Comment avoir un #lieusecret dans un monde de selfies?

Cet article est un extrait du message « La prière des citoyens du Royaume » donné lors de la conférence Chrétienne engagées 2019.

En bas de l’article, découvre toutes les informations sur la prochaine conférence Chrétiennes engagées 2020 qui aura lieu le samedi 7 mars de 10h à 16h30 à Paris.


Voulons-nous vraiment que son règne vienne? 

…Prier, c’est un vrai défi. Vous avez peut-être entendu une phrase comme celle-ci:” La prière est la chose la plus naturelle pour un chrétien.” ou bien “ La prière est l’air que le chrétien respire.” On comprend, dans un sens, que ça devrait être le cas. Mais ces maximes bien intentionnées sont trop souvent des fouets de culpabilité avec lesquels on se flagelle quand on n’y arrive pas. 

Dans ce monde brisé nous sommes tiraillées. D’un côté, nous voulons prier sans faux-semblants devant Dieu, pour lesquels il nous récompensera, de l’autre côté, nous n’arrivons pas. Nous sommes tiraillées à l’intérieur de nous-même:ce que la Bible appelle péché, c’est-à-dire, notre désir de vivre pour nous-mêmes au lieu de Dieu, reste dans notre vie, même si nous sommes chrétiens, et donc notre désir d’intimité avec Dieu n’est pas qu’il devrait être. Puis, nous sommes tiraillées à l’extérieur, parce que nous vivons dans un monde qui rejette Dieu quotidiennement, où il y a de la souffrance, la maladie, la fatigue et la frustration. Dans ce monde, nous sommes tiraillées, et y prier représente un vrai défi. 

…Dieu veut que nous priions. Il veut que nous relevions le défi de prier dans le monde, et il nous donne un modèle de prière pour le faire. …

 9Voici donc comment vous devez prier :

Notre Père qui es dans les cieux !

Que ton nom soit reconnu pour sacré,

10que ton règne vienne,

que ta volonté advienne

– sur la terre comme au ciel…

Matthieu 6.9-10

Désirer le Royaume

Pour qu’il y ait un royaume, il faut trois choses: un pays, un peuple et un roi. Quand on pense aux pays du monde, on voit tous ces éléments;parce que même s’ils n’ont pas de roi, ils ont un chef d’état. La France a un chef d’état, le Président, et un gouvernement, elle a un territoire: La France (l’Hexagone et l’Outre-Mer), et elle a un peuple: les français. Le royaume des cieux a tous ces éléments. Le peuple du royaume sont les chrétiens – ceux qui sont pauvres d’esprit, qui acceptent qu’ils ne peuvent pas d’eux-mêmes vivre comme il faut pour Dieu. Son Roi est Jésus-Christ, celui qui a vécu la vie parfaite du citoyen, et qui est mort en prenant sur lui le châtiment que nous méritions pour la vie qu’on vivait en rébellion contre Dieu. Le royaume des cieux a aussi un territoire, mais c’est un moins simple que la question du Roi et du peuple. Nous y reviendrons tout à l’heure. 

Donc, d’un côté le royaume des cieux est semblable aux pays du monde, puisqu’on y retrouve les mêmes éléments. De l’autre côté, il est différent: dans un sens il est déjà présent dans le monde, et dans un autre sens, il est encore à venir. 

En parlant des nations,… une illustration politique… nous aidera, j’espère, à comprendre cet aspect “déjà et pas encore.” Aux Etats-Unis, le Président est élu en novembre tous les quatre ans. Les prochaines élections auront lieu en novembre 2020. Cependant, le Président prend ses fonctions le 20 janvier de l’année suivante. Du coup, il y a 75 jours à peu près entre son élection et son inauguration. Pendant ce temps, le Président sortant reste Président, mais tout le monde sait que l’avenir du pays est maintenant entre les mains du nouveau, et non du sortant. 

Actuellement, nous vivons dans un monde où Jésus est déjà le roi, mais où nous ne voyons que partiellement son règne. Les chrétiens le reconnaissent comme roi, mais pas les autres – une grande partie du monde reste en rébellion contre Dieu. Le mal, la souffrance, la maladie et la mort demeurent. Le monde n’est pas comme il devrait l’être, comme le roi voudrait qu’il soit. 

Mais tout comme le président des USA élu n’a plus rien à faire pour devenir président, il ne reste plus rien à faire avant que Jésus vienne pour régner pleinement. Il est déjà déclaré roi par sa résurrection, et il est assis sur son trône à la droite du Père, en attendant de venir une seconde fois. La Bible nous dit que lorsqu’il il viendra, il apportera son royaume dans toute sa plénitude. La mort, la souffrance, la maladie et le mal ne seront plus. Et Dieu ne permettra plus de rébellion contre lui. 

Les trois premières requêtes de la prière du citoyen concernent le royaume: Que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. 

A l’époque de Jésus,  parler du ‘nom’ de Dieu était probablement juste une manière de parler de Dieu lui-même . Sanctifier veut dire honorer, ou reconnaître comme digne. La demande est donc que Dieu soit honoré et reconnu comme Dieu. Le verbe à la voix passive:”que ton nom soit sanctifié”, montre que ce sont les autres qui sanctifient le nom de Dieu. Mais la prière est adressée à Dieu, et donc, c’est lui qui l’accomplit. Ça signifie,  par conséquent , “Fais en sorte que ton nom soit sanctifié”, ou bien “Fais en sorte que tu sois honoré”.  

Nous avons parlé du “déjà et pas encore” du royaume. Pour l’instant, nous ne voyons Dieu honoré que partiellement. Il l’est à chaque fois que quelqu’un met sa foi dans son Fils, Jésus. Il l’est à chaque fois que quelqu’un prend une décision d’agir ou de vivre pour lui. Il l’est à chaque fois que la justice est faite dans le monde, et que le mal est puni. Mais Dieu ne sera honoré que partiellement jusqu’au jour de la venue de Jésus. Quand lui viendra, le nom de Dieu sera honoré comme il faut. 

Les deux requêtes “Que ton règne vienne, et que ta volonté soit faite sur la terre comme aux cieux”, peuvent être prises ensemble, parce que ça décrit une même réalité. 

Nous avons déjà considéré le sens du royaume : c’est tout lieu où Jésus règne en Roi. Les cieux est une manière de parler de là où Dieu réside actuellement – en dehors de notre sphère. Aux cieux, il n’y a rien qui résiste à Dieu. Tout se fait selon sa bonne volonté, selon sa perfection éthique et morale. Jésus nous exhorte à prier que ce qui se vit aux cieux puisse se vivre aussi sur terre. C’est pour cela que j’ai dit que la question du territoire est un peu plus compliquée : un jour le territoire du Royaume sera la terre entière, où la volonté de Dieu se fera parfaitement. 

Je vous demande de réfléchir un instant à la plus belle journée que vous ayez jamais vécue. Peut-être un jour de vacances en montagne ou à l’océan, peut-être un jour important dans votre vie de famille ou professionnelle. Un jour sans souffrance. Un jour où rien ne pouvait gâcher votre bonheur. Un jour où vous vous disiez “Si seulement cette journée pouvait durer à tout jamais.” La venue du royaume des cieux dans sa plénitude sera comme cela pour ceux qui mettent leur confiance en Jésus. Mais en mieux. Et ça ne durera pas qu’un seul  jour – mais vraiment à tout jamais. 

Jésus dit que le citoyen du royaume des cieux désire le Royaume dans sa plénitude. Et il va prier que cela arrive le plus rapidement possible. Dans 1 Corinthiens 16.22, l’apôtre Paul prie “Maranatha” – une expression araméenne qui se traduit par “Viens Seigneur”. L’apôtre Jean prie la même chose à la fin de son Apocalypse. Les premiers chrétiens le priaient régulièrement, et nous le devrions aussi. 

Imaginons comment ça sera quand Jésus reviendra. La terre sera remplie de sa justice. Uniquement  la justice, pas l’injustice. Uniquement la bonté, pas le mal. Uniquement la joie, pas la souffrance. Laquelle d’entre nous ne voudrait pas voir venir ce jour? “Viens, Seigneur Jésus!”

Mais la Bible nous dit que ce jour ne sera pas un jour de joie pour tous. C’est un jour où tout genou fléchira devant Dieu, où tous reconnaîtront qu’il est Dieu, mais où tous ne le feront pas volontairement. Le message de la Bible entière c’est que par nature nous vivons en rébellion contre Dieu. Nous voulons être le roi ou la reine de notre propre vie. Nous ne voulons pas le royaume de Dieu mais le royaume de Déborah, ou Claire ou Julie (insérez votre prénom). Et pour ceux et celles qui persistent dans ce sens, qui ne reconnaissent pas Jésus, le roi qui est mort pour nous afin de payer pour notre rébellion, le jour où Jésus reviendra sera un jour de jugement, de punition, de perte. 

Et donc, peut-être que l’on n’a pas envie de prier « Viens, Seigneur Jésus! » parce que cela implique que certains de nos  proches ne seront pas avec nous dans l’éternité: peut-être notre mari, nos enfants, nos parents, notre meilleure amie. 

C’est là où l’élément « pas encore » est important dans cette prière. Parce que même si le royaume ne sera établi dans sa plénitude que le jour où Jésus reviendra, il est en train de « venir » dans notre vie. En priant que le royaume vienne, je peux prier que telle ou telle personne se tourne vers Jésus et le reconnaisse comme roi, qu’elle honore Dieu comme Dieu. 

Et en attendant la venue de Jésus dans sa gloire, je peux prier pour tout ce que je vois dans ce monde et dans ma vie qui ne se conforme pas à la volonté de Dieu…

Et donc, pour relever le défi de prier dans ce monde, n’oublions pas cette première partie du Notre Père qui nous exhorte à prier: 

  • que le monde parfait après lequel nous soupirons puisse venir dans sa plénitude, et ça le plus rapidement possible, et 
  • en attendant que Dieu soit honoré pleinement, qu’il le soit déjà dans notre vie, dans celle de nos proches et dans toutes les personnes et situations qui nous tiennent à cœur. 

Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel!


Inscris-toi à la prochaine conférence Chrétiennes engagées 2020!

RDV le samedi 7 mars 2020 de 10h à 16h30 à l’Église Américaine de Paris 65 Quai d’Orsay, pour une conférence sur le bon et le mauvais usage des mots, selon l’épître de Jacques.

De quoi va t-on parler?

Nous prononçons en moyenne 16 000 mots dans une journée – sans compter ceux sur les réseaux sociaux, dans nos mails ou sms…Mais quel est l’impact de nos mots ? Sont-ils utiles ou superficiels ? Doux ou durs ? Empreints d’amour ou de jugement ?

Dans sa lettre, Jacques nous montre que le vrai problème n’est pas notre bouche, mais notre coeur – et que c’est un problème beaucoup plus profond qu’on ne l’aurait imaginé. Mais le plan de Dieu pour le résoudre est si glorieux, il pourrait bien nous laisser… bouche bée !

Déborah Prisk

Déborah Prisk, originaire du Royaume Uni, vit en France depuis 2006. Elle exerce actuellement un ministère auprès des femmes à l’Eglise Connexion à Châtelet-les-Halles, Paris et elle a à cœur le développement du ministère auprès des femmes dans les Églises en Europe Francophone. Elle remercie le Seigneur du privilège de l’avoir connu depuis son plus jeune âge. Dans son temps libre, Déborah aime courir, lire et cuisiner.

Articles pouvant vous intéresser

>