des palpitations. Il est dans les appartements privés de la reine. Le seul invité. Invité 2 fois! La seule ombre au tableau pour Haman, c’est Mardochée. Il est humiliant et insupportable que cet homme refuse de se prosterner devant lui. Sa femme lui conseille de demander la tête de Mardochée! Une idée  »excellente » puisqu’il a le vent en poupe. Il fait dresser une potence haute de 25 m et décide de demander le matin suivant qu’on exécute Mardochée.

Pas de chance. Dieu règne. Le duel entre le peuple juif et les ennemis du peuple de Dieu ne fait que commencer. Sans qu’aucun des acteurs de ce récit ne le sache pleinement, Dieu a un plan lui aussi pour renverser les manigances des hommes mauvais et de leurs démons. L’ironie dramatique qui se dégage du récit est remarquablement conforme aux personnages que l’on a rencontrés jusqu’ici.

Le renversement

Aujourd’hui, nous voyons que la haine de Haman se retourne contre lui. On ne s’attaque pas impunément à Dieu ni au peuple de Dieu… Mardochée prend l’ascendance…

L’honneur oublié de Mardochée (Est 6.1-5)

1 Cette nuit-là, le sommeil le fuyant, le roi se fit apporter le livre des mémoires, les Chroniques, et l’on en fit la lecture devant le roi. 2 Et l’on trouva la relation du rapport de Mardochée sur Bigtân et Térech, les deux eunuques du roi, de la garde du seuil, qui avaient entrepris de porter la main sur le roi Assuérus. 3 Le roi dit: quelle promotion honorifique a-t-on conférée à Mardochée pour cela? Les gens qui servaient le roi répondirent: On ne lui a rien conféré du tout! 4 Mais, dit le roi, qui est dans la cour? C’était Haman qui arrivait dans la cour extérieure du palais royal pour dire au roi qu’on pende Mardochée à la potence qu’il avait préparée pour lui. 5 Les gens du roi dirent: C’est Haman qui se tient dans la cour. Le roi dit: Qu’il entre!

– Est 6.1-5

Une nuit d’insomnie pour le roi! Peut-être le roi avait-il trop mangé lors du banquet précédent? Ou peut-être était-il tout émoustillé devant le comportement mystérieux de sa femme? Peut-être était-il préoccupé par les affaires de son royaume, ou pensait-il à l’immense fortune promise par Haman par le décret qu’il avait signé pour éliminer le peuple juif? Peut-être qu’Esther lui avait servi trop de café trop tard! Nul ne sait.

Mais ce qu’il ignore, c’est que du côté de Dieu, ce n’était pas un hasard. Il ne dort pas parce que Dieu ne le laisse pas dormir! D’ailleurs, « il ne sommeille ni ne dort, celui qui garde Israël » (Ps 121.4).

Au milieu de nos détresses, au milieu de nos difficultés, le Seigneur règne.

Que faire quand on ne dort pas? Certains prennent des cachets… D’autres attendent le sommeil devant la TV… Certains dépriment sur le bonheur des autres affiché sur Facebook… D’autres tuent leur anxiété ou leur angoisse avec l’alcool… Certains rachètent ce temps en le consacrant à la prière… D’autres lisent… jusqu’à pas d’heure…

Et que fait notre roi? Il demande la lecture d’un livre qui raconte l’histoire de son règne! Certes, cela doit être soporifique! On est loin du thriller… Je trouve que ce qui se passe est extraordinaire. Il aurait pu demander la visite d’une concubine, faire revenir l’orchestre, exiger qu’un charmeur de serpent lui montre son talent, demander à l’un de ses gardes de jouer aux échecs avec lui, réveiller le sommelier pour qu’il lui apporte un Bordeaux de 20 ans d’âge… Au lieu de cela, il prend… un livre!

Xerxès choisit peut-être le plus assommant de tous les livres à lire: les Chroniques de son royaume! Un jour, j’ai demandé à un juriste des conseils sur le droit du travail. En retour, j’ai reçu en cadeau le Guide pratique du droit du travail, de 840 pages. J’ai lu, j’ai compris pourquoi c’est un cauchemar d’être employeur en France, et … je me suis endormi! Ça donne une idée assez juste de ce qu’est ce livre des Chroniques!

Il écoute, et, comme par hasard, le lecteur tombe sur un événement rapporté au chapitre 2, qui avait eu lieu 5 années auparavant. Mardochée avait sauvé la vie du roi en dénonçant un complot qui le visait. Et personne n’avait récompensé Mardochée. Or, s’il y a une chose à faire quand on est dictateur, c’est de récompenser ceux qui vous sauvent la vie, et punir ceux qui veulent vous la prendre!

Il paraît que les Perses étaient connus pour le maintien de leur règne sur des populations très diverses en distribuant les cadeaux autant que les punitions. Alors le roi cherche de l’inspiration: que faire pour honorer un homme qui a sauvé la vie du roi? Un stylo Mont-Blanc, un repas chez Boccuse, une Ferrari dernier cri?

Il cherche l’avis de ses conseillers. Après tout, lui qui a l’habitude d’être récompensé, autant demander aux pauvres conseillers qui l’entourent… Le matin est là et, encore un ‘hasard’, un conseiller arrive: Haman. Il vient pour demander qu’on pende Mardochée (ou qu’on l’empale) devant toute la ville. Pour Haman, c’est le début de sa victoire, de la mise en marche de son complot!

Dieu n’est jamais en retard sur ses projets. Son timing est toujours parfait (même si on le réalise après coup!) Il a donné la terre d’Israël à Abraham, mais il fallut attendre 5 siècles pour que les conditions soient réunies. Dieu savait que la famine emporterait la famille de Jacob. Alors il a permis que Joseph soit vendu comme esclave, qu’il aille en prison, et y reste quelque temps avant de devenir le 1er ministre d’Égypte et sauveur du peuple.

Dieu a bien vu la volonté du Pharaon de détruire les enfants mâles. Mais il a fait en sorte que Moïse soit préservé de la mort pour devenir le sauveur de son peuple… après une formation théologique de 40 ans auprès des boucs et des biques dans le désert…

Dieu a bien vu que les 70 ans de captivité arrivaient à leur terme, et il a envoyé un ange pour parler à Daniel. L’ange fut retardé par un combat spirituel… Quand il arrive enfin, Daniel 9 est écrit, et contient la prophétie la plus spectaculaire de tous les temps. Dieu n’est jamais en retard dans son intervention, même si nous pensons que la cavalerie pourrait arriver plus tôt. Mardochée avait été oublié, ce sera réparé.

L’honneur public de Mardochée (Est 6.6-11)

6 Haman entra, et le roi lui dit: « Que faire à un homme que le roi désire honorer? » En son for intérieur, Haman se dit: « À qui donc le roi désirerait-il faire honneur plus qu’à moi? » 7 Haman dit au roi: « Un homme que le roi désire honorer? 8 Qu’on prenne un manteau royal dont le roi s’est vêtu et un cheval que le roi a monté, et sur la tête duquel une couronne royale a été posée. 9 Qu’on fasse don du manteau, ainsi que du cheval tenu par quelqu’un des ministres du roi, un dignitaire. Qu’on revête cet homme que le roi désire honorer, qu’on le conduise à cheval sur la place de la ville, qu’on proclame devant lui: « Voilà ce qu’on fait à l’homme que le roi désire honorer ». »
10 Le roi répondit à Haman: « Vite, prends le manteau et le cheval comme tu l’as (si bien) dit, et agis ainsi en faveur du Juif Mardochée, celui qui est assis à la conciergerie royale; ne néglige aucun détail de tout ce que tu as exposé. » 11 Haman prit le manteau et le cheval, et revêtit Mardochée, le promena à cheval sur la place de la ville et proclama devant lui: « Voilà ce qu’on fait à un homme que le roi désire honorer! »

– Est 6.6-11

Haman avait quitté le festin d’Esther et peut-être avait-il passé le reste de la nuit à superviser la construction de la potence. Il voulait que l’affaire soit résolue au plus vite. Mardochée pendu, cela éliminait toute opposition à l’honneur qu’on lui devait… et cela donnait aux Juifs l’occasion d’avoir peur, de craindre l’heure des spoliations…

Haman se présente à Mardochée, rempli d’autosuffisance. À la question: « Que faire à un homme que le roi désire honorer? » il ne peut même pas concevoir que ce ne soit pas lui! C’est la marque de l’orgueil, n’est-ce pas? « Moi. Moi au centre. Les autres sous mes pieds. Moi d’abord. »

Écoutez les conversations. Ce sont ceux qui parlent toujours d’eux, qui s’arque-boutent sur leurs exploits, leur position, leur droit. Ceux qui soulignent leur égo dans toutes les histoires que content les autres. On a déjà souligné ce trait de caractère chez Haman, et on a longuement parlé de ses marques d’orgueil. Mais cela me semble tellement important que je voudrais les reprendre:

Le manque de respect des autres le remplit de fureur. À l’inverse, l’Écriture dit:

Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève en temps voulu.

– 1P 5.6

Il se vante publiquement de ses richesses. À l’inverse, l’Écriture dit:

Qu’un autre te loue, et non ta bouche, un étranger, et non tes lèvres.

– Pr 27.2

Il se vante de sa position supérieure à tout le monde. À l’inverse, l’Écriture dit:

Ne faites rien par rivalité ou par vaine gloire, mais dans l’humilité, estimez les autres supérieurs à vous-mêmes.

– Ph 2.3

Non seulement il se vante, mais il convoque ses proches dans le seul but de se vanter. Ça me fait penser au film La folie des grandeurs: « Blaze, mon bon Blaze, flattez-moi! »

Abdias s’exclame:

Quand tu prendrais de la hauteur, tel un aigle, quand ton nid serait placé parmi les étoiles, je t’en précipiterai, oracle de l’Éternel.

– Ab 1.4

Regardez ce qui se passe dans sa tête. En son for intérieur, Haman se dit: « À qui donc le roi désirerait-il faire honneur plus qu’à moi? » Et notez bien ce qu’il demande: une procession en son honneur, revêtu de dignité royale! Le manteau du roi, un manteau déjà porté, que le peuple le reconnaisse! Le cheval du roi, sans oublier la couronne du roi sur le cheval! Des reliefs sur la ville de Persépolis montrent en quoi consistait la coiffure spéciale du cheval royal. La conduite du cheval d’un haut fonctionnaire du royaume, une proclamation publique de l’honneur spécial du roi.

Vous savez à quoi ça ressemble? Ça ressemble à un couronnement! Voilà une autre marque de l’orgueil de Haman. Il n’est pas satisfait du poste de second, de Grand Vizir de l’Empire perse, et il veut prendre la place du Calife! Il veut qu’on le perçoive comme étant du même calibre que le roi. C’est ça l’orgueil. Second du royaume, vous voulez la première place. Rien d’autre ne vous satisfait.

Haman conclut joyeusement: « Voilà ce qu’on fait à l’homme que le roi désire honorer. » Voilà. Je veux qu’on m’honore! Je veux qu’on me respecte comme l’égal d’un roi! Vas-y Xerxès. Envoie l’avalanche d’honneur.

Et ce qui se passe est extraordinaire!

10 Le roi répondit à Haman: « Vite, prends le manteau et le cheval comme tu l’as (si bien) dit, et agis ainsi en faveur du Juif Mardochée, celui qui est assis à la conciergerie royale; ne néglige aucun détail de tout ce que tu as exposé.

– Est 6.10

Vous imaginez la déconvenue de Haman?! J’aurais tellement voulu filmer la scène!

Il a tout préparé pour que Mardochée soit pendu ce matin-là, et maintenant, il doit le faire parader en ville revêtu d’habits royaux. Quelle chute!

Haman exemplifie ce que Proverbes affirme:

L’orgueil précède le désastre, et un esprit arrogant précède la chute.

– Pr 16.18

11 Haman prit le manteau et le cheval, et revêtit Mardochée, le promena à cheval sur la place de la ville et proclama devant lui: Voilà ce qu’on fait à un homme que le roi désire honorer!

– Est 6.11

Ça a dû faire jaser les foules. Les foules savent parfaitement que prochainement, à l’instigation de Haman, ils auront le droit d’attaquer les Juifs. Et voilà que Haman doit parader ce Mardochée qu’il déteste tant…

Autre point intéressant: Le roi révèle la légèreté de son comportement. Il parle de Mardochée comme « du Juif « sans réaliser qu’il a signé un décret d’extermination à leur égard…

J’en connais un rayon sur l’orgueil, je suis un spécialiste de l’orgueil. Ce que j’ai découvert, dans mes échecs et dans mes succès, c’est que l’orgueil, c’est un liquide. Si si! Il passe partout, touche tout, remplit toutes les cavités, s’imprègne dans tous les tissus de l’être humain.

L’orgueil coule dans nos succès pour nous faire croire qu’on en est responsable, alors qu’on est au mieux des gestionnaires des talents que Dieu nous donne. Il s’insère dans nos pensées quand des collègues sont promus, ou que des voisins vivent une bénédiction, et que le premier réflexe est de se comparer ou d’expliquer négativement leur succès.

L’orgueil explique même les échecs des autres, leurs chutes, leurs manquements. Il nous fait rationaliser ces événements et permet, par le pouvoir de la compréhension, qu’on se sente supérieur. L’orgueil imprègne les sentiments d’injustice réels ou perçus pour concevoir la haine ou la vengeance, ou mieux, l’auto-justification. L’orgueil nous fait désirer des positions ou des postures qui ne sont pas celles qui correspondent à nos dons ou à l’appel que Dieu a placé sur nos vies.

Antoine Gombaud (le chevalier de Méré) disait:

L’orgueil ne réussit jamais mieux que quand il se couvre de modestie.

Il existe aussi un grand orgueil qui consiste à ne pas prendre les responsabilités que Dieu veut nous donner « par modestie ». Des gens restent écrasés et repliés dans leur famille, ou leur Église, cessant d’influencer là où ils le devraient.

Haman a bu le poison de la croyance en sa grandeur. Il a voulu s’élever, s’exalter, quitte à écraser ceux qui étaient sur son chemin. La chute est terrible. C’est Mardochée qui est publiquement honoré.

L’honneur futur de Mardochée (Est 6.12-14)

12 Puis Mardochée retourna à la conciergerie royale, tandis que Haman se hâtait de rentrer chez lui (le cœur) en deuil et la tête voilée. 13 Haman raconta à Zérech, sa femme, et à tous ses intimes ce qui lui était arrivé. Ses conseillers et Zérech, sa femme, lui dirent: s’il est de la race juive, ce Mardochée devant qui tu as commencé de déchoir, tu ne tiendras pas devant lui. Ta déchéance sera totale devant lui. 14 Ils lui parlaient encore lorsqu’arrivèrent les eunuques du roi; ils s’empressèrent d’emmener Haman au festin qu’Esther avait préparé.

– Est 6.12-14

Observez bien le contraste. Le verset 12: « puis Mardochée retourna à la conciergerie royale. » Il vient d’être honoré toute la journée comme l’égal de l’empereur, du moins symboliquement. Et qu’est-ce qu’il fait? Il reprend sa place. Ça, c’est l’humilité!

On fera parfois l’objet de calomnies, et parfois de louanges. L’homme qui est à sa place… reprend sa place. Il fait son job, et ne laisse pas ses chevilles enfler par une promotion. Cet homme ne se laisse pas abattre par un manque de reconnaissance. Il fait son job!

Il y a un pilote qui a réalisé l’exploit de poser un Airbus en panne sur la rivière de Hudson, immédiatement célébré comme un héros. Mais son rêve était de reprendre les commandes d’un avion le plus vite possible. Mardochée fait partie de ces hommes rares qui savent que la gloire ou la renommée est un parfum qui doit rester à l’extérieur. Jamais dans le cœur.

La femme de Haman et ses conseillers réalisent que tout ceci ce n’est pas de bon augure. La manière de parler de ses conseillers révèle qu’ils prennent leur distance avec lui « …s’il est de la race juive… » On a beaucoup d’amis quand on est gagnant. Quand on devient perdant, il n’y a plus personne. Il y a ici quelque chose de terrible. Haman rentre et parle à sa femme. Ça ne vous choque pas?

Haman bout d’ambition et d’amertume. Haman est l’auteur d’un génocide en cours, il prépare l’équivalent de la Shoah. Il prépare l’exécution publique et injuste d’un Juif… Et puis de l’autre côté, Haman rentre chez lui et parle à sa femme. On remarque ici une vie conjugale plus riche que celle d’Esther et de Xerxès. Zérech et Haman se disent même les faiblesses, les échecs… Haman rentre chez lui. Peut-être a-t-il embrassé ses 10 fils, sa femme… Comme quoi, l’homme est une création fluctuante depuis la chute. Le meilleur et le pire peuvent le conduire.

Devant le déferlement des idées, des sentiments, des ambitions, il faut se forcer à se laisser cadrer par la Parole de Dieu. Il faut vivre contre soi, contre le monde, contre le diable, et sur les promesses et les lois de Dieu. Un fondement moral qui juge les motivations du cœur.

Sa femme Zérech voit bien les choses. « Ta déchéance sera totale devant lui. » C’est prophétique. Une attitude superstitieuse expliquerait son présage? Ou bien la persistance du peuple juif, qui avait survécu à l’exil, ne lui avait pas échappé. Connaissait-elle les promesses faites à Abraham? Quoi qu’il en soit, elle ne reverra plus jamais son homme. Il sera mort dans les prochaines heures.

Les eunuques au service du roi viennent le prendre. Il avait perdu l’appétit, le pauvre. Il était probablement en retard… Mardochée sera effectivement honoré. Cela vient dans les prochains chapitres.

Conclusion

Les petites leçons de cette histoire

1. La haine et la jalousie se retournent toujours contre celui qui entretient ce genre d’émotions.

2. La fidélité contient sa propre récompense. Même non reconnue par les hommes, elle est suffisante. Et elle sera vue par le Seigneur.

Les grandes leçons de cette histoire

1. Dieu n’est jamais en retard dans son œuvre providentielle. Il interviendra au bon moment, pour renverser toute injustice.

2. Dieu règne même dans le détail des événements.

3. Jésus est l’ultime modèle d’humilité. Sa gloire reste invisible, mais sa grandeur se mesure à son service. Il lave les pieds des disciples. Il est « doux et humble de cœur ». Jésus aime ses ennemis et prie pour eux. Il paye le prix des péchés.

Je termine comme une prière avec ce texte des béatitudes:

3 Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux! 4 Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés! 5 Heureux ceux qui sont doux, car ils hériteront la terre! 6 Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés! 7 Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde! 8 Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu! 9 Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu! 10 Heureux ceux qui sont persécutés à cause de la justice, car le royaume des cieux est à eux! 11 Heureux serez-vous, lorsqu’on vous insultera, qu’on vous persécutera et qu’on répandra sur vous toute sorte de mal, à cause de moi. 12 Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux, car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.

– Mt 5.1-12

Prédications TPSG

La plupart des blogueurs ToutPourSaGloire.com sont également pasteurs. Aujourd’hui, tu peux toi aussi bénéficier de leurs enseignements grâce à notre nouveau podcast "Prédications TPSG". Ces prédications, qui se veulent résolument textuelles et christocentriques, te feront redécouvrir le sens profond des Écritures et nourriront ta foi en Christ.

Articles pouvant vous intéresser